Votre compte

Vive la crise ! ou l'art de répéter (inlassablement) dans les médias qu'il est urgent de réformer (e


Au début des années 1980, de dévoués journalistes se sont donné pour mission de faciliter l'" entrée du capitalisme dans la gauche ". Par une heureuse coïncidence, cette aspiration correspondait très exactement avec celles des " socialistes " de gouvernement, qui ambitionnaient alors de rompre avec... le socialisme. Ce reniement requérait un solide travail de " pédagogie ", où le quotidien Libération prit par exemple toute sa part en confectionnant dès 1984, avec la complicité de l'ancien communiste Yves Montand et pour accompagner la stupéfiante émission " Vive la crise ! ", un hors-série d'anthologie où se trouvait l'essentiel de ce qui allait fonder, pour trente ans, le discours de la presse dominante.

Trois décennies plus tard, l'édifice idéologique ainsi construit n'en finit plus de s'effondrer dans la crise. Cette dislocation aurait pu inciter ces (obstinés) forgerons du consentement à plus de modestie. Mais les pontifes du temps ont ceci de particulier qu'ils ne connaissent pas la honte. Confrontés aux effets concrets de leurs prédications, ils concèdent parfois (mieux vaut tard que jamais) qu'il conviendrait d'" humaniser " un peu les marchés, mais c'est pour mieux répéter que l'unique façon de remédier à la crise du capitalisme est d'opter pour toujours plus... de capitalisme.


Sébastien Fontenelle est journaliste. Derniers ouvrages parus : Les Éditocrates ou Comment parler de (presque) tout en racontant (vraiment) n'importe quoi (collectif, La Découverte, 2009), Même pas drôle. Philippe Val de Charlie Hebdo à Sarkozy (Libertalia, 2010).


Ce livre est classé dans les catégories :

9,99 €
?

Version papier

10,00 €

Ebook protégé

L’éditeur de ce livre a choisi de protéger ce fichier avec la technologie Adobe DRM.

Pour lire ce livre ou le charger sur votre support de lecture, un logiciel propriétaire est nécessaire. En savoir plus.

Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Vive la crise ! ou l'art de répéter (inlassablement) dans les médias qu'il est urgent de réformer (e”

Fiche technique

Résumé

Au début des années 1980, de dévoués journalistes se sont donné pour mission de faciliter l'" entrée du capitalisme dans la gauche ". Par une heureuse coïncidence, cette aspiration correspondait très exactement avec celles des " socialistes " de gouvernement, qui ambitionnaient alors de rompre avec... le socialisme. Ce reniement requérait un solide travail de " pédagogie ", où le quotidien Libération prit par exemple toute sa part en confectionnant dès 1984, avec la complicité de l'ancien communiste Yves Montand et pour accompagner la stupéfiante émission " Vive la crise ! ", un hors-série d'anthologie où se trouvait l'essentiel de ce qui allait fonder, pour trente ans, le discours de la presse dominante.

Trois décennies plus tard, l'édifice idéologique ainsi construit n'en finit plus de s'effondrer dans la crise. Cette dislocation aurait pu inciter ces (obstinés) forgerons du consentement à plus de modestie. Mais les pontifes du temps ont ceci de particulier qu'ils ne connaissent pas la honte. Confrontés aux effets concrets de leurs prédications, ils concèdent parfois (mieux vaut tard que jamais) qu'il conviendrait d'" humaniser " un peu les marchés, mais c'est pour mieux répéter que l'unique façon de remédier à la crise du capitalisme est d'opter pour toujours plus... de capitalisme.


Sébastien Fontenelle est journaliste. Derniers ouvrages parus : Les Éditocrates ou Comment parler de (presque) tout en racontant (vraiment) n'importe quoi (collectif, La Découverte, 2009), Même pas drôle. Philippe Val de Charlie Hebdo à Sarkozy (Libertalia, 2010).


Biographie de Sébastien Fontenelle

Sébastien Fontenelle est journaliste indépendant. Il a notamment publié La Position du penseur couché : Répliques à Alain Finkielkraut (2007) et Les Éditocrates ou comment parler de (presque) tout en racontant (vraiment) n'importe quoi (2009).

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire