Votre compte

Une fille du tonnerre

Léo Malet (preface_by)


Le temps passe vite dans ce métier de feignasse. Quand je pense aux besognes que les chefs se croient obligés d’inventer pour justifier le traitement de leurs milliers d’inspecteurs ! Je dis bien, milliers ! Mais nom de Dieu, quand il n’y a rien à faire, dites-leur, il n’y a rien, restez chez vous et faites de l’aquarelle, de la pâtisserie, de la sculpture. Les Anglais, qui savent mieux que personne à quel point l’homme peut devenir malfaisant, ont tous un hobby, un dada, une manie. C’est en eux. Quand on postule pour un emploi là-bas, il faut dire quel est son hobby : chasse aux diptères, bousiers, clarinette. On doit le déclarer. Obligatoire. Chez nous, il est vrai, on sait trop que l’homme sorti de son travail ne peut faire que deux choses : boire et courir. Demandez aux belles-mères. Dans Une fille du tonnerre, personne n’est épargné. Flics, curés, notamment progressistes, cocos, cucus, cocus, russkoffs, amerloks, députés, ministres, arabes, juifs, pas juifs, à caca demi-chiens, etc., tout le monde en prend pour son grade. Nous assistons au plus réjouissant jeu de massacre qui soit. Ce n’est pas du roman, c’est du pamphlet. Léo Malet

Ce livre est classé dans les catégories :

7,49 €
?

Ebook PDF

Ce format de livre numérique est plus adapté aux grands écrans (ordinateur & tablette) qu'aux petits écrans (liseuse et smartphone) car il ne permet pas d'adapter la taille de la police d'écriture.

Ebook protégé par filigrane

L’éditeur de ce livre a choisi de protéger ce fichier par filigrane (ou watermarking). Ce filigrane permet de relier le fichier à son propriétaire via l’apposition d’un filigrane visible ou invisible sur le fichier.

Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Une fille du tonnerre”

Fiche technique

Résumé

Le temps passe vite dans ce métier de feignasse. Quand je pense aux besognes que les chefs se croient obligés d’inventer pour justifier le traitement de leurs milliers d’inspecteurs ! Je dis bien, milliers ! Mais nom de Dieu, quand il n’y a rien à faire, dites-leur, il n’y a rien, restez chez vous et faites de l’aquarelle, de la pâtisserie, de la sculpture. Les Anglais, qui savent mieux que personne à quel point l’homme peut devenir malfaisant, ont tous un hobby, un dada, une manie. C’est en eux. Quand on postule pour un emploi là-bas, il faut dire quel est son hobby : chasse aux diptères, bousiers, clarinette. On doit le déclarer. Obligatoire. Chez nous, il est vrai, on sait trop que l’homme sorti de son travail ne peut faire que deux choses : boire et courir. Demandez aux belles-mères. Dans Une fille du tonnerre, personne n’est épargné. Flics, curés, notamment progressistes, cocos, cucus, cocus, russkoffs, amerloks, députés, ministres, arabes, juifs, pas juifs, à caca demi-chiens, etc., tout le monde en prend pour son grade. Nous assistons au plus réjouissant jeu de massacre qui soit. Ce n’est pas du roman, c’est du pamphlet. Léo Malet

Biographie d’Albert Paraz

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire