Votre compte

Vies privées


Ce livre est le récit d'une journée de consultation, et chaque séance est l'occasion d'une réflexion engagée sur des problèmes aussi fondamentaux que la maltraitance, la violence institutionnelle ou la place que la société accorde à l'enfant. Au règne de l'enfant roi, chéri mais bien dressé, a succédé celui de l'enfant victime. Des droits lui ont été concédés, un statut de personne lui a été reconnu, mais quiconque aura lu l'histoire d'Igor, de Marie, d'Ève, de Clara ou de Boris ne pourra plus soutenir que, s'agissant de nos enfants, tout est aujourd'hui pour le mieux dans le meilleur des mondes possible. Se pose alors l'inévitable question, à laquelle Caroline Eliacheff s'emploie à répondre : que pouvons-nous, que devons-nous faire ?La maltraitance existe. Les chiffres le disent. Les professionnels le savent, le grand public aussi. On comprend que certaines institutions, telle l'Aide sociale à l'enfance, s'efforcent avec une vigilance accrue de protéger les enfants contre les mauvais traitements dont ils sont parfois victimes, au besoin en les séparant de leurs parents et en leur offrant une famille d'accueil qui les aidera à s'épanouir. Mais dans quelles conditions, et jusqu'à quel point, l'intervention de la société dans la vie privée est-elle légitime ? Les juges d'enfants, les travailleurs sociaux croient bien faire et font souvent bien. Mais agissent-ils toujours dans l'intérêt de l'enfant ?La diabolisation des parents est aujourd'hui si répandue qu'elle couvre trop souvent d'autres formes de violence, plus discrètes, plus insidieuses aussi, en premier lieu celle des institutions dont la fonction est précisément de protéger les enfants. Comment justifier que les enfants nés sous X soient, dans leur intérêt, privés des informations qui pourraient les aider à construire leur identité ? Comment accepter les délais que la Justice impose avant d'autoriser une adoption ? Enfin, est-il normal que les institutions étatiques jugent seules, et suivant des critères parfois arbitraires, de ce qui est bon pour l'enfant ?Caroline Eliacheff, psychanalyste et pédopsychiatre a publié aux Editions Odile Jacob Les indomptables, figures de l'anorexie (en collaboration avec Ginette Raimbault) et À Corps et à cris .
8,99 €
?

Version papier

12,94 €

Ebook protégé

L’éditeur de ce livre a choisi de protéger ce fichier avec la technologie Adobe DRM.

Pour lire ce livre ou le charger sur votre support de lecture, un logiciel propriétaire est nécessaire. En savoir plus.

Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Vies privées”

Fiche technique

  • Auteur : Caroline Eliacheff
  • Éditeur : Odile Jacob
  • Date de parution : 01/01/97
  • EAN : 9782738173263
  • Format : ePub
  • Nombre de pages: 160
  • Protection : Contenu protégé

Résumé

Ce livre est le récit d'une journée de consultation, et chaque séance est l'occasion d'une réflexion engagée sur des problèmes aussi fondamentaux que la maltraitance, la violence institutionnelle ou la place que la société accorde à l'enfant. Au règne de l'enfant roi, chéri mais bien dressé, a succédé celui de l'enfant victime. Des droits lui ont été concédés, un statut de personne lui a été reconnu, mais quiconque aura lu l'histoire d'Igor, de Marie, d'Ève, de Clara ou de Boris ne pourra plus soutenir que, s'agissant de nos enfants, tout est aujourd'hui pour le mieux dans le meilleur des mondes possible. Se pose alors l'inévitable question, à laquelle Caroline Eliacheff s'emploie à répondre : que pouvons-nous, que devons-nous faire ?La maltraitance existe. Les chiffres le disent. Les professionnels le savent, le grand public aussi. On comprend que certaines institutions, telle l'Aide sociale à l'enfance, s'efforcent avec une vigilance accrue de protéger les enfants contre les mauvais traitements dont ils sont parfois victimes, au besoin en les séparant de leurs parents et en leur offrant une famille d'accueil qui les aidera à s'épanouir. Mais dans quelles conditions, et jusqu'à quel point, l'intervention de la société dans la vie privée est-elle légitime ? Les juges d'enfants, les travailleurs sociaux croient bien faire et font souvent bien. Mais agissent-ils toujours dans l'intérêt de l'enfant ?La diabolisation des parents est aujourd'hui si répandue qu'elle couvre trop souvent d'autres formes de violence, plus discrètes, plus insidieuses aussi, en premier lieu celle des institutions dont la fonction est précisément de protéger les enfants. Comment justifier que les enfants nés sous X soient, dans leur intérêt, privés des informations qui pourraient les aider à construire leur identité ? Comment accepter les délais que la Justice impose avant d'autoriser une adoption ? Enfin, est-il normal que les institutions étatiques jugent seules, et suivant des critères parfois arbitraires, de ce qui est bon pour l'enfant ?Caroline Eliacheff, psychanalyste et pédopsychiatre a publié aux Editions Odile Jacob Les indomptables, figures de l'anorexie (en collaboration avec Ginette Raimbault) et À Corps et à cris .

Biographie de Caroline Eliacheff

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire