Eric Bonnet

  • Sortir de l'atelier et voyager. Depuis les années 90, de nombreux créateurs considèrent que l'espace pictural ne correspond plus à leur expérience du monde. Ce qui faisait l'expérience et le risque du voyage dans les siècles passés est-il encore à l'ordre du jour ? Le voyage peut-il encore faire oeuvre ? Cet ouvrage traite d'abord de l'expérience ontologique du voyage puis rassemble des études sur divers artistes contemporains qui ont fait du voyage l'outil fondamental de leur création. Poésies, journaux et essais d'artistes viennent contribuer à une poïétique du voyage.

  • L'écran constitue un lieu d'attente. Écran et surface picturale sont autant réceptacle spatial et matériel des opérations visuelles qu'espace mental qui fait naître l'image, les figures, les éléments et leur agencement. La généralisation des écrans dans la vie contemporaine a-t-elle modifié la conception des surfaces picturales ? Comment le peintre repense-t-il le support, la surface, le plan, l'espace, les figures dans le contexte des surfaces écraniques ?

  • La frontière s'impose comme une réalité spatiale et temporelle fondamentale, une instance qui met des liens entre des êtres et des concepts. Les frontières touchent ainsi à notre pensée des limites et des passages, à notre inconscient le plus profond, à des questions d'identification et d'identité. Trois champs de recherche sont ici proposés : oeuvres, corps, territoires. Quelles sont les limites d'une oeuvre ? Que nous indiquent les écritures de la frontière, des territoires et des seuils dans une oeuvre d'art ? Comment l'espace contemporain peut-il intégrer et dialoguer avec un passé immémorial ?

  • Notre mobilité dessine des parcours, des temporalités, un départ et un retour, une topographie et une géographie où se mêlent l'extérieur et l'intime. Seuils et frontières, limbes, milieux et demeures, tels sont quelques-uns des territoires géopoétiques, géoartistiques et géoimaginaires que rencontre le promeneur dans ses espaces. Il peut alors en concevoir la cartographie. Riche de ses illustrations couleur, il ne s'agit pas ici d'un agrégat d'images ni d'un recueil d'images, mais d'une oeuvre faite avec des images et des mots.

  • La biennale de Lyon Entre-temps... Brusquement, et Ensuite, en 2013, interroge les nouvelles temporalités des récits qu'inventent les artistes aujourd'hui, dans une synthèse, une osmose entre écrit et image. La biennale d'Istanbul : Mom, Am I barbarian ?, 2013 est consacrée aux événements qui bouleversent l'espace public dans le contexte de la mondialisation. Comment la frontière est-elle vécue, inscrite et pensée dans la pratique des artistes exposés dans les biennales ? Cet ouvrage propose des analyses qui explorent le déplacement et le renouvellement des frontières réelles, imaginaires et symboliques dans les oeuvres.

  • Les ouvrages de cette collection ont pour objectif de faciliter l’acquisition et la maîtrise des notions fondamentales du programme. Le but est de faire en sorte que chacun sache « quoi faire », même lorsqu’il pense se trouver face à un obstacle insurmontable.Chaque fiche de ce livre est conçue de la façon suivante :Quand on ne sait pas ! Les raisons expliquant pourquoi on ne sait pas, avec parfois des rappels de cours et les premières pistes à explorer afin de s’en sortir.Que faire ? Les méthodes permettant de solutionner le type de problème étudié, assorties des rappels de cours essentiels à leur mise en œuvre.Conseils : Les conseils de rédaction et une ou deux astuces pratiques.Exemple traité : Mise en pratique et en lumière de ce qui a été vu précédemment.Exercices : Énoncés choisis soigneusement afin de balayer largement le thème étudié, certains étant extraits de sujets de concours.Pour vous aider à démarrer : Les idées permettant de démarrer sereinement les exercices proposés.Solutions des exercices : Les solutions complètes et détaillées des exercices.

  • Les ouvrages de cette collection ont pour objectif de faciliter l’acquisition et la maîtrise des notions fondamentales du programme. Le but est de faire en sorte que chacun sache « quoi faire », même lorsqu’il pense se trouver face à un obstacle insurmontable.Chaque fiche de ce livre est conçue de la façon suivante :Quand on ne sait pas ! Les raisons expliquant pourquoi on ne sait pas, avec parfois des rappels de cours et les premières pistes à explorer afin de s’en sortir.Que faire ? Les méthodes permettant de solutionner le type de problème étudié, assorties des rappels de cours essentiels à leur mise en œuvre.Conseils : Les conseils de rédaction et une ou deux astuces pratiques.Exemple traité : Mise en pratique et en lumière de ce qui a été vu précédemment.Exercices : Énoncés choisis soigneusement afin de balayer largement le thème étudié, certains étant extraits de sujets de concours.Pour vous aider à démarrer : Les idées permettant de démarrer sereinement les exercices proposés.Solutions des exercices : Les solutions complètes et détaillées des exercices.

  • Comment la création implique-t-elle la mémoire et de quelles mémoires s'agit-il ? Mémoire vive, individuelle ou collective, archives réelles ou fictives ? Comment la mémoire nourrit-elle les processus artistiques dans sa lutte contre l'effacement de l'histoire et l'oubli ? Quelles stratégies théoriciens et artistes, coréens et français, mettent-ils en oeuvre pour réveiller et reconstruire une histoire réparatrice ? Quelles relations entretiennent-ils avec leur histoire et leurs lieux de mémoire ? Par son enracinement dans deux cultures (Corée et France), cet ouvrage renouvelle la question des rapports mémoire et création.

  • "Je est un autre". Cette déclaration d'Arthur Rimbaud en 1871 vient troubler nos définitions traditionnelles de l'identité, des pratiques poétiques et de la création artistique. Des artistes chinois et des théoriciens français ont réfléchi aux enjeux actuels de cette déclaration révolutionnaire. Dans le nouveau contexte interculturel, entre l'art occidental et l'art extrême-oriental, une réflexion sur l'identité et l'altérité permet alors d'explorer les possibilités du soi et de construire une possible identité partagée dans le domaine de l'art contemporain.

  • Depuis 2010 des chercheurs interrogent le géoartistique, la géoesthétique et la géopolitique quant à la globalisation et aux frontières, à la localisation et à la mondialisation : en quoi modifient-ils les rapports entre arts, cultures et politiques ? Dans le marché global contemporain, il en va d'une part des corps et des personnes, des résistances et des violences, d'autre part du temps et de l'espace, des oeuvres et des représentations. Alors, sous quelles conditions l'articulation localisation et mondialisation est-elle possible ?

  • Quels rapports les artistes de la Méditerranée ont-ils avec les frontières et quels effets cela a-t-il sur eux-mêmes, sur leurs oeuvres, leurs créations et leurs réceptions ? En quoi la mobilité choisie ou obligée change-t-elle la donne, dans ces pays marqués par le colonialisme passé et, parfois, présent, par ses frontières remises en cause -Yougoslavie, Palestine, Israël, Liban, Syrie, Lybie, etc. ?

empty