Votre compte

Tracts de Crise (N°08) - Les jours barbares


« Le coronavirus est peut-être notre dernière chance. "Il lui avait inoculé le virus redoutable de la vertu", écrit Victor Hugo. Puisse ce virus nous contraindre à cette vertu. Nous avons quelques mois pour ouvrir les yeux, pour nous rendre compte que dans les banques il n’y a rien, que les vraies richesses sont autour de nous, ces géraniums sauvages, ces bourgeons qui éclatent partout, cette lumière unique qui n’existe nulle part ailleurs. Le paradis est partout. Nous y sommes. » René Frégni

Ce livre est classé dans les catégories :

0,00 €
?

Ebook PDF

Ce format de livre numérique est plus adapté aux grands écrans (ordinateur & tablette) qu'aux petits écrans (liseuse et smartphone) car il ne permet pas d'adapter la taille de la police d'écriture.

Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Tracts de Crise (N°08) - Les jours barbares”

Fiche technique

Résumé

« Le coronavirus est peut-être notre dernière chance. "Il lui avait inoculé le virus redoutable de la vertu", écrit Victor Hugo. Puisse ce virus nous contraindre à cette vertu. Nous avons quelques mois pour ouvrir les yeux, pour nous rendre compte que dans les banques il n’y a rien, que les vraies richesses sont autour de nous, ces géraniums sauvages, ces bourgeons qui éclatent partout, cette lumière unique qui n’existe nulle part ailleurs. Le paradis est partout. Nous y sommes. » René Frégni

Biographie de René Frégni

Né le 8 juillet 1947 à Marseille, René Frégni a déserté l’armée après de brèves études et vécu pendant cinq ans à l’étranger sous une fausse identité. De retour en France, il a travaillé durant sept ans comme infirmier dans un hôpital psychiatrique avant de faire du café-théâtre et d’exercer divers métiers pour survivre et écrire. Depuis plusieurs années, il anime des ateliers d’écriture dans la prison d’Aix-en-Provence et celle des Baumettes. Il a reçu en 1989 le prix Populiste pour son roman Les Chemins noirs, le prix spécial du jury du Levant et le prix Cino del Duca en 1992 pour Les Nuits d’Alice, le prix Paul Léautaud pour Elle danse dans le noir en 1998, le prix Antigone pour On ne s’endort jamais seul en 2001, et le prix Nice Baie des Anges pour Tu tomberas avec la nuit en 2008.

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire