Votre compte

Trilogie des rives (Tome 2) - Saufs riverains


Je m’appelle Emmanuelle Salasc. Je suis née à Rodez, Aveyron, le 15 septembre 1969, quelques minutes avant ma sœur, de Norbert Salasc, originaire d’Octon, tout près de la rivière Salagou, département de l’Hérault, et de Monique Virenque, originaire de Boussinesq, commune d’Alrance, tout près de la rivière Alrance, sur le Lévézou, département de l’Aveyron. Entre ces deux territoires familiaux, il y a le pas de l’Escalette et le plateau du Larzac. Depuis le mois de mars, dans la vallée, les vannes du barrage sur le Salagou étaient fermées. En septembre, le patient travail de la montée des eaux abordait les deux petites vignes de mon grand-père paternel, pendant que ma mère perdait les eaux, dans la ville d’en haut. Sur ces hauteurs maternelles, un autre lac artificiel, barrant déjà l’Alrance depuis plus de quinze ans, gardait contre sa rive le secret d’un autre lieu familial disparu.

Ce livre est classé dans les catégories :

13,99 €
?

Version papier

19,50 €

Vérifier la de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Trilogie des rives (Tome 2) - Saufs riverains”

Fiche technique

  • Auteur : Emmanuelle Pagano
  • Éditeur : POL Editeur
  • Collection : Trilogie des rives
  • Date de parution : 03/01/17
  • EAN : 9782818041499
  • Format : ePub
  • Nombre de pages: 400
  • Taille du fichier : 440 Ko
  • Protection : Contenu protégé

Résumé

Je m’appelle Emmanuelle Salasc. Je suis née à Rodez, Aveyron, le 15 septembre 1969, quelques minutes avant ma sœur, de Norbert Salasc, originaire d’Octon, tout près de la rivière Salagou, département de l’Hérault, et de Monique Virenque, originaire de Boussinesq, commune d’Alrance, tout près de la rivière Alrance, sur le Lévézou, département de l’Aveyron. Entre ces deux territoires familiaux, il y a le pas de l’Escalette et le plateau du Larzac. Depuis le mois de mars, dans la vallée, les vannes du barrage sur le Salagou étaient fermées. En septembre, le patient travail de la montée des eaux abordait les deux petites vignes de mon grand-père paternel, pendant que ma mère perdait les eaux, dans la ville d’en haut. Sur ces hauteurs maternelles, un autre lac artificiel, barrant déjà l’Alrance depuis plus de quinze ans, gardait contre sa rive le secret d’un autre lieu familial disparu.

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire