Votre compte

Une histoire à soi


Peut-on exister collectivement sans une histoire à présenter et à transmettre ? Chaque commune française n’a-t-elle pas des édifices, des objets, des vestiges à exposer et, au moins, un passé à raconter ? Évident ou discret, troué de lacunes et d’oublis, tiraillé entre l’archive et la légende, le récit historique fonde, dans nos sociétés, les identités dans le temps. Il a ses érudits, ses thèmes de prédilection et ses formes d’expression. Par l’intermédiaire de l’école, la Nation et la République ont longtemps délimité les horizons et posé les grands repères qui permettaient d’inscrire la localité dans leur "grand récit". Aujourd’hui, le paysage de l’histoire ordinaire se métamorphose sous nos yeux. D’autres acteurs la racontent d’autres pouvoirs la suscitent. Ils la donnent moins à lire qu’à voir, à toucher, à ressentir. Et puis, surtout, la référence spectaculaire au passé énonce d’autres façons de fonder et de partager un même lieu en produisant son sens. Ce livre explore ces nouveaux rapports à l’histoire. En nous conduisant du Larzac à la Creuse, du vignoble languedocien aux anciens sites industriels lorrains et stéphanois, de Martigues à Montpellier des ethnologues nous découvrent à quel point notre modernité a partout relancé deux débats cruciaux : qui a autorité pour représenter l’histoire ? Que faire ensemble de ces figures, de ces récits ?

Ce livre est classé dans les catégories :

10,99 €
?
Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Une histoire à soi”

Fiche technique

Résumé

Peut-on exister collectivement sans une histoire à présenter et à transmettre ? Chaque commune française n’a-t-elle pas des édifices, des objets, des vestiges à exposer et, au moins, un passé à raconter ? Évident ou discret, troué de lacunes et d’oublis, tiraillé entre l’archive et la légende, le récit historique fonde, dans nos sociétés, les identités dans le temps. Il a ses érudits, ses thèmes de prédilection et ses formes d’expression. Par l’intermédiaire de l’école, la Nation et la République ont longtemps délimité les horizons et posé les grands repères qui permettaient d’inscrire la localité dans leur "grand récit". Aujourd’hui, le paysage de l’histoire ordinaire se métamorphose sous nos yeux. D’autres acteurs la racontent d’autres pouvoirs la suscitent. Ils la donnent moins à lire qu’à voir, à toucher, à ressentir. Et puis, surtout, la référence spectaculaire au passé énonce d’autres façons de fonder et de partager un même lieu en produisant son sens. Ce livre explore ces nouveaux rapports à l’histoire. En nous conduisant du Larzac à la Creuse, du vignoble languedocien aux anciens sites industriels lorrains et stéphanois, de Martigues à Montpellier des ethnologues nous découvrent à quel point notre modernité a partout relancé deux débats cruciaux : qui a autorité pour représenter l’histoire ? Que faire ensemble de ces figures, de ces récits ?

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire