Votre compte

Trésors monétaires XXVIII


Ce nouveau volume de Trésors monétaires rassemble plusieurs trésors de monnaies d’or espagnoles perdus au xviie siècle : l’un découvert sur la plage de Donville-les-Bains, dans la Manche (24 monnaies, vers 1623-1629), un autre dans une maison de Castillonnès, dans le Lot-et-Garonne (45 monnaies, vers 1630-1635) ou bien encore d’Aurillac, dans le Cantal (24 monnaies et deux bijoux, vers 1665). S’y ajoute le spectaculaire trésor de monnaies d’argent espagnoles de l’épave de la Jeanne-Élisabeth, vaisseau suédois ayant sombré en 1755 au large de Maguelonne, sur la côte méditerranéenne. Ce trésor de quelque 4 000 pièces d’argent est remarquable par les péripéties qui accompagnent sa perte – course anglaise, naufrage, pillage – mais aussi par la richesse des informations qu’il nous livre. L’archéologie et l’examen des archives permettent de comprendre où et comment les lots ont été constitués, quelle a été la vitesse de circulation de cet argent depuis les ateliers américains jusqu’aux cales de la Jeanne-Élisabeth, etc. Il met aussi en lumière le rôle des marchands français dans la circulation des métaux américains, les zones privilégiées de circulation de l’argent dans une économie mondialisée qui va des Amériques à l’Inde et à la Chine en passant par l’Europe et le Proche-Orient. Ce volume s’accompagne également d’un article de synthèse sur la circulation de l’or espagnol en France au xviie siècle qui permet de situer ces ensembles monétaires dans leur contexte historique, politique, économique et financier.

Ce livre est classé dans les catégories :

39,99 €
?
Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Trésors monétaires XXVIII”

Fiche technique

Résumé

Ce nouveau volume de Trésors monétaires rassemble plusieurs trésors de monnaies d’or espagnoles perdus au xviie siècle : l’un découvert sur la plage de Donville-les-Bains, dans la Manche (24 monnaies, vers 1623-1629), un autre dans une maison de Castillonnès, dans le Lot-et-Garonne (45 monnaies, vers 1630-1635) ou bien encore d’Aurillac, dans le Cantal (24 monnaies et deux bijoux, vers 1665). S’y ajoute le spectaculaire trésor de monnaies d’argent espagnoles de l’épave de la Jeanne-Élisabeth, vaisseau suédois ayant sombré en 1755 au large de Maguelonne, sur la côte méditerranéenne. Ce trésor de quelque 4 000 pièces d’argent est remarquable par les péripéties qui accompagnent sa perte – course anglaise, naufrage, pillage – mais aussi par la richesse des informations qu’il nous livre. L’archéologie et l’examen des archives permettent de comprendre où et comment les lots ont été constitués, quelle a été la vitesse de circulation de cet argent depuis les ateliers américains jusqu’aux cales de la Jeanne-Élisabeth, etc. Il met aussi en lumière le rôle des marchands français dans la circulation des métaux américains, les zones privilégiées de circulation de l’argent dans une économie mondialisée qui va des Amériques à l’Inde et à la Chine en passant par l’Europe et le Proche-Orient. Ce volume s’accompagne également d’un article de synthèse sur la circulation de l’or espagnol en France au xviie siècle qui permet de situer ces ensembles monétaires dans leur contexte historique, politique, économique et financier.

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire