Claude Lessard

  • Cet ouvrage collectif analyse et compare les réformes de la formation des enseignants, entreprises depuis à peu près une décennie dans divers pays (l'Angleterre, le Brésil, le Canada et le Québec, les États-Unis, la France et la Suisse francophone), sous l'angle de la professionnalisation de l'enseignement et de ses enjeux. Il veut, en même temps, offrir une vision contrastée et critique de ce qui se passe dans chacun de ces pays. L'hypothèse de travail qui sous-tend cet ouvrage est que la professionnalisation de l'enseignement constitue, actuellement, une tendance globale qui traverse les frontières nationales de chacun des pays concernés. Toutefois cette tendance n'est pas uniforme, elle revêt des significations différentes selon les pays ; elle est aussi porteuse de tensions internes, de contradictions peut-être insolubles, tout en étant confrontée à plusieurs obstacles. C'est pourquoi il est nécessaire de l'étudier, non comme le déroulement linéaire et sans heurt d'un nouveau programme d'amélioration de la formation des enseignants qui ferait partout consensus, mais plutôt comme un processus de changement, comportant de multiples aspects économiques, idéologiques, professionnels, éducatifs, et qui se déploie dans plusieurs directions à la fois, avec son assortiment de dérapages, de glissements, de détours... [...] C'est dans cet esprit que les auteurs examinent les différents projets de réforme de la formation des maîtres. Ces diverses analyses permettent d'avoir une vue d'ensemble du processus de professionnalisation de l'enseignement, tout en prenant en compte son enracinement dans le contexte social de chacun des pays concernés. L'ouvrage vise ainsi à dépasser le dilemme du local et du global, en fournissant aux lecteurs des études concrètes permettant de dégager des éléments de comparaison internationale sur cette question qui domine aujourd'hui le champ de l'éducation.

  • C'est à la marche que se consacre le numéro d'août de la revue Relations. Que ce soit sous la forme de promenades, flâneries, randonnées, pèlerinages ou manifestations de rue, la marche occupe une place centrale dans l'existence humaine. « Elle porte l'espoir des multitudes de migrants et de réfugiés jetés sur les routes ; elle trace le chemin invisible et millénaire des peuples nomades ; elle est au coeur de l'expérience des personnes itinérantes et mène le pèlerin sur des chemins d'humanité. » (extrait de la présentation). À lire également, l'éditorial de Catherine Caron qui parle du manifeste « Une vie sans art, vraiment ? », un texte sur la crise du logement par Véronique Laflamme ainsi qu'un débat sur Airbnb rassemblant Gabrielle Renaud, Amir Khadir et Marlène Lessard. Retrouvez également la chronique poétique d'Olivia Tapiero, un texte de Julien Simard sur le vieillissement dans une société libérale, puis quelques recensions de documentaires et de livres.

empty