Votre compte

Un tramway long comme la vie


Dans ses nouvelles, Vladimir Maramzine fait preuve d’une grande inventivité stylistique, marquée par l’ironie et l’absurde, dans la tradition de la littérature russe du XXe siècle (Zochtchenko, Platonov). C’est un petit garçon qui s’offusque d’être jeté sans ménagement dans une rivière pour apprendre à nager ; c’est une journée dans la vie d’un frotteur de parquet ; ce sont des métiers disparus et des portraits mémorables, dressés à partir de détails surprenants (un vieillard heureux d’avoir gardé ses dents, qui ne cesse de clapper et de jouer de la bouche)...

Dans une prose piquante et parfois cruelle, Vladimir Maramzine fait revivre le monde de l’après-guerre en URSS. Le plus long récit du recueil, Un tramway long comme la vie, se passe à Leningrad juste après la guerre. Le narrateur déroule l’histoire de sa vie, avec le tramway pour fil rouge. Par les fenêtres du wagon, c’est une ville exsangue que l’on découvre (les bâtiments détruits, les traces du blocus...), mais aussi des habitants qui cherchent à retrouver un quotidien normal. C’est dans le tram que le narrateur rencontre des filles, s’essaie au difficile métier de pickpocket, échange des insultes, regarde les passagers lire ou manger. Jour après jour, le tram devient pour lui un poste d’observation depuis lequel il voit l’URSS changer... jusqu’à son dernier souffle sur les rails.

Né en 1934 à Leningrad, Vladimir Maramzine est l’un des auteurs les plus originaux et les plus importants de sa génération. Il est l’un des éditeurs des premières œuvres complètes de Joseph Brodsky en 5 volumes (parues en édition clandestine entre 1972 et 1974). Arrêté en 1974 pour ses activités dans le samizdat, il quitte l’URSS pour Paris, où il sera très actif dans le milieu de l’émigration dès 1975. Dès lors, ses textes paraissent dans les meilleures revues et maisons d’édition russes de l’étranger, en France et aux États-Unis (Ardis, Kontinent, Rousskaïa mysl, Novoe rousskoe slovo...). Il fonde la revue littéraire Ekho avec Alexeï Khvostenko et la dirige de 1978 à 1986. Ses ouvrages ont été traduits en allemand, en anglais, en hollandais ; un seul a paru en français à ce jour : Moi, avec une gifle dans la main (Luneau Ascot Éditeurs, 1982).

« Je considère Vladimir Maramzine comme le prosateur russe le plus remarquable de la génération d’après-guerre. » Joseph Brodsky, Khronika zachtchity prav v SSSR, 1974

Ce livre est classé dans les catégories :

11,99 €
?

Version papier

18,00 €

Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Un tramway long comme la vie”

Fiche technique

Résumé

Dans ses nouvelles, Vladimir Maramzine fait preuve d’une grande inventivité stylistique, marquée par l’ironie et l’absurde, dans la tradition de la littérature russe du XXe siècle (Zochtchenko, Platonov). C’est un petit garçon qui s’offusque d’être jeté sans ménagement dans une rivière pour apprendre à nager ; c’est une journée dans la vie d’un frotteur de parquet ; ce sont des métiers disparus et des portraits mémorables, dressés à partir de détails surprenants (un vieillard heureux d’avoir gardé ses dents, qui ne cesse de clapper et de jouer de la bouche)...

Dans une prose piquante et parfois cruelle, Vladimir Maramzine fait revivre le monde de l’après-guerre en URSS. Le plus long récit du recueil, Un tramway long comme la vie, se passe à Leningrad juste après la guerre. Le narrateur déroule l’histoire de sa vie, avec le tramway pour fil rouge. Par les fenêtres du wagon, c’est une ville exsangue que l’on découvre (les bâtiments détruits, les traces du blocus...), mais aussi des habitants qui cherchent à retrouver un quotidien normal. C’est dans le tram que le narrateur rencontre des filles, s’essaie au difficile métier de pickpocket, échange des insultes, regarde les passagers lire ou manger. Jour après jour, le tram devient pour lui un poste d’observation depuis lequel il voit l’URSS changer... jusqu’à son dernier souffle sur les rails.

Né en 1934 à Leningrad, Vladimir Maramzine est l’un des auteurs les plus originaux et les plus importants de sa génération. Il est l’un des éditeurs des premières œuvres complètes de Joseph Brodsky en 5 volumes (parues en édition clandestine entre 1972 et 1974). Arrêté en 1974 pour ses activités dans le samizdat, il quitte l’URSS pour Paris, où il sera très actif dans le milieu de l’émigration dès 1975. Dès lors, ses textes paraissent dans les meilleures revues et maisons d’édition russes de l’étranger, en France et aux États-Unis (Ardis, Kontinent, Rousskaïa mysl, Novoe rousskoe slovo...). Il fonde la revue littéraire Ekho avec Alexeï Khvostenko et la dirige de 1978 à 1986. Ses ouvrages ont été traduits en allemand, en anglais, en hollandais ; un seul a paru en français à ce jour : Moi, avec une gifle dans la main (Luneau Ascot Éditeurs, 1982).

« Je considère Vladimir Maramzine comme le prosateur russe le plus remarquable de la génération d’après-guerre. » Joseph Brodsky, Khronika zachtchity prav v SSSR, 1974

Biographie de Vladimir Maramzine

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire