Claude Soloy

  • L'homme est jeune et partage sa vie entre son boulot de manoeuvre et des visites coquines à l'accorte et peu farouche Geneviève. Cette très, très jeune fille distrait les consommateurs du bistrot de ses parents adoptifs en les laissant se glisser sous le comptoir pour se rincer l'oeil et plus si affinités...

  • Peau de zeb

    Claude Soloy

    Les amours enfantines se déguisent d'une peau de zèbre de parkigne.

  • L'oeil du Paon

    Claude Soloy

    Aveugle et très belle, elle séduit et parle comme on peint, à fleur de peau et de sexe.




    Malgré son handicap de voyant, il y avait eu de la première fois dans ce baiser noir, aucune bouche de manta, heureusement. Il n´avait pas su qui de leur duo avait regardé l´autre le premier, de la main, du bras et de l´étreinte. Xi était contre lui, c´était une nuit infiniment veloutée qui épousait son corps, étoffe contre étoffe, et la peau qui ne se dérobait pas, prise dans le plissé du tissu, c´était une eau sans eau, limitée au seul contact de deux êtres se rencontrant, sans heurt, aimantation lente, irréversible. Aucune image à décrire, aucune lumière, c´était une nuit aveugle se perdant dans les mots qui étaient dans l´incapacité de la définir.




    Claude Soloy nous propose, dans ce texte d´une merveilleuse légèreté, une promenade de nuit dans les couleurs de la poésie amoureuse.

  • Sable émouvant

    Claude Soloy

    Un grand poème baroque et sulfureux qui fait suite à L´estran d´Ella...




    Névé, belle à damner le diable, tourne en rond sur son île. Elle compte les fourmis et se branlote entre deux vagues... toujours en quête d´un père. Illustre inconnu à l´état civil de la planète, elle décide néanmoins de le tuer. Quoi de plus normal pour la fille d´Ella la Rouge, adepte de Sigmund Freud.

    Mais peut-elle passer à l´acte, y compris symbolique, sans savoir qui est son véritable géniteur ? Aussi une incursion sur le continent s´impose-t-elle pour y mener enquête et y célébrer officiellement les noces de sa mère et de son amant. Sur un modeste banc de béton fouetté par les embruns, quelque part sur le plancher des algues. Tant pis pour l´excès de sel et ses conséquences néfastes sur l´organisme... Âmes maritimes, à lire de toute urgence.


    Le deuxième volet de la Trilogie des algues ouvre sur l´insondable ; le style, poétique et âpre à la fois de Soloy, fait mouche. Affrontez la phobie de l´engloutissement dans les sables à marée basse, perdez-vous dans ces pages magnifiques.

  • Rouge mer

    Claude Soloy

    • Ska
    • 1 Juillet 2016

    Ulve, la rouge, entre dans la mer émeraude, la magie opère... Rouge mer est le dernier volet de la Trilogie des algues. On y retrouve tout le talent vibrionnant de Soloy, ses obsessions et son style pétri de poésie ainsi que des éclats d'un sulfureux pouvoir d'évocation érotique. Le troisième et dernier tome d'une savoureuse trilogie policière, noire et érotique... EXTRAIT Vingt printemps jetés à l'eau, c'est l'ultime fête de la jolie Névé, la mort de sa nudité entre deux galets ; pupilles de sel et le coeur rouge à lèvres, magistralement dessiné, pointe vers l'entre jambes, qui ourle son sexe épilé, impeccablement... Accident, suicide, meurtre... ou autre chose, d'innommable... Ne plus compter les saisons, dialoguer au présent avec tout ce qui a cessé, trinquer à l'absence autour d'un fond d'alcool avec son ami Jérôme, convoquer les vieux potes, ces naufragés de la mort, c'est le quotidien de Ulve la Rouge, mère de Névé, trop d'algues vertes dans le souvenir, dans le ventre... Aimer la mère puisque Névé n'est plus, s'enrouler de ses foulards et de ses embruns, c'est l'attente de Petit Louis, le travailleur des docks qui refuse de grandir... Ainsi va le monde et ses poissons, pourrait dire le Capt'ain' du Do'fin. A PROPOS DE L'AUTEUR Claude Soloy est né en 1941, sous une pluie de bombes. Fils unique d'une corsetière et d'un aiguilleur SNCF, il aurait aimé être Tarzan mais la place était déjà occupée. Il décide alors de grandir, se retire dans sa caverne, convoque les poètes, les comédiens, les musiciens et les artistes de tous poils... et entreprend sa propre éducation. Ardent partisan du réchauffement poétique, créateur éclectique, il laboure avec bonheur tous les champs des arts. De surcroît, Claude Soloy est un écrivain original du noir, du noir érotique de surcroît, créant un nouveau genre : l'erotic-fantasy, un littérateur hors pair, un artiste d'un sulfureux art de jouir des mots aussi précieux que l'oxygène que vous respirez. Attention : auteur vénéneux ! Vous êtes prévenus !

  • Circus Ghetto

    Claude Soloy

    • Ska
    • 27 Juin 2020

    Dans un Rouen bombardé durant la dernière guerre naît un marmot, un têtard, qui raconte avec ses mots disloqués : sa famille, sa vie dans son quartier peuplé de clowns de son âge et de personnages singuliers...


    Élargir le fleuve impassible jusqu'à l'horizon pour que s'y engouffre l'océan couleur de catafalque, eau désormais infranchissable pour l'ennemi, se précipiter dans les abris et tant pis si on galope à schlague abattue sur la piste défoncée pour gagner l'autre bord et se terrer, on se bouscule, on saute, on s'éclabousse de soi sans pudeur lorsqu'une balle perdue trouve son maître ou sa maîtresse, la blessure est déjà d'encre, corrompue par la poudre, on se déchire par fragments d'intimité, et c'est ce puzzle de chairs poisseuses, de paletots et de leggins en charpie que charrie l'eau secouée de spasmes. Des chevaux arrachés aux quais y hennissent encore et leurs attelages les tirent par la queue vers les bas-fonds, les poissons se font fritures pour les temps difficiles. Nuit frémissante du fleuve sombre s'étirant jusqu'au delta, cet ultime système veineux incapable de filtrer ses eaux et d'en retenir la substantifique moelle.
    Mon innocence n'était qu'une tétine de biberon voguant sur les pleurs de Chose Mère qui ne comprenait rien à la guerre, ou faisait semblant, je ne sais pas. Pourquoi, disait-elle, on n'était pas trop malheureux avant, et maintenant, avec toutes ces privations c'est encore pire.


    Dans ce voyage au pays l'enfance, Claude Soloy nous donne son roman le plus personnel. Il évoque tous les sortilèges et les peurs engendrés par des lieux ordinaires, les passions et les haines suscitées par des personnages hauts en couleur et surtout l'immense amour qu'il éprouve à l'égard de ses proches. Le tout est magnifié dans le style propre à l'auteur, fait de références et de poésie, où le fantastique le dispute à la fantaisie. L'amoureux de la langue s'y exprime avec une alacrité magnifique. Claude Soloy est un littérateur bêtement ignoré du monde de l'édition. Ska est fier de vous offrir l'occasion de plonger dans son monde imaginaire assis, en l'occurrence, sur les réminiscences extirpées de l'amnésie de son enfance.

empty