Anne-Lise Rey

  • Ce livre s'intéresse à une rencontre : celle de deux philosophes, mais aussi celle de deux siècles et de deux régimes de pensée. Leibniz (1646-1716) et Diderot (1713-1784) appartiennent à deux traditions en apparence opposées : on associe généralement la pensée leibnizienne aux grands systèmes métaphysiques du XVIIe siècle, et celle de Diderot à la mise en pièces de ces édifices par la voie d'une philosophie expérimentale radicalement antisystématique. Pourtant, plusieurs liens entre les deux oeuvres sont visibles, qu'il s'agisse d'emprunts conceptuels ou thématiques par Diderot ou de convergences plus difficiles à circonscrire. Le premier objet de ce livre est d'identifier ces liens et de faire le point sur cette sympathie entre les deux philosophies. Mais ce livre s'intéresse aussi à cette rencontre pour ses effets transformateurs, tant sur le plan des concepts, des thèses et des arguments que sur celui des méthodes. Il s'agit alors de voir comment la rencontre avec le leibnizianisme a nourri la pensée diderotienne, comment la lecture du texte leibnizien par Diderot en modifie le sens, comment elle peut parfois en être une interprétation ou un devenir possible. Pour saisir ces transformations, les auteurs ont examiné divers contextes théoriques dans lesquels les pensées de Leibniz et Diderot dialoguent : métaphysique et philosophie de la nature, épistémologie et philosophie des sciences, théorie de la perception et esthétique. À travers ce dialogue, l'ouvrage contribue à une réflexion générale sur les méthodes requises pour mettre en perspective les rapports entre des philosophies à la fois proches et éloignées.

  • This book begins with an observation: At the time when empiricism arose and slowly established itself, the word itself had not yet been coined. Hence the central question of this volume: What does it mean to conduct empirical science in early modern Europe? How can we catch the elusive figure of the empiricist?Our answer focuses on the practices established by representative scholars. This approach allows us to demonstrate two things. First, that empiricism is not a monolith but exists in a plurality of forms. Today's understanding of the empirical sciences was gradually shaped by the exchanges among scholars combining different traditions, world views and experimental settings. Second, the long proclaimed antagonism between empiricism and rationalism is not the whole story. Our case studies show that a very fruitful exchange between both systems of thought occurred. It is a story of integration, appropriation and transformation more than one of mere opposition. We asked twelve authors to explore these fascinating new facets of empiricisms. The plurality of their voices mirrors the multiple faces of the concept itself. Every contribution can be understood as a piece of a much larger puzzle. Together, they help us better understand the emergence of empiricism and the inventiveness of the scientific enterprise.

empty