Alice Jeunesse

  • La belle rouge

    Anne Loyer

    • Alice jeunesse
    • 14 Décembre 2015

    Récit d'une rencontre inattendue
    Marje est camionneuse depuis 25 ans. Avec son beau camion rouge, elle sillonne les routes. Entre lui et elle, c'est une grande histoire d'amour.
    Kader a 16 ans. Abandonné par sa mère à 7 ans, il a connu les familles d'accueil et les ennuis avec la justice. Aujourd'hui, il vit dans un centre pour mineurs. Mais c'est une vraie tête brûlée qui n'a qu'une envie : se faire oublier.
    Un jour, Kader décide de partir. Perdu sur une aire d'autoroute, il monte dans un camion rouge laissé ouvert...
    Aventures et émotions garanties
    EXTRAIT
    Il ne sait même plus pourquoi il est là. Avec sa basket gauche trouée, son blouson ouvert aux quatre vents, son sac à dos à moitié vide, sa caboche pleine à craquer. Il est là. Debout. Raide comme un piquet sur ce bitume sale et luisant. En transit. En partance. En attente. Les yeux grands ouverts sur la nuit qui ne veut pas finir. Lourde, opaque, mystérieuse. Et après, il se passe quoi ?
    A PROPOS DE L'AUTEUR
    Journaliste pendant plus de quinze ans, à raconter les histoires des autres, Anne Loyer a eu envie de passer de l'autre côté du miroir, pour raconter les siennes. Depuis, elle écrit des romans et des albums, merveilleusement entourée de son mari, de ses deux enfants et de montagnes de livres, au coeur de la belle ville de Bourges. De quoi nourrir l'imagination et enchanter l'inspiration.

  • Comme une envie de voir la mer

    Anne Loyer

    • Alice jeunesse
    • 14 Décembre 2015

    Fuir pour trouver des réponses
    À seize ans, Ludivine vient d'avoir son bac. C'est une fierté pour ses parents. Pour elle, c'est surtout le moment tant attendu de prendre son envol et de se défaire des attentes qu'ils ont fait peser toutes ces années sur ses jeunes épaules. Entourée de tous ses amis, Ludivine fête l'événement comme il se doit. Rien ne pourrait gâcher cette journée. Sauf un message laissé sur son répondeur... Le message d'une inconnue qui va bouleverser sa vie. Du jour au lendemain, exit Ludivine, bonjour Ludie ! La jeune fille impose à tous, et surtout à ses parents, ce nouveau prénom. Mais ça amuse plus que ça n'interpelle. Alors, sans prévenir qui que ce soit, Ludie fugue vers la mer avec, en guise de bagage, son grand frère handicapé et l'espoir de trouver une réponse au mensonge qui a régi toute son existence jusqu'ici.
    Un récit inspirant et optimiste
    EXTRAIT
    C'est quand elle s'est fait appeler Ludie que tout a commencé.
    Ce n'était pas vraiment un prénom, Ludie. Un collage bancal de deux syllabes, tout au plus. Pourtant elle l'aimait, cette sonorité. Elle y tenait. C'est d'ailleurs elle qui l'avait imposée dès qu'elle en avait eu le droit. Non. Ce n'est pas exactement ça. Dès qu'elle avait pris ce droit. À la hussarde.
    A PROPOS DE L'AUTEUR
    Journaliste pendant plus de quinze ans, à raconter les histoires des autres, Anne Loyer a eu envie de passer de l'autre côté du miroir, pour raconter les siennes. Depuis, elle écrit des romans et des albums, merveilleusement installée dans le Cantal, entre des montagnes de livres et des montagnes tout court. De quoi nourrir l'imagination et enchanter l'inspiration !

  • I comme Iris

    ,

    • Alice jeunesse
    • 29 Octobre 2014

    Entre la séparation de ses parents et ses problèmes d'écriture, Iris ne sait plus où donner de la tête !
    Iris adorerait savoir écrire. Enfin, elle sait écrire... Par exemple, quand elle a fini son petit-déjeuner: « Je pars, bisous. »... mais pas beaucoup plus. Les mots se bousculent, comme s'ils voulaient sortir trop vite de sa main, à la même vitesse que quand elle parle. Parce que, ça, parler, elle le fait sans problème...
    Ses problèmes avec l'écriture durent depuis deux ans, depuis qu'elle et sa maman se sont installées seules dans un petit appartement, sans papa... L'école décide qu'Iris doit aller voir un orthophoniste. Ce sera Ludo, un ami d'un ami. Le courant passe tout de suite à merveille, et Iris prend progressivement de l'assurance. Jusqu'au jour où sa maman invite l'orthophoniste à dîner, pour le remercier... Plutôt, elle invite « Ludo » à dîner ! Et se fait jolie, en plus, pour l'occasion. Iris ne supporte pas l'idée que sa maman puisse un jour tomber amoureuse de quelqu'un d'autre que son papa... Encore moins s'il s'agit de SON orthophoniste, qui devait l'aider ELLE.
    Ce roman est rempli de thèmes différents, croisés, et sans doute liés. Celui du divorce et de la difficulté à se faire à sa nouvelle vie ; celui de l'échec scolaire, de la difficulté d'expression (surtout que ça va si bien « en paroles ») ; celui de la difficulté à accepter la nouvelle relation d'un parent... et celui des relations patient-spécialiste, même s'il ne s'agit que d'amitié. On se sent justement tellement plus vite trahi par les personnes qui nous servent de bouée de sauvetage... L'histoire est racontée par Iris : le lecteur n'a donc que son point de vue. Il est d'autant plus facile de se sentir plein d'empathie pour elle, de comprendre sa détresse à l'idée de revivre les disputes que ses parents avaient trop souvent, même si elle imagine sans doute beaucoup de scénarios catastrophe qui ne se produiront jamais.
    Un récit émouvant sur la difficulté à accepter les changements que nous impose parfois la vie
    EXTRAIT
    Je ne sais pas écrire. C'est dit. Pourtant, j'adorerais. Faire mieux que le petit mot du matin quand je pars en retard. Celui que je pose entre le bol de café vide et la serviette en boule pour dire : « Je pars. Bisous. À plus ! » Ça, je maîtrise. Il faut dire que c'est le seul moyen de parler à ma mère. Elle dort toujours quand je me lève. C'est comme ça depuis deux ans. Depuis que nous nous sommes installées toutes les deux au numéro 2 de la rue des Alouettes, au deuxième étage d'un immeuble en briques rouges au coeur de Paris. Deux, deux, deux et encore deux. C'est devenu notre chiffre fétiche. Avant, c'était le trois. Mais c'est fini. Mon père est allé s'installer ailleurs. Sans nous. Et nous sans lui.
    A PROPOS DE L'AUTEUR
    Journaliste pendant plus de 15 ans, Anne Loyer se passionne pour la littérature jeunesse. Elle est titulaire d'une maîtrise de droit et d'une licence d'histoire. Elle a ensuite poursuivi ses études dans une école de journalisme.

  • La Mélody du bonheur

    , ,

    • Alice jeunesse
    • 29 Octobre 2014

    Une petite tranche de vie habilement racontée pour nous aider à vivre la nôtre du bon côté
    Mélody ne s'aime pas. Elle se trouve grise, terne, moche, comme son appartement, comme son quartier, comme sa famille, comme son existence tout entière. À l'école, elle est transparente. Elle se fond dans la masse. Elle aimerait tant être comme Clara : une belle blonde au sourire éclatant et au physique parfait qui attire tous les regards. Alors, elle s'invente un double, Mélodie : une jolie fille pleine de peps qui a une famille super, un magnifique terre-neuve, plein d'amis, qui traîne toujours avec Clara et qui permet à Mélody d'échapper à la réalité. Un jour, le prof de gym propose à Mélody de faire partie du club d'athlétisme. C'est vrai qu'elle est plutôt douée. Elle accepte, mais sans grand enthousiasme. Au club, il y a Ahmed, ce garçon qu'elle trouve très beau. Mais, en classe, il fait les yeux doux à Clara, qui semble apprécier. Cependant, quelque chose va changer. L'assurance que va prendre Mélody sur le terrain va se ressentir en dehors.
    Les deux auteurs cernent avec sensibilité et justesse le problème identitaire que rencontrent bon nombre d'adolescents. Combien, parmi eux, s'inventent une autre vie pour échapper à la tristesse de leur existence ? Tristesse toute relative, comme le démontre ce récit. C'est souvent une mauvaise perception des choses et un manque de confiance en soi qui nous empêchent de vivre pleinement notre existence, la vraie.
    Un roman captivant, tout en délicatesse et légèreté, traitant de la quête de soi à l'adolescence
    EXTRAIT
    La Mélodie du bonheur. Vous connaissez ? C'est une vieille comédie musicale. Elle date du siècle d'avant. Un truc guimauve.   Je dis ça, mais je n'en sais rien. Je ne l'ai jamais vue. Ma mère, si. Du coup, elle m'a appelée Mélody. En cours de route, elle a dû oublier le bonheur.   Ça fait presque quinze ans maintenant qu'on habite ici. Le temps d'une vie. La mienne. Celle passée dans cette tour. La 8C, de l'allée des Lilas. Dans ce quartier bordé d'autoroutes et peuplé de zonards. Et des lilas, je ne sais même pas à quoi ça ressemble. Mon père n'a jamais été du genre à acheter des fleurs à ma mère. Pas vraiment le style de la maison. Les petites fleurs, les chansons douces et tout le tralala, ce n'est pas pour nous. Chez nous, ce serait plutôt la Beuglante du malheur.
    A PROPOS DE L'AUTEUR
    Journaliste pendant plus de quinze ans à raconter les histoires des autres, Anne Loyer a eu envie de passer de l'autre côté du miroir, pour raconter les siennes. Depuis, merveilleusement installée dans le Cantal, elle écrit des romans et des albums, entre des montagnes de livres et des montagnes tout court. Son précédent roman, I comme Iris, nominé pour divers prix, est paru chez Alice Jeunesse dans la même collection.
    Enfant déjà, Sylvie Albou-Tabart avait souvent la tête dans les nuages, ce qui n'a pas beaucoup changé, d'ailleurs ! Mais une chose est sûre : elle adore écrire pour les grands et les petits. À la fois écrivain, éditrice indépendante, journaliste, chroniqueuse littéraire et sculptrice à ses heures perdues, Sylvie Albou-Tabart a déjà publié de nombreux livres et albums (chez Bordas, Les lucioles, Albin Michel Jeunesse, Lokomodo, Altipresse, Du May et Hachette). La Mélody du bonheur est son premier roman chez Alice Jeunesse.

empty