Sciences humaines & sociales

  • Comment juger d'un tableau ? Que dire de l'émotion ressentie devant une oeuvre d'art ?
    Si le beau et l'art sont des sujets philosophiques anciens, l'esthétique en tant que discipline indépendante dotée d'un objet autonome n'apparaît qu'au XVIIIe siècle, lorsque les notions d'art, de sensible et de beau se sont liées entre elles.
    De Platon à Michel Henry en passant par Kant ou Adorno, cette discipline semble difficile à définir. Est-elle une critique du goût, la théorie du beau, la science du sentir, la philosophie de l'art ?

  • Les passions, objet de tant de réflexions de l'Antiquité, à l'époque classique, ont été passablement délaissées par la modernité mais connaissent aujourd'hui un regain d'intérêt très vif, tant de la part de la philosophie que des sciences. Il s'agit ici de mêler les analyses classiques et les études les plus récentes pour une compréhension approfondie de cette dimension capitale de l'homme qu'est l'affectivité.Analyse de la notionCette étude considère l'histoire du mot et de ses usages ainsi que celle de ses termes satellites, distingue entre quatre grandes régions de l'affect (émotions, sentiments, passions, tonalités affectives), et s'interroge sur la catégorisation et l'ordonnancement en système de ces états affectifs complexes et mouvants. Elle traite ensuite de la nature des passions, des parts respectives du corps et du jugement, du rôle de la culture et de la question très disputée de leur rationalité. Elle envisage enfin le rapport des passions et de la morale et les liens complexes qui unissent les passions aux vices et aux vertus.Étude de textesSont commentés quatre textes phares qui jalonnent l'histoire du traitement philosophique du sujet : un passage des Tusculanes de Cicéron qui, sur fond de la théorie stoïcienne des passions, envisage les moyens de les éradiquer ; un extrait des Questions disputées sur la vérité de saint Thomas où se précise la conception de la nature des passions comme mouvement de l'âme sensitive, qui fera autorité jusqu'à la fin du XVIIe siècle ; un article du Traité des passions de Descartes qui pose la question des parts respectives de l'âme et du corps dans les passions ; un texte de Hume extrait du Traité de la nature humaine dans lequel est abordée la question de leur rationalité.Carole TALON-HUGON est maître de conférences en philosophie à l'université de Nice-Sophia Antipolis.

  • "Qu'est-ce que l'art ? Comment s'est-il constitué et défini à travers l'histoire ? Quels rapports entretient-il avec la philosophie ? Pour la première fois, l'éditeur des savoirs les Presses Universitaires de France et la maison de disques culturels de référence Frémeaux & Associés s'associent pour proposer des cours particuliers sur l'histoire philosophique des arts et des discours sur l'art, conçus et présentés par Carole Talon-Hugon, spécialiste française de lapproche philosophique de l'histoire de l'art."
    Claude COLOMBINI FRÉMEAUX

  • "Qu'est-ce que l'art ? Comment s'est-il constitué et défini à travers l'histoire ? Quels rapports entretient-il avec la philosophie ? Pour la première fois, l'éditeur des savoirs les Presses Universitaires de France et la maison de disquesculturels de référence Frémeaux & Associés s'associent pour proposer des cours particuliers sur l'histoire philosophique des arts et des discours sur l'art, conçus et présentés par Carole Talon-Hugon, spécialiste française de l approche philosophique de l'histoire de l'art."

  • "Qu'est-ce que l'art ? Comment s'est-il constitué et défini à travers l'histoire ? Quels rapports entretient-il avec la philosophie ? Pour la première fois, l'éditeur des savoirs les Presses Universitaires de France et la maison de disques culturels de référence Frémeaux & Associés s'associent pour proposer des cours particuliers sur l'histoire philosophique des arts et des discours sur l'art, conçus et présentés par Carole Talon-Hugon, spécialiste française de l'approche philosophique de l'histoire de l'art."
    Claude COLOMBINI FRÉMEAUX

  • "Qu'est-ce que l'art ? Comment s'est-il constitué et défini à travers l'histoire ? Quels rapports entretient-il avec la philosophie ? Pour la première fois, l'éditeur des savoirs, les Presses Universitaires de France et la maison de disques culturels de référence Frémeaux & Associés s'associent pour proposer des cours particuliers sur l'histoire philosophique des arts et des discours sur l'art, conçus et présentés par Carole Talon-Hugon, spécialiste française de l approche philosophique de l'histoire de l'art."
    Claude COLOMBINI

  • La question des émotions représentées, exprimées ou provoquées par l'art a été largement éclipsée par une modernité qui dédaignait les problématiques « psychologisantes » et préférait se centrer sur des interrogations formelles. La sortie de l'art de ce moment formaliste, d'une part, et le développement des disciplines scientifiques ayant les émotions pour objet, d'autre part, invitent à ré-ouvrir le dossier des liens complexes et variés que les arts entretiennent avec les affects en l'enrichissant de la contribution des sciences cognitives et des théories psychologiques ou sociologiques de la réception et de la lecture.
    Ce dictionnaire fournit un outil unique et précieux pour cartographier ce champ de recherche en plein essor, dessiner ses grandes problématiques, présenter ses principaux théoriciens et rassembler sa bibliographie. Son originalité tient au fait que la réflexion y est toujours conduite à partir d'uvres d'art particulières, et soumise à leur épreuve. Qu'il s'agisse des mécanismes complexes de l'immersion fictionnelle, des processus de mise en commun collective des émotions individuelles, de la responsabilité éthique de l'art, des interactions entre l'ordre de la création et la logique des émotions, il y a là autant de champs d'interrogations qui peuvent bénéficier du riche apport interdisciplinaire des « sciences de l'affect », alors même, que, dans l'autre sens, ces disciplines ont beaucoup à gagner à se pencher sur des corpus artistiques, compris comme des dispositifs de production, d'interrogation et de manipulation des affects.

  • La valeur esthétique n’a pas le monopole des valeurs engagées dans la création, la circulation et la réception des œuvres d’art. Dans la valeur que nous accordons à une œuvre, l’authenticité, l’autonomie, la célébrité, la cherté, la moralité, l’originalité, la pérennité, le plaisir, la rareté, la responsabilité, la significativité, le travail, l’universalité, la virtuosité… jouent souvent un rôle aussi important que l’attrait esthétique.
    Avec le soutien de l’École des hautes études en sciences sociales et du centre de recherche en Histoire des idées de l’université de Nice.

empty