Emilie de Turckheim

  • Lunch-box

    Emilie de Turckheim

    ' La lunch-box est une bête pleine d'appétit. Elle grogne, elle n'en a jamais assez. Elle provoque chez la mère une pulsion de remplissage. Tout le vertige vient de la forme de la lunch-box : n'oublions pas que c'est une valise. C'est chaque matin la répétition du grand départ. La mère regarde son enfant s'éloigner de la maison et elle espère qu'il ne lui manquera rien. Ni pain ni amour. '

    Dans la ville rêvée de Zion Heights, sur la baie du détroit de Long Island, un petit monde gravite autour de l'école bilingue : les mères délurées organisent des garden-parties, les pères, souvent absents, suivent de loin les affaires de la vie courante, les couples se font et se défont tandis que les enfants préparent le spectacle de fin d'année. Tous ont pour coqueluche Sarah, la professeur de chant, célèbre pour ses comédies musicales extravagantes. Jusqu'au jour où, par accident, elle bouleversera leurs vies et la sienne, à jamais.
    Ce roman lumineux, où l'émotion affleure à chaque page, explore la manière dont chacun, témoin, victime ou coupable, surmonte l'irrémédiable.

  •         Un jour, j'ai dit : « Ils sont des milliers  à dormir dehors. Quelqu'un pourrait  habiter chez nous, peut-être ? »  Et Fabrice a dit : « Oui, il faudra  juste acheter un lit. »  Et notre fils Marius a dit : « Faudra  apprendre sa langue avant qu'il arrive. »  Et son petit frère Noé a ajouté :  « Faudra surtout lui apprendre à joueraux cartes, parce qu'on adore  jouer aux cartes, nous ! »
    Pendant neuf mois, Émilie, Fabrice et leurs deux  enfants ont accueilli dans leur appartement parisien  Reza, un jeune Afghan qui a fui son pays en guerre  à l'âge de douze ans. Ce journal lumineux retrace  la formidable aventure de ces mois  passés  à se découvrir et à retrouver ce qu'on avait égaré  en chemin : l'espoir et la fraternité.     

  • Avec impertinence et humour, L'Enlèvement des Sabines démonte la mécanique des rapports de force et opère une libération, aux confins du meurtre et de la folie.
    Pour son pot de départ, Sabine reçoit une sex doll. Stupéfaite, la jeune femme rentre chez elle accompagnée de sa poupée aux seins démesurés et au visage figé de manga. Un renversement s'opère face à cette étrange colocataire convoitée et confortablement installée.
    D'un naturel effacé, Sabine se confie et pas à pas s'impose dans le jeu mortifère de son couple avec Hans - un metteur en scène mondialement connu pour ses spectacles ultra réalistes, encensé par toute la critique qui veut y lire une dénonciation de la violence.
    Pourtant en coulisse sévit un monstre féroce protégé par son charme, son succès et son aura de créateur génial.

  • Changement de décor avec ce nouveau roman d'Émilie de Turckheim : direction les États-Unis ! " Dans la vie, un certain niveau de manque est une bénédiction. " Tom Elliott, la trentaine, est propriétaire de la dernière supérette de Shellawick, un bled paumé du Midwest, frappé par l'alcoolisme et le chômage, situé au milieu d'un désert de cailloux noirs infesté de mouches. 50% des habitants de Shellawick se tuent à la tâche dans l'usine de popcorn du groupe Buffalos Rocks, magnat industriel qui domine toute la région. Depuis des années, la bourgade se meurt et les commerces de Shellawick ferment les uns après les autres. Mais le coup fatal est porté par l'ouverture d'un immense supermarché ultramoderne juste en face du commerce de Tom. La descente aux enfers commence... Derrière les personnages burlesques, l'improbable décor et ses deux magasins, - symboles de deux rapports totalement opposés à la consommation, à la vie, au besoin et à la satiété - Popcorn Melody jette un regard comique sur notre société capitaliste et pointe du doigt l'anéantissement de la culture et des populations amérindiennes. Avec son univers déjanté et sa plume ô combien ciselée, Émilie de Turckheim donne un coup de pied bien placé dans notre confortable fourmilière.

  • Depuis son plus jeune âge, l'héroïne de ce roman sait qu'un jour, elle sera canonisée. Mais elle ignore encore pour quels miracles et quels bienfaits. Pour gagner ses galons de sainteté, elle croit encourager le destin en devenant visiteuse de prison. Toutes les semaines, dans un parloir étroit, elle rencontre Dimitri, qu'elle écoute sans le juger, et qu'elle respecte comme un frère. Quand celui-ci est enfin libéré, la sainte continue de l'inciter à la vertu, mais réalise très vite qu'elle n'a plus aucun pouvoir sur lui. Les bonnes résolutions prises au temps de la prison se sont évaporées dans l'alcool et les mauvaises fréquentations. Il est libre comme elle est libre. Il n'a plus besoin d'elle. Sans l'auréole de souffrance du prisonnier, Dimitri a perdu son charme et son admirable misère. Pour le sauver une fois pour toutes, la sainte commet l'impensable : elle l'accuse d'un viol qu'il n'a pas commis. À la suite d'un procès perdu d'avance et très médiatisé, Dimitri retourne en prison où l'attend... sa visiteuse.



    Une sainte est une fable sur le don et la grâce. L'héroïne - dont les ailes d'ange poussent dans le dos au fur et à mesure du roman - veut aider ceux qui l'entourent : son vieux voisin esseulé ; sa meilleure amie actrice porno ; et sa mère adorée, alitée dans une maison de repos... Un personnage irrésistible qui nous entraîne sur les chemins de la liberté et de la transgression.

  • Émilie est enceinte de son deuxième enfant. Marius aura deux ans quand il naîtra. Deux ans, c'est l'écart idéal, lui dit-on. Elle n'en sait rien, mais elle s'en fout pas mal. Elle se confie à un journal depuis l'instant où elle découvre le trait bleu sur le test de grossesse. Avec une sincérité sidérante, elle partage tout, les anecdotes du quotidien, « son amoureux » le beau F., ses ami(e)s, ses amours, Marius, joueur-compulsif qui babille ses premiers mots. Mais c'est surtout l'émouvante rencontre avec « la petite prune » grandissant jour après jour dans ce ventre qui lentement s'arrondit jusqu'à faire disparaître son nombril.
    La narratrice a mille vies, elle est écrivain, modèle, visiteuse de prison, thésarde, hyperactive, maman, aime le sexe, les voyages, les cactus et les gâteaux aux amandes. On rit, on pleure, on suit aveuglément Émilie qui devient l'héroïne du roman d'une vie foisonnante. Elle nous livre sans détours ni tabous son intimité qui résonne comme une expérience universelle.

  • Héloïse est amoureuse de Lawrence depuis qu´elle est enfant. Et peu lui importe que trois générations de femmes de sa famille aient couché avec ce même homme. Elle est passionnée, libérée, un brin fantasque. Tour à tour enfant téméraire, adolescente provocante, jeune mère pétillante, et photographe branchée, Héloïse demeure, jusqu´à se marier à une cinquantaine d´années, cette éternelle gamine foudroyée d´amour pour Lawrence.


    À travers cette histoire insensée, s´offre à nous un magnifique portrait de femme, tout à la fois fragile et indomptable. Un récit extravagant, surréaliste, où derrière l´écriture raffinée et l´incroyable drôlerie des situations se cachent érotisme et transgression.

  • She is seven months old. She is bald. She is wearing red nail varnish. She is in love.



    This strange, uneasy love story follows Héloïse as she attempts to seduce the silver-tongued Doctor Lawrence Calvagh. A man forty years her senior, who may love her too. But Lawrence is not all he appears, and while Héloïse begins injuring herself so that he will stitch her back together, every other woman in her family also seems to be under his spell.



    Reaching from the elegant salons of Paris to the golden sands of Corsica, the mountains of Algeria to the art galleries of New York, this subversive novel examines love at its most shocking and violent. And in Héloïse, as baby, nymphet, teenage mother, celebrated photographer, and wife, we have a truly provocative heroine.

empty