Bartabas

  • D'un cheval l'autre

    Bartabas

    « Il y a dans son regard de la compassion, celle des chevaux qui voient les pauvres hommes aller d'une comédie à l'autre. »

    Ils s'appellent Zingaro, Chaparro, Lautrec, Le Caravage... L'un fut sauvé in extremis de l'abattoir, un autre légué par un torero en déroute, un autre encore, racheté pour une poignée de pesetas à un maquignon véreux. Ces chevaux ont marqué la vie de Bartabas, célèbre fondateur du théâtre Zingaro. Grâce à leur complicité naturelle, il est devenu un écuyer d'exception, réalisant des prouesses qu'aucun artiste n'avait accomplies avant lui.
    Avec ce livre poignant, Bartabas nous entraîne dans les coulisses de ses spectacles et offre à ses compagnons de route leur plus beau tour de piste.

  • Le cheval m'a appris à respecter mon instinct - c'est fondamental. On peut dire que l'homme et le cheval c'est l'assemblage de l'intellect et de l'instinct, et l'un apprend à l'autre. En un sens, j'ai appris à mes chevaux à réfléchir et eux m'ont appris à respecter mon instinct (...). J'ai (aussi) appris avec le temps, en côtoyant les chevaux, à écouter les gens : pas forcément à écouter ce qu'ils sont en train de me dire ; souvent quand quelqu'un veut vous expliquer quelque chose, il veut dire le contraire de ce qu'il est en train de dire. Il se sert des mots pour se protéger. La véritable écoute, c'est essayer de comprendre (...). Être à l'écoute du signe, du signe du corps.

empty