Aloysius Bertrand

  • Quand d'Amsterdam le coq d'or chantera,
    La poule d'or de Harlem pondera.Les Centuries de Nostradamus. Harlem, cette admirable bambochade qui résume l'école flamande, Harlem peint par Jean Breughel, Peter Neef, David Téniers et Paul Rembrandt ;Et le canal où l'eau bleue tremble, et l'église où le vitrage d'or flamboie, et le stoel où sèche le linge au soleil, et les toits, verts de houblon ;Et les cigognes qui battent des ailes autour de l'horloge de la ville, tendant le col du haut des airs, et recevant dans leur bec les gouttes de pluie ;Et l'insouciant bourgmestre qui caresse de la main son menton double, et l'amoureux fleuriste qui maigrit, l'oeil attaché à une tulipe ;Et la bohémienne qui se pâme sur sa mandoline, et le vieillard qui joue du rommelpot, et l'enfant qui enfle une vessie ;Et les buveurs qui fument dans l'estaminet borgne, et la servante de l'hôtellerie, qui accroche à la fenêtre un faisan mort.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • Gaspard de la nuit

    Aloysius Bertrand

    • Le livre de poche
    • 10 Avril 2013

    Edition enriche (Préface, notes, documents sur l'oeuvre, pièces détachées, premiers états de textes, chronologie et bibliographie)En 1842, un an après la mort de son discret auteur, la première édition de Gaspard de la Nuit ne rencontre guère que le silence : vingt exemplaires à peine en sont vendus. Et il est vrai que les premiers lecteurs étaient sans doute mal préparés à la découverte de ce recueil de courtes « fantaisies à la manière de Rembrandt et de Callot » qui offraient à la fois l'apparence de la prose et la réalité d'une pure écriture poétique.
    Il faudra attendre Baudelaire pour que le poème en prose soit reconnu, et c'est justement l'auteur du Spleen de Paris qui fera découvrir à un public plus large ce « fameux Gaspard de la Nuit » grâce auquel l'idée lui est venue à son tour de « tenter quelque chose d'analogue ». D'analogue ? Rien n'est moins sûr car si les pièces de Baudelaire s'attachent à la vie moderne, celles de Bertrand nous proposent la peinture de la vie ancienne. Et ce sont bien deux naissances successives du poème en prose.
    Edition de Jean-Luc Steinmetz

  • Gaspard de la nuit

    ,

    • Ligaran
    • 4 Février 2015

    Extrait : "Deux ladres se lamentaient sous ma fenêtre, un chien hurlait dans le carrefour, et le grillon de mon foyer vaticinait tout bas. Mais bientôt mon oreille n'interrogea plus qu'un silence profond. Les lépreux étaient rentrés dans leur chenil, aux coups de Jacquemart qui battait sa femme. Le chien avait enfilé une venelle, devant les pertuisanes du guet enrouillé par la pluie et morfondu par la bise. "

empty