Votre compte

Tjibaou le Kanak


Ce livre raconte trois histoires qui s’entremêlent tragiquement. Il raconte la vie de Jean-Marie Tjibaou, cet homme de paix qui incarnait l’espérance de ses frères kanaks et qui a été assassiné pour cause de main tendue à ses adversaires, parce qu’il avait choisi la non-violence au moment où la Nouvelle-Calédonie basculait dans la guerre civile. Il raconte la saga du peuple kanak, « découvert » tardivement, à la fin du XVIIIe siècle, par les navigateurs venus d’Occident, d’abord trompé par ses colonisateurs, puis nié dans son existence, souvent méprisé, trop sous-estimé, toujours marginalisé, fort de sa légitimité originelle mais ballotté, depuis la « prise de possession » de 1853, entre ses coutumes et la modernité, finalement devenu indépendantiste presque à contrecœur. Il raconte — en apportant de nombreuses révélations sur la période insurrectionnelle de 1984-1985, sur les dessous des spectaculaires accords de Matignon de 1988 et sur les circonstances de l’assassinat de Jean-Marie Tjibaou au printemps 1989 — l’histoire de la dernière grande aventure coloniale de la France. Une France écartelée entre la défense des grands principes et celle des petits intérêts, mais en passe peut-être aujourd’hui de donner au monde l’exemple d’une première décolonisation réussie en douceur grâce à la réconciliation des ennemis d’hier.

Ce livre est classé dans les catégories :

8,99 €
?

Ebook protégé par filigrane

L’éditeur de ce livre a choisi de protéger ce fichier par filigrane (ou watermarking). Ce filigrane permet de relier le fichier à son propriétaire via l’apposition d’un filigrane visible ou invisible sur le fichier.

Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Tjibaou le Kanak”

Fiche technique

Résumé

Ce livre raconte trois histoires qui s’entremêlent tragiquement. Il raconte la vie de Jean-Marie Tjibaou, cet homme de paix qui incarnait l’espérance de ses frères kanaks et qui a été assassiné pour cause de main tendue à ses adversaires, parce qu’il avait choisi la non-violence au moment où la Nouvelle-Calédonie basculait dans la guerre civile. Il raconte la saga du peuple kanak, « découvert » tardivement, à la fin du XVIIIe siècle, par les navigateurs venus d’Occident, d’abord trompé par ses colonisateurs, puis nié dans son existence, souvent méprisé, trop sous-estimé, toujours marginalisé, fort de sa légitimité originelle mais ballotté, depuis la « prise de possession » de 1853, entre ses coutumes et la modernité, finalement devenu indépendantiste presque à contrecœur. Il raconte — en apportant de nombreuses révélations sur la période insurrectionnelle de 1984-1985, sur les dessous des spectaculaires accords de Matignon de 1988 et sur les circonstances de l’assassinat de Jean-Marie Tjibaou au printemps 1989 — l’histoire de la dernière grande aventure coloniale de la France. Une France écartelée entre la défense des grands principes et celle des petits intérêts, mais en passe peut-être aujourd’hui de donner au monde l’exemple d’une première décolonisation réussie en douceur grâce à la réconciliation des ennemis d’hier.

Biographie d’Alain Rollat

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire