Daniel Dhumeaux

  • Trois cent cinquante millions de porteurs chroniques dans le monde, environ un million de décès chaque année, un vaccin efficace mais décrié en France, des traitements de plus en plus performants mais inaccessibles dans les régions les plus touchées par l'endémie... Près d'un demi-siècle après la découverte du virus de l'hépatite B, les défis posés par l'infection restent considérables. L'estimation récente de l'Institut de veille sanitaire a montré que la prévalence de l'infection par le virus de l'hépatite B était voisine de celle de l'infection par le virus de l'hépatite C en France. Les populations migrantes et les couches les plus défavorisées de la société sont les plus touchées. Le développement récent de molécules antivirales puissantes possédant une barrière génétique élevée contre la résistance permet en théorie de contrôler la très grande majorité des hépatites chroniques B. Cependant, l'obligation de traiter longtemps, sans doute à vie, une infection a priori incurable pose des problèmes difficiles d'indication thérapeutique, d'observance et de résistance. Aux campagnes de vaccination massive des nouveau-nés, enfants et adolescents dans la plupart des pays d'Asie, d'Europe et d'Afrique, la France oppose un décalage qui devrait être rapidement corrigé.
    La publication d'un ouvrage de référence sur l'hépatite B, après celui sur l'hépatite C, s'imposait donc. Les meilleurs spécialistes français se sont réunis pour faire le point sur les connaissances les plus récentes, sous l'oeil bienveillant de Harvey Alter, co-découvreur du virus de l'hépatite B avec Baruch Blumberg, prix Nobel de Médecine, alors que l'European Association for the Study of the Liver (EASL) publiait ses première recommandations de pratiques cliniques sur la prise en charge de l'hépatite chronique B et que notre ministre lançait, pour les années 2009-2012, un nouveau plan de lutte contre les hépatites virales. La publication de cet ouvrage arrive, nous semble-t-il, bien à propos.

  • Le virus de l'hépatite C a été identifié par l'équipe de Michael Houghton en 1989. 2004 marque donc le quinzième anniversaire de cette découverte majeure pour la virologie et l'hépatologie.
    De nombreux progrès ont été accomplis en 15 ans. Une proportion importante des 500 000 malades français a été identifiée. Beaucoup de ces malades ont pu être pris en charge, traités et, pour une part non négligeable, guéris. La France, grâce aux actives campagnes de dépistage menées par la Direction Générale de la Santé, est en tête pour le nombre de malades identifiés et traités. Pour optimiser la prise en charge de l'infection, un Comité Stratégique associé au Programme National Hépatites Virales vient d'être mis en place par le Ministère. Une recherche active est menée en parallèle : l'Inserm lance une action incitative et soutient des groupes de recherche établis et émergents; de nouvelles structures s'organisent à l'Agence Nationale de Recherches sur le Sida (ANRS), qui permettront de financer et d'animer la recherche clinique et fondamentale; l'Europe met en place un réseau d'excellence coordonné par l'Inserm et consacré à la résistance des virus des hépatites aux traitements antiviraux.
    Le quinzième anniversaire de l'identification du virus de l'hépatite C offrait une occasion idéale pour la publication d'un ouvrage de référence sur l'hépatite C. Ce livre fait le point des connaissances après 15 ans, alors que les traitements actuels semblent avoir atteint le maximum de ce qu'ils pouvaient offrir et que de nouvelles approches thérapeutiques voient le jour. Souhaitons que les 15 prochaines années soient celles de l'éradication définitive du virus.

empty