Elsa Pepin

  • «Pour faire le portrait d'un oiseau, peindre d'abord une cage avec une porte ouverte.» La citation de Prévert, placée en exergue, introduit bien ces nouvelles qui nous mènent à la rencontre de personnages solitaires, désaffiliés, qui cherchent à la fois la liberté et à s'unir au monde. La cage, ici, prend souvent les traits de la famille, pour des filles et des fils incapables de jouer le rôle qu'on souhaiterait leur voir jouer. Les traits de l'amour, aussi, pour des amants égarés dans les mouvements du désir. Qu'est ce qui unit les êtres? Qu'est-ce qui les sépare? L'auteure pose et illustre ces questions avec une formidable acuité.

  • Les sanguines

    Pepin Elsa

    • Alto
    • 23 Février 2016

    Tout sépare les soeurs Becker.

    Sarah est l'introvertie, celle qui fait tache dans le portrait de famille, celle qui aime mal et qui, malgré son talent de peintre, se contente de copier les autres. Séductrice, amoureuse et mère de deux filles, Avril est l'étoile dansante du printemps attaquée par une tempête d'hiver. L'annonce d'un cancer rare bousculera leur fragile relation et pourrait aussi bien les réunir que les éloigner à jamais. Car si les coeurs battent parfois à l'unisson, il arrive que les sangs s'entêtent à suivre des courants contraires.

    Entrelaçant ce récit d'une femme qui doute de tout à des chapitres choisis d'une Histoire du sang rédigée par un malade certain de mourir seul, Elsa Pépin livre une réflexion sensible sur le sacrifice d'illustres oubliés au nom de la science, comme sur celui qu'on accepte au nom de ceux qu'on aime. Premier roman au ton juste et singulier, Les sanguines offre une illustration du mystérieux pouvoir du don de soi, et de la vie qui persiste au-delà de la mort.

  • Profondément québécois et pourtant parmi les plus exotiques des romanciers d'ici, Éric Dupont écrit à partir d'un pays loin d'être figé dans son passé et limité par son territoire. Chez Dupont, les Gaspésiens vont à la recherche du vent (La logeuse) et les gens du Bas-du-Fleuve conquièrent la planète (La fiancée américaine). S'il a été abreuvé d'une ferveur catholique, souverainiste et féministe, Éric Dupont est aussi l'enfant arraché au pays béni, fruit d'un divorce et de nombreux exils, lancé très tôt dans une vie de voyages formée pour le roman d'aventure. L'auteur se livre à nous dans un savoureux autoportrait et une entrevue signée Elsa Pépin, tandis que son éditrice, Mélanie Vincelette, vient compléter le profil de ce portraitiste hors-pair en commentant sa bibliographie.

  • Pour son numéro d'hiver 2015, année qui marque les 30 ans de la revue, XYZ propose le thème « Séductions » sous la direction de Gaëtan Brulotte. Nous voilà au coeur du monde des désirs et des fantasmes. Conviés au jardin des délices ou à l'enfer du leurre au royaume des amants et du flirt. Mais cela peut être aussi un désir d'un autre ordre, comme celui de l'enfant voulant plaire à ses parents ou celui d'un professeur souhaitant charmer son auditoire. Et bien sûr, ultimement, ce sont des écrivains qui tentent ici de nous séduire. Avec les textes de Jean-Paul Beaumier, Natalie Jean, Bertrand Laverdure, Philippe Mottet, Elsa Pépin, Jérôme Tousignant et Francine Tremblay.

empty