Arnaud Alessandrin

  • Personnes gays, lesbiennes, cisgenres, trans, non binaires, gender fluide... Le genre traditionnel est bousculé, chahuté, questionné, son évidence est remise en cause.

    Aujourd'hui comme jamais, le féminisme, les manifestations homosexuelles, les revendications trans ou les performances drag questionnent le genre - pour le déprivilégier, le dégénitaliser, le débinariser ou l'exarcerber.

    Ce questionnement, ces « déprises », ne sont-elles pas indispensables - conformes à l'intérêt général, même - alors que nos démocraties cherchent à lutter contre les exclusions et les violences liées au genre ?

  • Les figures trans sont partout. Dans les clips, la mode, les séries, les faits divers... Pourtant, cette visibilité ne s'accompagne pas toujours d'une plus grande acceptation. Tour à tour caricaturé, psychiatrisé, dans le meilleur des cas ignoré, dans le pire rejeté, le fait transidentitaire pose problème. A l'image de l'homosexualité, les peurs et les tabous demeurent.
    C'est sur la base de ce constat que ce livre propose un bilan des savoirs sur « les » questions trans, en insistant aussi sur les différents fronts, de l'espace médical à l'espace social, en passant par les arènes juridiques et scientifiques. Laissant de côté la question du « pourquoi » (« pourquoi est-on trans ? » ou « pourquoi le devient-on ? », l'auteur s'intéresse à la question du « comment », c'est-à-dire des logiques sociales à l'oeuvre dans les controverses transidentitaires.

  • Le genre est un concept sociologique aux conceptions multiples. Qu'est-ce que le genre dans d'autres sociétés ? Comment se répètent les normes de genre ? Qu'est-ce qui redéfinit la question du genre aujourd'hui ? Les codes sociaux et moraux ont toujours endigué les rapports de genre dans une "normalité". La religion, la nature ou la science ont donné naissance au concept de "genre" ou de "sexe", figeant une asymétrie entre hommes et femmes observable au travail, dans le couple ou dans les médias.

  • L'association "Mutadis Mutandis" a pour but d'informer sur la transidentité (transsexualité) et d'apporter un soutien aux personnes qui traversent cette période complexe. Cet ouvrage reprend des articles très variés sur ce sujet, issus des actes de la journée porte ouverte de l'association.

  • Très souvent méconnue ou mésestimée dans ses effets les plus graves, la transphobie regroupe de nombreuses discriminations dont sont victimes les transidentités, qu'elles se définissent comme transgenres, transsexuelles ou en tant qu'identités alternatives. Les données recueillies lors d'un travail d'enquêtes et d'entretiens laissent entrevoir que l'acte transphobe peut aussi bien être le fait de la personne lambda que des institutions censées protéger les personnes. Quels sont les mécanismes à l'oeuvre ? Quelle est la part du social, du politique voire du culturel dans ce qui concoure à la disqualification de l'autre et de la différence ? Cet ouvrage propose un état des lieux de la question en France et des pistes de réflexion à la lumière des Sciences Humaines et Sociales, tout en relayant et en analysant les témoignages sans ambiguïtés du quotidien des personnes concernées. Une sociologie de la transphobie est un travail de recherche qui pose des questions et propose des pistes de réflexions comme autant de réponses possibles aux processus de discriminations.

  • Pour cette troisième édition, l'O.D.T. interroge la production et les figures queer dans les arts musicaux, littéraires, cinématographiques et plastiques. En posant son regard au-delà des frontières géographiques et genrées, cette somme d'articles tend à démontrer qu'il existe, dans la culture, des supports à l'élaboration d'une politique inclusive et non discriminante à l'égard de la diversité de genre.

  • Pour cette quatrième édition, l'O.D.T. interroge les relations des transidentités à l'école. Comment celle-ci se comporte à leur égard ainsi qu'à l'égard de la diversité de genre ? De la France au Brésil, du Luxembourg au Canada, l'observation et l'analyse sont sans appel : l'effacement de la diversité de genre permet l'effacement des transidentités. Il s'ensuit ce " tableau noir " que cette somme d'articles explore et soumet à la lecture.

  • la rencontre entre "fan studies" et "gender studies", largement engagée dans le monde académique anglo-saxon, a très tôt permis d'analyser les activités de fans au prisme du genre, en mobilisant les apports de travaux explicitement féministes. Ces contributions s'attacheront à préciser quels aspects des gender studies contribuent à l'approfondissement des fan studies et de quelle manière.

  • En 2017 sortait le titre Fan et gender studies : la rencontre, un premier volume qui travaillait, autour de thématiques comme les séries ou la musique, les imbrications, parfois directes, entre études de genre et études de fans. Ce second volume poursuit les réflexions autour des minorités de genre et de sexualité, des stéréotypes de genre ou de l'engagement des fans dans les mouvements sociaux féministes ou queer. Nous nous déplaçons vers de nouveaux supports : les jeux vidéo, le cinéma, la littérature et la bande dessinée. Ce second volume est enfin l'occasion pour nous de proposer une réflexion sur la place des fan studies dans les études culturelles.

  • Ce cinquième numéro prend appui sur un ensemble de réflexions autour des discriminations dans le domaine de la santé, aussi bien du point de vue des pratiques discriminantes qu'en termes de politiques publiques. Apportant un éclairage nouveau, les textes interrogent les inégalités sociales de santé et les discriminations afférentes non pas seulement comme notions scientifiques, mais également comme expression des significations politiques, en tant que signifiant social.

  • La question des homophobies a toujours été posée du point de vue de la reconnaissance des droits, des mouvements sociaux, des minorités ou des exclusions qu'elles subissent. Pourtant, depuis peu, des chercheurs, et notamment des géographes, ont mis en avant le rôle déterminant que joue l'espace dans les expériences de discrimination.
    Les textes ici rassemblés viennent analyser les données géographiques et sociales les plus récentes sur le sujet, pour produire une information scientifique qui corresponde aux préoccupations des acteurs, associatifs ou institutionnels. Ils ouvrent également grand le champ de l'intersectionnalité et de la pluridisciplinarité, en abordant des questions nouvelles, et fortement ancrées dans l'actualité, telles les transidentités, la transparentalité, les espaces queer ou les mouvements intersexes. Fonctionnant aussi bien sur le mode de l'entretien que de l'essai scientifique, cet ouvrage prend le pari d'une approche novatrice : celle de rendre compte de la territorialité des expériences de la discrimination de genre.

empty