Votre compte

Volume 39, numéro 3, 2003 - Situations du poème en prose au Québec


Comme en fait foi la polémique qui entoura les Aventures de Télémaque au xviiie siècle, l’expression « poème en prose » apparaît assez tôt dans l’histoire littéraire française. D’abord confondue avec la notion de « prose poétique », l’appellation change de sens pour prendre son acception moderne avec Baudelaire, dont la lettre à Arsène Houssaye marque une date dans l’histoire de la poésie tout court. Le nom de « poème en prose », porteur d’une contradiction essentielle, signale bien sûr le procès du rapport entre le vers et la poésie, mais soulève aussi plus largement la question de l’hybridité. « Impuissance, monstre, bâtard, hybride : la carte d’identité du poème en prose se lit comme un catalogue de troubles de la génération », observe Barbara Johnson. La mémoire du genre se trouve d’ailleurs mise à l’épreuve par plusieurs écrivains : Baudelaire prend ses distances face à son prédécesseur immédiat Aloysius Bertrand, Max Jacob rejette le modèle rimbaldien, Ponge refuse le statut de poète en prose. De façon paradoxale, le genre acquiert ainsi ses lettres de noblesse à travers les ruptures qui jalonnent son histoire. On ne s’étonne pas, dès lors, que le poème en prose continue de résister aux définitions strictes. Dans sa monumentale étude de 1959 qui constitue le premier bilan approfondi sur la question, Suzanne Bernard écrit : « On ne peut évidemment définir le poème en prose de l’extérieur et d’une manière formelle, pas plus d’ailleurs que le roman : il n’obéit pas à des règles a priori comme les genres fixes de la ballade ou du sonnet par exemple, mais à certaines lois qui se sont peu à peu dégagées de nombreuses tentatives ». Les « lois » — par exemple, selon Bernard, la densité et la volonté d’organisation — découlant des tentatives, le genre est voué à une perpétuelle redéfinition, à la lumière de l’histoire.
7,49 €
?

Ebook PDF

Ce format de livre numérique est plus adapté aux grands écrans (ordinateur & tablette) qu'aux petits écrans (liseuse et smartphone) car il ne permet pas d'adapter la taille de la police d'écriture.

Ebook protégé par filigrane

L’éditeur de ce livre a choisi de protéger ce fichier par filigrane (ou watermarking). Ce filigrane permet de relier le fichier à son propriétaire via l’apposition d’un filigrane visible ou invisible sur le fichier.

Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Volume 39, numéro 3, 2003 - Situations du poème en prose au Québec”

Fiche technique

Résumé

Comme en fait foi la polémique qui entoura les Aventures de Télémaque au xviiie siècle, l’expression « poème en prose » apparaît assez tôt dans l’histoire littéraire française. D’abord confondue avec la notion de « prose poétique », l’appellation change de sens pour prendre son acception moderne avec Baudelaire, dont la lettre à Arsène Houssaye marque une date dans l’histoire de la poésie tout court. Le nom de « poème en prose », porteur d’une contradiction essentielle, signale bien sûr le procès du rapport entre le vers et la poésie, mais soulève aussi plus largement la question de l’hybridité. « Impuissance, monstre, bâtard, hybride : la carte d’identité du poème en prose se lit comme un catalogue de troubles de la génération », observe Barbara Johnson. La mémoire du genre se trouve d’ailleurs mise à l’épreuve par plusieurs écrivains : Baudelaire prend ses distances face à son prédécesseur immédiat Aloysius Bertrand, Max Jacob rejette le modèle rimbaldien, Ponge refuse le statut de poète en prose. De façon paradoxale, le genre acquiert ainsi ses lettres de noblesse à travers les ruptures qui jalonnent son histoire. On ne s’étonne pas, dès lors, que le poème en prose continue de résister aux définitions strictes. Dans sa monumentale étude de 1959 qui constitue le premier bilan approfondi sur la question, Suzanne Bernard écrit : « On ne peut évidemment définir le poème en prose de l’extérieur et d’une manière formelle, pas plus d’ailleurs que le roman : il n’obéit pas à des règles a priori comme les genres fixes de la ballade ou du sonnet par exemple, mais à certaines lois qui se sont peu à peu dégagées de nombreuses tentatives ». Les « lois » — par exemple, selon Bernard, la densité et la volonté d’organisation — découlant des tentatives, le genre est voué à une perpétuelle redéfinition, à la lumière de l’histoire.

Biographie de Lucie Bourassa

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire