Votre compte

Tout ça pour être libre


Rappelez-vous : le 8 juillet 1975, Jean-Charles Willoquet s’évade, avec l’aide de sa femme, Martine, du Palais de Justice de Paris, en prenant deux magistrats en otage. Ce n’est pas sa première évasion : en mars 1973, Willoquet s’est déjà échappé de l’hôpital de Chartre-sur-Loire ; là, ont commencé une grande cavale et la naissance d’un mythe Willoquet. Après l’évasion du Palais de Justice de Paris, c’est à nouveau la grande traque. Celui que certains ont qualifié « d’ennemi public n° 1 » se fait finalement prendre le 2 décembre 1975. Si la route empruntée par J.-Ch. Willoquet est une route peu commune, la façon dont il a vécu cette expérience et dont il la raconte ne sont pas ordinaires non plus. Ce livre ne fait en rien l’apologie de la délinquance. C’est la description minutieuse d’un engrenage. Le texte est celui-là même que J.-Ch. Willoquet nous a transmis. Il n’a pas été trituré, réécrit. Le témoignage est là, dans sa force brute. À travers le récit, à la fois haletant et dépouillé, de son expérience, c’est indirectement à une réflexion sur l’homme, la violence et la société — notre société —, que nous invite Jean-Charles Willoquet. Ce texte est sorti de prison régulièrement. Sa publication a été autorisée par le ministère de la Justice. Les droits d’auteur serviront, dans une forte proportion, à dédommager les victimes des actes délictueux accomplis par J.-Ch. Willoquet.

Ce livre est classé dans les catégories :

5,99 €
?

Ebook protégé par filigrane

L’éditeur de ce livre a choisi de protéger ce fichier par filigrane (ou watermarking). Ce filigrane permet de relier le fichier à son propriétaire via l’apposition d’un filigrane visible ou invisible sur le fichier.

Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Tout ça pour être libre”

Fiche technique

Résumé

Rappelez-vous : le 8 juillet 1975, Jean-Charles Willoquet s’évade, avec l’aide de sa femme, Martine, du Palais de Justice de Paris, en prenant deux magistrats en otage. Ce n’est pas sa première évasion : en mars 1973, Willoquet s’est déjà échappé de l’hôpital de Chartre-sur-Loire ; là, ont commencé une grande cavale et la naissance d’un mythe Willoquet. Après l’évasion du Palais de Justice de Paris, c’est à nouveau la grande traque. Celui que certains ont qualifié « d’ennemi public n° 1 » se fait finalement prendre le 2 décembre 1975. Si la route empruntée par J.-Ch. Willoquet est une route peu commune, la façon dont il a vécu cette expérience et dont il la raconte ne sont pas ordinaires non plus. Ce livre ne fait en rien l’apologie de la délinquance. C’est la description minutieuse d’un engrenage. Le texte est celui-là même que J.-Ch. Willoquet nous a transmis. Il n’a pas été trituré, réécrit. Le témoignage est là, dans sa force brute. À travers le récit, à la fois haletant et dépouillé, de son expérience, c’est indirectement à une réflexion sur l’homme, la violence et la société — notre société —, que nous invite Jean-Charles Willoquet. Ce texte est sorti de prison régulièrement. Sa publication a été autorisée par le ministère de la Justice. Les droits d’auteur serviront, dans une forte proportion, à dédommager les victimes des actes délictueux accomplis par J.-Ch. Willoquet.

Biographie de Jean-Charles Willoquet

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire