Chantal Pelletier

  • Cinq vies de l'enfance à la maturité, cinq portraits de Chinoises d'aujourd'hui, qui s'extirpent des noirceurs d'une Chine secouée par les guerres, les famines, les atrocités pour accéder à une modernité clinquante et contemporaine. Suivant les destins croisés de ses héroïnes, Chantal Pelletier donne un aperçu de l'élan et du dynamisme qui sont en train de transformer la Chine en pays le plus riche du monde, et du prix fort que les individus ont à payer dans ce combat sans pitié.

    Sont évoqués avec réalisme des sujets rarement abordés à propos de la Chine contemporaine : l'accession des femmes à des postes à responsabilités, la sexualité et l'homosexualité, la dureté des rapports familiaux...

  • Juin 2044. La prohibition alimentaire règne dans l'Hexagone, mafias du camembert et trafics de foie gras prospèrent, les partisans intégristes de régimes ennemis s'affrontent dans de violentes manifestations. Pour festoyer, on s'approvisionne au marché noir, on participe aux agapes de sociétés secrètes, on compte ses points sur son permis de table.
    Débarquant dans une Provence caniculaire, un contrôleur alimentaire, intimidé par sa cheffe goinfre et décomplexée, tente d'élucider le meurtre d'un jeune cuisinier dans un restaurant clandestin. Parallèlement, une ex-militaire au passé douloureux se bat pour sauvegarder son restaurant gastronomique et se réconcilier avec sa fille, dont la ferme est elle aussi en danger, comme toute la région.
    Tous liés au cuisinier assassiné, ils prennent ensemble la mesure de la menace.

  • Trente ans déjà que Simone Signoret a disparu. Elle n'en avait alors que soixante-quatre, en paraissait bien davantage. Entre la figure lumineuse, d'une insolente beauté de Casque d'or, et l'intellectuelle femme de lettres qui a su incarner une Madame Rosa au corps et au visage flétris de La vie devant soi, quelle incroyable métamorphose !Chantal Pelletier, dont les éditions des Busclats ont déjà publié l'émouvant A coeur et à Kriss, s'est passionnée pour ce grand personnage dont la liberté de penser interroge nos préceptes lisses et nos consensus mous d'aujourd'hui.Signoret ou la traversée des apparences n'est pas une énième biographie, mais l'exploration subjective du parcours de Signoret à la lumière de ses rôles, de ses écrits, de ses engagements, de son indéfectible amour pour Yves Montand. Redoutable d'intelligence, Signoret a su passer outre toutes les convenances pour faire triompher son ambition et sa liberté de femme.Et à terme, peut-être, la liberté des femmes.

  • Maurice Laice, l'enquêteur daltonien au coeur tendre qui promenait ses pensées noires dans Éros et Thalasso, Le chant du bouc et More is less effectue un spectaculaire retour.... en arrière !
    Le 10 mai 1981, soir de l'élection de François Mitterrand à la présidence de la République, alors que la fête bat son plein, une famille est massacrée à Paris.
    Trois ans plus tard, alors que d'exceptionnelles manifestations déferlent dans les rues des grandes villes de France, Maurice Laice, jeune recrue de police dans son Montmartre natal, fouille les poubelles de la Butte et nous donne à voir, outre les joies et tourments de son premier amour, les bouleversements qui agitent 1984, année charnière que crise économique et désillusions transforment en singulier miroir de notre époque.
    Des squats d'artistes montmartrois aux manoirs bourgeois du Mâconnais, des boîtes de travestis de Pigalle aux galeries d'art blotties à l'ombre du chantier du futur Opéra Bastille, Maurice découvre que 24 ans n'est pas forcément le plus bel âge de la vie.

  • Assise sur une chaise en formica du ciné-club de la Maison des jeunes, Anne, quinze ans, a une véritable révélation, un soir de 1964, en voyant Jean-Paul Belmondo et Jean Seberg, les deux cinglés magnifiques d'À bout de souffle, s'aimer, jouer et en finir. Touchée par la grâce, elle va se libérer du carcan lyonnais routinier où, seule entre ses parents paysans exilés à la ville et mangés par le travail, elle périt d'ennui.
    Ses deux "plus que soeurs", Marie, l'intello politisée, et Brigitte, la sulfureuse comédienne au regard violet, communient avec elle dans le culte de JLG, le seul auquel elles croient. Toutes trois "ne veulent pas que du pain, elles veulent toute la boulangerie". Elles l'auront. Le succès, les hommes, les voyages. Les mariages, les enfants. Et les malheurs.
    D'une écriture charnelle et acidulée, ce touchant hommage à l'amitié nous emporte tambour battant, avec gravité et légèreté, en noir et blanc et en couleurs, de 1964 à 2014.


  • Marquée par l'obsession gourmande de son enfance lyonnaise et bressane, Chantal Pelletier nous entraîne, avec un appétit contagieux, à la découverte de trésors culinaires d'ici et d'ailleurs.

    Petite bibliothèque gourmande contemporaine, cette nouvelle collection de livres courts propose à des auteurs contemporains d'horizons différents de donner libre cours à leur imagination gourmande, en s'inspirant d'un jeu à la fois simple et dynamique de mots-clés.
    Exquis d'écrivains souhaite rendre hommage à la richesse de la langue française pour dire les plaisirs de la nourriture et constituer la mémoire littéraire de la gastronomie.
    Fictions, rêves et souvenirs, chaque auteur y livre ses voyages personnels dans les plaisirs de la nourriture, sous différentes formes narratives (récits, nouvelles, dialogues, contes, poèmes...), qui donnent envie de passer à table ou de se mettre aux fourneaux.
    Exquis d'écrivains, première collection demandant à des auteurs contemporains de livrer leurs plaisirs de table et de bouche, s'adresse à tous les lecteurs gourmands et gourmets auxquels elle propose des textes intimistes et variés, émouvants ou drôles, résolument appétissants et agréables à lire.

  • Une très longue amitié unissait Chantal Pelletier et Kriss, inoubliable voix de Fip et de France inter, morte un jeudi gris de novembre 2009. Pour apprivoiser sa peine et poursuivre le dialogue avec l'amie, l'écrivaine a rédigé un journal. Tous les jeudis pendant vingt quatre semaines, elle a remonté le temps au fil des souvenirs, ressuscitant, en un portrait drôle et sensuel, le visage et la voix de cette femme-lumière qui voyait la vie en bleu.À coeur et à Kriss, c'est, entre rire et émotion, l'évocation d'un temps de folie douce, de voyages, d'horizons infinis, de création, d'amours brèves, d'indissolubles amitiés, de rêves.L'écriture souple et sensuelle de Chantal Pelletier est soie et griffe, noire et bleue. Comme la vie.

  • « Le feu lui prenait dans le ventre et lui montait jusqu'à la gorge. C'était la peur, une vraie peur à claquer des dents par 38 degrés à l'ombre. » La Corse aux paysages grandioses, le soleil et quelques vrais amis : le Furet n'en demandait pas plus pour ses vacances. Mais, après un premier feu de forêt inexpliqué, la peur s'installe. Qui se cache derrière ces incendies criminels ? Le Furet se lance dans une enquête brûlante. Pourtant les secrets sont bien difficiles à percer sur l'île de beauté : loi du silence oblige !

  • Elle a vingt-cinq ans, un mari, un enfant. Comédienne, elle assiste à son premier succès parisien. Un matin d'octobre tout à fait ordinaire, elle se perd dans le métro parisien ; c'est le début d'une fuite qui la conduit dans une chambre d'hôtel à Saint-Ouen, dans les quartiers déserts de New York, le ghetto d'Harlem, les collines de San Francisco, les déserts du Nevada, les marchés mexicains, les rues chics de Londres, les bistrots de Bruxelles. Comme une enfant, elle se laisse prendre la main. Comme une actrice, elle attend les indications d'un metteur en scène qui lui laisserait enfin jouer son propre rôle et vivre sa propre folie. "L'octobre" est le tout premier roman de Chantal Pelletier.

  • Le corps était allongé sur la table en inox, dans une salle de découpe de l'institut médico-légal, place Mazas, dans le XIIe. Plutôt maigre. Dans cet amphithéâtre, la voix de l'assistant du médecin légiste portait bien. Il venait de dire qu'Élisabeth Chappe avait été opérée des végétations, n'avait jamais enfanté, avait souffert d'une légère anémie, et de décalcification. Martine Lewine voyait deux images en alternance : celle de la femme en tailleur de lin, collier de perles, sac noir et bombe de self-défense, celle de ce corps cireux et décharné. Il n'y avait que les cheveux courts pour faire le lien. Adieu Paris, rive noire, adieu Paris, rive glauque, voici qu'arrive, imprévisible et cruelle, la sombre rive chaude. Unique et sensuelle, elle se déhanche, car enfin a sonné l'heure du triomphe définitif et durable des femmes sur le polar.

empty