Votre compte

Tel est pris qui croyait pendre


Cicéron, l'infatigable détective, part pour une nouvelle enquête entre le Val de Marne et la Bretagne.

Quand Cicéron et sa bande quittent le Val de Marne pour la Bretagne… Tout part d’un pendu et d’un tué par balle, assassinés à Vitry, et qui s’avèrent avoir de fortes accointances bretonnes, notamment entre Combrit, Quimper et Concarneau, le triangle des emmerdes dures. Nos enquêteurs dépaysés vont devoir fouiner dans une conserverie de la zone portuaire concarnoise, où leur flair ne décèlera pas que des odeurs de bulots…Bottes aux pieds, la fine équipe se jette à l’eau !

Découvrez sans plus attendre les aventures humoristico-policières du détective Cicéron !

EXTRAIT

— Dis ? Tu trouves pas que la moule bretonne a un goût d’huître ?
Ça, c’est René qui me cause. Je ne suis pas dans mon assiette. C’est pas le moment de me poser des questions à double sens. Je le regarde, morne. Il comprend et précise :
— Ma nouvelle copine est de Saint-Brieuc…
J’avais donc bien saisi. Délicat, le mec.
— J’aime pas les huîtres, tu le sais bien. Et puis c’est pas le moment.
On est entassés, le commissaire, Momo, René et moi, dans la toute petite salle du P’tit Bistrot, à Vitry. Le vieux est à la limite de pleurer, Momo en berne et moi, je cogite. Seul René semble presque intact et tente, à sa manière, de faire diversion. Léo Cœurmarie est mort. Vous vous rendez compte ? Léo, mort ! Non ? Vous ne le connaissiez pas ? Et Johnny, vous le connaissiez ? Non, et ça ne vous a pas empêchés de les vider, vos glandes lacrymales, en regardant à la télé l’improbable défilé de Harleys pétaradantes. Et, pour autant que je sache, il s’en fichait bien, Johnny, de vous, tous autant que vous êtes. Léo aussi ? D’accord : un point partout. On ne va pas se fâcher pour ça. Bref, Léo est mort. Léopold, en entier, je ne vous en ai jamais parlé. Et pourtant, c’était, très bizarrement, le plus petit dénominateur commun entre nous quatre qui sommes attablés ce matin. C’est vrai qu’il n’était pas très grand. « Bizarrement », car on le connaissait tous, chacun de notre côté, bien avant de se rencontrer. Il y a des mecs, comme ça, que tout le monde connaît dans une ville. Léo en était.

À PROPOS DE L'AUTEUR

Banlieusard pur jus, Cicéron Angledroit – de son vrai nom Claude Picq – est né en décembre 1953 à Ivry, ceinture verte de Paris transformée depuis en banlieue rouge.
Il a été « poursuivi » par les études (faute de les avoir poursuivies lui-même) jusqu’au bac et est aussitôt entré dans la vie active par la voie bancaire.
Très tôt, il a eu goût pour la lecture, notamment les romans : Céline, Dard, Malet et bien d’autres. Et très tôt aussi, il a ressenti le besoin d’écrire.
Tel est pris qui croyait pendre est le dixième titre de sa série d’enquêtes humoristiques.

Ce livre est classé dans les catégories :

5,99 €
?

Version papier

10,00 €

Ebook protégé par filigrane

L’éditeur de ce livre a choisi de protéger ce fichier par filigrane (ou watermarking). Ce filigrane permet de relier le fichier à son propriétaire via l’apposition d’un filigrane visible ou invisible sur le fichier.

Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Tel est pris qui croyait pendre”

Fiche technique

Résumé

Cicéron, l'infatigable détective, part pour une nouvelle enquête entre le Val de Marne et la Bretagne.

Quand Cicéron et sa bande quittent le Val de Marne pour la Bretagne… Tout part d’un pendu et d’un tué par balle, assassinés à Vitry, et qui s’avèrent avoir de fortes accointances bretonnes, notamment entre Combrit, Quimper et Concarneau, le triangle des emmerdes dures. Nos enquêteurs dépaysés vont devoir fouiner dans une conserverie de la zone portuaire concarnoise, où leur flair ne décèlera pas que des odeurs de bulots…Bottes aux pieds, la fine équipe se jette à l’eau !

Découvrez sans plus attendre les aventures humoristico-policières du détective Cicéron !

EXTRAIT

— Dis ? Tu trouves pas que la moule bretonne a un goût d’huître ?
Ça, c’est René qui me cause. Je ne suis pas dans mon assiette. C’est pas le moment de me poser des questions à double sens. Je le regarde, morne. Il comprend et précise :
— Ma nouvelle copine est de Saint-Brieuc…
J’avais donc bien saisi. Délicat, le mec.
— J’aime pas les huîtres, tu le sais bien. Et puis c’est pas le moment.
On est entassés, le commissaire, Momo, René et moi, dans la toute petite salle du P’tit Bistrot, à Vitry. Le vieux est à la limite de pleurer, Momo en berne et moi, je cogite. Seul René semble presque intact et tente, à sa manière, de faire diversion. Léo Cœurmarie est mort. Vous vous rendez compte ? Léo, mort ! Non ? Vous ne le connaissiez pas ? Et Johnny, vous le connaissiez ? Non, et ça ne vous a pas empêchés de les vider, vos glandes lacrymales, en regardant à la télé l’improbable défilé de Harleys pétaradantes. Et, pour autant que je sache, il s’en fichait bien, Johnny, de vous, tous autant que vous êtes. Léo aussi ? D’accord : un point partout. On ne va pas se fâcher pour ça. Bref, Léo est mort. Léopold, en entier, je ne vous en ai jamais parlé. Et pourtant, c’était, très bizarrement, le plus petit dénominateur commun entre nous quatre qui sommes attablés ce matin. C’est vrai qu’il n’était pas très grand. « Bizarrement », car on le connaissait tous, chacun de notre côté, bien avant de se rencontrer. Il y a des mecs, comme ça, que tout le monde connaît dans une ville. Léo en était.

À PROPOS DE L'AUTEUR

Banlieusard pur jus, Cicéron Angledroit – de son vrai nom Claude Picq – est né en décembre 1953 à Ivry, ceinture verte de Paris transformée depuis en banlieue rouge.
Il a été « poursuivi » par les études (faute de les avoir poursuivies lui-même) jusqu’au bac et est aussitôt entré dans la vie active par la voie bancaire.
Très tôt, il a eu goût pour la lecture, notamment les romans : Céline, Dard, Malet et bien d’autres. Et très tôt aussi, il a ressenti le besoin d’écrire.
Tel est pris qui croyait pendre est le dixième titre de sa série d’enquêtes humoristiques.

Biographie de Cicéron Angledroit

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire