Catriona Seth

  • Un corpus exceptionnel : la première anthologie de textes autobiographiques de femmes du XVIIIe siècle.Ce volume embrasse tout le siècle des Lumières, du journal de voyage de Rosalba Carriera, jeune peintre à Paris pendant la Régence, aux souvenirs de Victoire Monnard, petite employée sous la Révolution, en passant par le journal de Germaine de Staël ou les Mémoires particuliers de Manon (ou Jeanne-Marie) Roland. Une artiste italienne en France, une actrice anglaise célèbre en visite à la cour de Versailles, une Française inconnue, fille d´artisan, établie en Suisse, côtoient une religieuse limousine dans sa province ou la princesse de Parme mariée à l´héritier du trône autrichien. Toutes ont livré par écrit leurs pensées, leurs sentiments, leurs craintes, leurs joies, leurs espoirs, comme un envers de la « grande histoire ». Leurs textes sont très divers dans leur forme, leur contenu, leur longueur mais témoignent du développement d´une véritable culture de l´écriture personnelle. Lieux de repli sur soi ou d´élan vers l´autre, de confiance ou d´aveu, ces souvenirs, Mémoires et journaux mettent en évidence les réalités de la vie au XVIIIe siècle. Écrire, pour ces femmes attachantes, pleines d´esprit, généreuses, qui s´affirment tout en doutant d´elles-mêmes, a été le moyen de conquérir un espace, au moins symbolique, à soi, un espace où livrer des maximes valables pour tous, mais aussi où enchâsser les confidences les plus secrètes, un espace oùêtre elles-mêmes.

    Précédé d´une longue introduction, rassemblant une majorité de textes inédits ou indisponibles dans le commerce, ce volume révèle un pan inconnu de l´histoire des mentalités et permet d´aborder aussi bien les débuts de l´écriture de l´intime que l´émergence de la littérature féminine moderne.

    Textes de : Rosalba Carriera (1675-1757) - Marguerite-Jeanne de Staal-Delaunay (1684-1750) - Suzanne Necker (1737-1794) - Françoise-Radegonde Le Noir (1739-1791) - Isabelle de Bourbon-Parme (1741-1763) - Félicité de Genlis (1746-1830) - Jeanne-Marie Roland (1754-1793) - Mary Robinson (1758-1800) - Charlotte-Nicole Coquebert de Montbret (1760-1832) - Adélaïde de Castellane (1761-1805) - Germaine de Staël (1766-1817) - Marie-Aimée Steck-Guichelin (1776-1821) - Victoire Monnard (1777-1869).

  • Un château-fort imprenable surgit au détour d'un chemin et des pages jaunies d'un volume oublié. Une belle héroïne évanescente est enlevée par des brigands mystérieux. Des figures spectrales hantent l'intrigue et l'imagination. Il est minuit. Des portes grincent. Des hiboux hululent. Le pire paraît certain. L'abîme s'ouvre sous vos pas. Vous êtes dans un roman gothique. Dévorées par des lecteurs divers, de Balzac comme de Breton, ces oeuvres constituent une étape essentielle de notre modernité littéraire et sont aux sources du surréalisme, tout autant que de la fiction policière.Le présent ouvrage redonne vie et actualité à des livres oubliés, d'un genre à la fois célèbre et méconnu. Il fait le point, pour la première fois, sur le roman noir en France, des écrits sombres inauguraux des Lumières finissantes, aux récits hallucinés de Bataille.Place sous la responsabilité de Catriona Seth (Nancy Université et Indiana University Bloomington), auteur de nombreux travaux sur la littérature et l'histoire des idées du XVIIIe siècle, ce volume comprend des chapitres de spécialistes confirmés, ainsi que de jeunes chercheurs.

  • Il y a deux cents ans, mourait à Charenton, dans un asile, celui dont le nom convoque encore aujourd'hui un imaginaire sulfureux : le ci-devant marquis de Sade.
    A l'occasion de cet anniversaire, nous avons invité nos contemporains à lui écrire, à relever le défi d'un dialogue d'outre-tombe avec ce personnage hors normes qui continue de fasciner et de déranger.
    Souvenirs de lecture, reproches, messages d'amour ou d'adieu, questions embarrassantes... Tout est possible, même ce qui est interdit, dans cette correspondance jouissive, où écrivains et artistes s'adressent au grand Autre des Lumières, et interrogent ainsi, avec une entière liberté, les fondements de notre modernité.

  • C'est la grande affaire des Lumières : on n'echappe guère à la petite vérole qui tue et défigure. Apparaît alors en Europe une méthode d'immunisation pragmatique, l'inoculation, remède dangereux pour les uns, poison salutaire pour les autres : il s'agit de contaminer un sujet sain pour tenter de contrôler l'evolution du mal. L'impact sur les mentalités comme sur l'imaginaire est immédiat et sera durable. Les inoculistes suscitent admiration, opprobre, méfiance. Leur pratique révèle ou aiguise les interrogations, les hantises et les espoirs du siècle. Voyageurs, scientifiques, journalistes, écrivains ou librettistes entrecroisent leurs discours. Les femmes ne laissent pas de jouer un rôle essentiel dans le débat.
    De la littérature à la religion, de la philosophie à la médecine, de la mode aux mathématiques en passant par la politique, aucun domaine n'échappe à l'étude que propose Catriona Seth de ce fait culturel global. Tout en apportant une contribution de choix à l'histoire des représentations, elle soulève des questions qui restent les nôtres : les devoirs de l'Etat en matière de santé publique. Le lien entre risque individuel et bien collectif, le droit pour chacun de disposer de son corps, la relation de l'homme à la maladie et à la mort. À l'heure du questionnement bioéthique, cette enquête est décisive.

empty