Antoine Roger

  • Comment l'ordre politique se délite-t-il ? De quoi sont faites les crises et comment en rendre raison ? Ces questions sont au coeur du maître-ouvrage de Michel Dobry, Sociologie des crises politiques, publié en 1986, qui a inspiré des générations de chercheurs par ses thèses en rupture avec la façon dont les sciences sociales analysaient les phénomènes révolutionnaires et les transitions politiques.

    Dialogue critique autour des principes d'analyse et des choix épistémologiques qui font l'originalité de cette démarche sociologique, La Logique du désordre discute la façon dont Michel Dobry envisage les acteurs sociaux et leur action ; sa conception de la causalité et de l'historicité des processus politiques ; les conditions sous lesquelles ses concepts et systématisations s'exportent sur des terrains imprévus tels que les relations internationales ; la pertinence de ses propositions pour appréhender les « jeux politiques routiniers ». Autant de questions et d'objections auxquelles Michel Dobry répond dans un texte final qui présente sa perspective relationnelle.

    Une relecture des thèses de Michel Dobry qui en montre toute l'actualité,et une introduction indispensable à Sociologie des crises politiques.

  • Sur les plans social et économique, toute organisation compte sur l'homme, première ressource de l'entreprise devant les autres ressources matérielles, financières et/ou immatérielles. La sélection, l'orientation et la formation professionnelle, l'affectation rationnelle des personnes aux postes de travail, la définition des tâches et leurs exercices... sont autant d'apports de la psychologie à la direction, en vue d'un travail de qualité qui assure la rentabilité économique de l'organisation. Ce livre propose une classification générale des emplois.

  • En RDC, la création d'emplois stagne, les inégalités persistent entre les milieux rural et urbain, le taux de chômage reste très élevé, surtout pour les jeunes. Où se situe la RD Congo en matière de création d'emplois nouveaux et durables ? Lla question de l'interaction entre l'université et la société, entre la formation des cadres et les structures du développement en RDC, doit interpeller le gouvernement afin de garantir la promotion de l'homme, première ressource de toute organisation économique et sociale, moteur du progrès et "espérance de consommation", sans qui la nation ne peut survivre.

  • L'administration publique congolaise est en pleine déliquescence, soixante ans après l'indépendance nationale. Les différentes réformes de l'administration publique congolaise ont porté plus sur des structures que sur des hommes pouvant les induire et les conduire. La modernisation de l'administration congolaise et de l'appareil étatique par le management public est demeurée un voeu pieux. La Nouvelle Gestion publique (NGP) permet d'améliorer le rapport coût-efficacité du service public, grâce à la modernisation accrue et à un grand pragmatisme dans la gestion des administrations publiques, et de promouvoir un nouvel ordre et esprit de gestion publique fondés sur la culture du résultat.

  • 1945 : alors que les appels à la décolonisation commencent à se faire entendre sur le continent africain, rares sont encore les natifs du Congo belge à prendre la parole. 1959 : le Congo connaît ses premiers troubles qui l'amèneront à l'indépendance un an plus tard. Entre ces deux dates, A-R Bolamba, premier poète du pays édité en France, rédige des centaines de textes dans La Voix du Congolais, dont il est rédacteur en chef. Le présent ouvrage présente une large sélection de ses reportages au Congo et en Belgique et constitue un témoignage précieux sur la vie quotidienne des Congolais sous la colonisation et dans la métropole.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Après « les communes » des hippies américains et « les collectifs » danois et suédois, on voit apparaître des « communautés » en France. Quels sont ces « communards » suivant leur propre expression ? Des jeunes qui veulent fuir la solitude, l'ennui, le travail imposé, la banlieue, les contraintes sociales. Ils sont tentés par les régions non polluées comme l'Ardèche, la Lozère, les Cévennes. Ils choisissent une terre qu'ils veulent faire revivre pour eux. Ils ne savent pas toujours comment il faut s'y prendre pour « changer la vie ». Ils n'ont pas de secret. Ils tâtonnent. Ce qu'ils refusent, ils en sont sûrs. La situation, l'argent ne les intéressent pas mais l'apprentissage est difficile dans une ferme perdue. La liberté, il va de soi, est le mot clef l'aventure, y compris la liberté sexuelle. Les obligations de la famille et du couple sont bannies. Cependant, il faut éliminer l'agressivité qui ne demande qu'à réapparaître chez les « communards », souvent traités à tort de drogués, d'obsédés sexuels ou de gauchistes. Pour comprendre cette ambition nouvelle du bonheur qui anime un si grand nombre de jeunes, Antoine Gallien et Roger-Pol Droit sont allés vivre avec eux. Ils racontent ce qu'ils ont vu et proposent une série de portraits et de tableaux plus qu'une enquête sociologique, proprement dite.

  • Comment expliquer qu'une mobilisation collective prenne forme ? A l'inverse, pourquoi des actions protestataires sont-elles tuées dans l'oeuf ? L'études des mobilisations émergentes doit permettre de répondre à ces interrogations. Outre un état des travaux disponibles et un cadrage théorique, l'ouvrage propose des pistes d'analyse originales, appuyées sur des terrains d'enquête diversifiés et complémentaires à la fois.

empty