Votre compte

Un ouvrier en 1820


« Fatale année 1820 ! » (Gazette de France, 23 décembre). Fatale aux Bourbons — et aux ouvriers tués Porte Saint-Denis, criant : « Vivent nos frères de Manchester... », suite au massacre de Peterloo (1819). Commencé en 1820 à Sainte-Pélagie, le manuscrit d’É. Bédé est, pour Paris, le tout premier où un ouvrier lui-même traite de la question ouvrière. Ce délégué à vie de la Société des Tourneurs s’adresse aux « Maîtres et Ouvriers des Siècles Futurs », afin de les réunir face à de « nouveaux maîtres » et de prévenir les ruptures. Le Commerce, ses spéculations s’opposent à l’Industrie dans ses traditions de travail : usages professionnels, coutume ouvrière, solidarité mutuelle, conscience corporative s’expriment par un cérémonial religieux et une résistance organisée à la coalition patronale, elle-même suspecte à l’Autorité. Le procès fait date et Maria, « la libératrice », obtient une grâce royale... Que du travail à la tâche — enjeu de la lutte — une élite ouvrière attende le moyen de s’établir témoigne de la structure, en ateliers dispersés mais dominés par le gros négoce, d’une « Fabrique de Paris », forme encore majeure de l’Industrie dans la capitale, diversifiée par les métiers d’art plus qu’à Lyon — là où la rupture survint fin novembre 1831. Ici et là, le mouvement a pour levain d’anciens soldats patriotes, tel Étienne Bédé naguère volontaire de l’an II.

Ce livre est classé dans les catégories :

8,49 €
?

Ebook PDF

Ce format de livre numérique est plus adapté aux grands écrans (ordinateur & tablette) qu'aux petits écrans (liseuse et smartphone) car il ne permet pas d'adapter la taille de la police d'écriture.

Ebook protégé par filigrane

L’éditeur de ce livre a choisi de protéger ce fichier par filigrane (ou watermarking). Ce filigrane permet de relier le fichier à son propriétaire via l’apposition d’un filigrane visible ou invisible sur le fichier.

Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Un ouvrier en 1820”

Fiche technique

Résumé

« Fatale année 1820 ! » (Gazette de France, 23 décembre). Fatale aux Bourbons — et aux ouvriers tués Porte Saint-Denis, criant : « Vivent nos frères de Manchester... », suite au massacre de Peterloo (1819). Commencé en 1820 à Sainte-Pélagie, le manuscrit d’É. Bédé est, pour Paris, le tout premier où un ouvrier lui-même traite de la question ouvrière. Ce délégué à vie de la Société des Tourneurs s’adresse aux « Maîtres et Ouvriers des Siècles Futurs », afin de les réunir face à de « nouveaux maîtres » et de prévenir les ruptures. Le Commerce, ses spéculations s’opposent à l’Industrie dans ses traditions de travail : usages professionnels, coutume ouvrière, solidarité mutuelle, conscience corporative s’expriment par un cérémonial religieux et une résistance organisée à la coalition patronale, elle-même suspecte à l’Autorité. Le procès fait date et Maria, « la libératrice », obtient une grâce royale... Que du travail à la tâche — enjeu de la lutte — une élite ouvrière attende le moyen de s’établir témoigne de la structure, en ateliers dispersés mais dominés par le gros négoce, d’une « Fabrique de Paris », forme encore majeure de l’Industrie dans la capitale, diversifiée par les métiers d’art plus qu’à Lyon — là où la rupture survint fin novembre 1831. Ici et là, le mouvement a pour levain d’anciens soldats patriotes, tel Étienne Bédé naguère volontaire de l’an II.

Biographie de Jacques Étienne Bédé

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire