Votre compte

Une si belle école


Devenir instituteur, c'était le rêve de nombreux enfants dans la France de l'immédiat après-guerre. Ornella, par exemple, a bataillé dur pour entrer à l'École Normale, mais le succès était au bout de la route et l'a conduite vers son premier poste de maîtresse d'école à Ségalières, un village perdu des hauts-plateaux du Lot, en octobre 1954. Là, elle se heurte à l'hostilité du maire, du curé et des habitants, qui ont besoin de leurs enfants dans les fermes. Un nouveau poste l'attend à Peyrignac, sur le causse, où elle va partager la classe avec Pierre, fils d'un châtelain de Cahors. Entre ces deux enseignants issus de milieux différents mais qui ne vivent que pour leur métier, c'est le coup de foudre que seule assombrira la guerre d'Algérie. Au fil des ans, au gré des réformes scolaires, ils poursuivront leur carrière avec la même passion jusqu'à ce qu'une décision ministérielle les transforme en « professeurs des écoles » en 1989.L'école d'antan, son odeur de craie et d'encre violette, ses instituteurs héritiers des hussards de la Troisième République, respectés de tous, exemplaires et dévoués, c'est ce que Christian Signol évoque avec beaucoup d'émotion et de vérité dans ce beau roman qui relate également un demi-siècle de l'histoire d'une société française, dont l'école symbolisait la réussite et l'espoir en l'avenir.

Ce livre est classé dans les catégories :

8,49 €
?

Version papier

4,44 €

Ebook protégé

L’éditeur de ce livre a choisi de protéger ce fichier. Lisez ce livre en un clic avec une liseuse TEA ou le logiciel TEA Ebook.

Pour lire ce livre ou le charger sur un autre support (Sony…) un logiciel propriétaire est nécessaire. En savoir plus.

Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Une si belle école”

Fiche technique

Résumé

Devenir instituteur, c'était le rêve de nombreux enfants dans la France de l'immédiat après-guerre. Ornella, par exemple, a bataillé dur pour entrer à l'École Normale, mais le succès était au bout de la route et l'a conduite vers son premier poste de maîtresse d'école à Ségalières, un village perdu des hauts-plateaux du Lot, en octobre 1954. Là, elle se heurte à l'hostilité du maire, du curé et des habitants, qui ont besoin de leurs enfants dans les fermes. Un nouveau poste l'attend à Peyrignac, sur le causse, où elle va partager la classe avec Pierre, fils d'un châtelain de Cahors. Entre ces deux enseignants issus de milieux différents mais qui ne vivent que pour leur métier, c'est le coup de foudre que seule assombrira la guerre d'Algérie. Au fil des ans, au gré des réformes scolaires, ils poursuivront leur carrière avec la même passion jusqu'à ce qu'une décision ministérielle les transforme en « professeurs des écoles » en 1989.L'école d'antan, son odeur de craie et d'encre violette, ses instituteurs héritiers des hussards de la Troisième République, respectés de tous, exemplaires et dévoués, c'est ce que Christian Signol évoque avec beaucoup d'émotion et de vérité dans ce beau roman qui relate également un demi-siècle de l'histoire d'une société française, dont l'école symbolisait la réussite et l'espoir en l'avenir.

Biographie de Christian Signol

Christian Signol est traduit dans quinze langues. Consacré en 2015 comme l'un des dix romanciers préférés des français, il est l'auteur de grandes sagas en plusieurs tomes comme La Rivière Espérance (1990), Les Vignes de Sainte Colombe (Prix Maison de la presse 1997), Ce que vivent les hommes (2000) et Les Messieurs de Grandval (2005).

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire