Erik Arnoux

  • Maudite gamine !
    Quand elle a jailli de la calèche pour s'enfuir, ça m'a trop inquiété...
    A cet âge-là, pourtant, on a de bonnes jambes, mais en pleine forêt, affolée comme elle était, j'savais qu'elle irait pas bien loin !
    J'l'ai rattrapée ! Elle m'avait échauffé le sang, à galoper devant moi en trémoussant son petit derrière...
    Alors je me suis pas méfié ! !
    Le coup de bâton, j'l'ai bien senti, pour sûr... Mais j'l'ai pas vu venir !
    Maintenant la vieille dira plus rien... Seulement la petite est toujours dans la nature et j'ai idée que l'saint homme, y va pas aimer ça...
    Sacrément ennuyeux pour nos kopecks, mais bon... On va lui recoincer cette teigne !
    Et cette fois...

  • Dans la Russie des Tsars, Sophaletta possède le caractère trempé des gens qui ne manquent de rien. L'assassinat de sa mère va faire basculer son destin... En un instant, l'enfant doit devenir adulte ! Vendue à une maison close, elle apprend à serrer les dents et à vider son esprit, n'y laissant que la vengeance comme seule pensée... Mais son calvaire touche à sa fin. Les preuves du complot dont elle a été victime n'ont pas disparu et se rapprochent inexorablement de ceux qui doivent être punis...
    Dernier volet d'un premier cycle, L'Héritage de la putain va dénouer l'écheveau de secrets qui entoure notre héroïne. Avec Sophaletta, Erik Arnoux campe un grand mélodrame traversé par les soubresauts de l'Histoire etla grandeur des sentiments. Un scénario captivant mis en scène par un dessin brillant et épuré.

  • 1905 : les japonais gagnent du terrain sur le front russo-japonais où la guerre fait rage.
    A Saint-Pétersbourg, Sophaletta, vendue à la Goloubinovna, tenancière d'une maison close, connaît l'horreur. Indomptable, elle est la risée des autres filles. Seule la juive Lioubov comprend sa détresse et la défend face aux autres furies. Au coeur de la tourmente le jeune Anton fait tout pour sauver Sophaletta qu'il aime.
    Second volet d'une série prometteuse Sophaletta mêle avec talent romantisme et aventure soutenus par un dessin riche en détails et d'une grande lisibilité. Une nouvelle réussite de la collection Caractère.

  • Le sud-est de l'Afrique, durant la Première Guerre mondiale. Josef vit avec son père, un pasteur allemand, dans une région dominée par l'Allemagne. Lorsqu'il rend visite aux autres colons disséminés dans l'immensité de ces terres, le pasteur se déplace en avion. À ces occasions, il initie son fils au pilotage. Un jour, à la suite d'une violente dispute, Josef s'enfuit à bord de cet avion, sans réaliser que la guerre fait également rage dans cette région d'Afrique ! Cet album sera précédé d'un prologue qui fait le lien entre Tanguy-la-Vie-Dure, qui apparaît dans Tramp, et Josef.

  • Hughes de Crozenc est toujours sur la route de Jérusalem. Après avoir tué Aliénor de Luzignan et tenté d'assassiner le roi Louis IX, le Sarrasin Al Mansour est en prison, torturé avant d'être exécuté. Mais grâce à des complices, celui-ci parvient à s'évader. Hughes se jure de le retrouver.
    Robert d'Artois, l'un des frères du roi, pense que le conflit qui les oppose aux Sarrasins ne peut se régler que par les armes, et devient du même coup le grand rival d'Hughes de Crozenc. Il souhaite l'éliminer, et compte bien se donner les moyens de parvenir à ses fins...
    Nous retrouvons tous les personnages de cette grande saga en Terre sainte, lors de la grande croisade de Louis IX. Si la lutte contre l'Infidèle est le but premier de cette campagne, les seigneurs profiteront des batailles loin du sol français pour régler entre eux quelques haines ancestrales. Intrigues et complots, servis par une superbe reconstitution historique.

  • Toujours en croisade sur la route de Jérusalem, le seigneur Hugues de Crozenc écoute le récit d'un jeune écuyer concernant son aimée, la belle Alix. Celle-ci n'en pouvait plus d'attendre désespérement Hughes, la date de son retour étant de plus incertaine. Enceinte de lui alors qu'il l'ignorait, elle décida, contre l'avis de tous, de prendre la route pour aller le rejoindre en Terre Sainte, s'apprêtant à rencontrer bien des dangers. Alix n'est pas idiote, elle sait les risques qu'elle court, mais elle se doit de le rejoindre, fût-ce au delà des mers ! Et ce fut le début d'un pénible voyage...
    Et en Terre Sainte, les choses ne s'arrangent pas non plus. Le suzerain Lusignan n'a pas survécu à ses blessures, et un complot est monté, faux testament à l'appui, pour destituer Hugues du royaume de Crozenc...
    Toujours plus de sentiments, d'action et de rebondissement dans cette série culte du catalogue Vécu, dont le scénario a été repris par Erik Arnoux. Intrigues et complots servis par une superbe reconstitution historique.

  • Au château de la Deunière, c'est la peine qui bat les tempes d'Odilon, fidèle compagnon de Mahaut... Car le jeune vient juste d'enterrer sa soeur. Il jure sur sa tombe que Sigwald paiera.
    Odilon veut aussi retrouver Mahaut l'amie de sa soeur, prisonnière des griffes de son terrible frère. Il souhaite l'épouser puis prendre possession du royaume de Crozenc. Il en fait le serment sur la tombe de sa soeur... Mais le père d'Odilon, Sire Guillaume, est en train de mourir. Sur son lit de mort, juste avant le trépas, il fait jurer à son fils devant Dieu, de ne pas se venger de Sigwald, de lui pardonner... Cruel dilemme pour le jeune fougueux... Que va-t-il faire ?... Désobéir aux dernières volontés de son père ou renoncer à son serment ?...
    Or, pendant que Sigwald de Crozenc s'en va en Engoulesme pour son adoubement, on apprend que sa mère serait responsable de l'emprisonnement de Mahaut... afin que Sigwald soit le seul héritier des terres de Monseigneur Hughes... Un conflit familial des plus déchirants est en train de naître...

  • Sigwald de Crozenc, jeune écuyer de la maison de Lusignan, parfait son apprentissage en la ville d'Angoulême. Et pourtant, aux dires même de ses professeurs, l'art des armes ne possède plus de secrets pour lui. Le voilà devenu chevalier accompli et homme comblé, Guérande partageant ses nuits malgré l'interdit qui plane sur leur relation. Cependant, un autre coeur commence à battre à l'approche de l'héritier des Crozenc : les pensées de Claire de Mondor se portent vers lui après leur inattendue première rencontre matinale. Quant à Odilon, il ronge son frein et ne cherche qu'une ouverture pour se venger de celui qu'il rend responsable de la mort de sa soeur. Dès lors, c'est la guerre ouverte entre les deux adolescents. Heureusement, Sigwald peut compter sur son compagnon Raoul, alors que de sombres manigances, qui touchent aux hautes sphères du pouvoir, s'amoncellent au-dessus de la tête de Sigwald de Crozenc et de sa maisonnée... Dans cette période médiévale où toute une société est à redécouvrir, les sentiments, les actions et les rebondissements sont menés tambour battant. Intrigues et complots sont servis par une superbe reconstitution historique.

  • Mai 1260. A l'aube... Emergeant lentement des brumes nocturnes, la forêt de Crozenc s'éveille en frémissant... Et pourtant... Les enfants des deux villages voisins se livrent à une querelle sans rémission dans la clairière de la Vierge, considérée par les habitants de Crozenc comme un lieu de recueillement. Mus par une haine qu'on attribue généralement aux adultes, ces guerriers en culottes courtes se rossent de coups de bâtons et d'épées qui dépassent de loin le simple amusement. La haine n'a-t-elle donc point de limite ?...
    Ce vent de folie qui souffle sur la forêt semble loin de perturber la forteresse des maîtres... Mais ne parlons pas trop vite... Voilà qu'arrive Percerouge, affolé, souhaitant à tout prix s'entretenir avec Messire Conan. Un nouveau malheur frappe Crozenc... Il aurait remis ça... Mais qui est ce « il » ?...
    Toujours plus de sentiments, d'action et de rebondissement dans cette série culte du catalogue Vécu, dont le scénario a été repris par Erik Arnoux. Intrigues et complots servis par une superbe reconstitution historique.

  • Dans les coulisses d'un symbole de la ville de ParisÀ l'instar de la lampe magique d'Aladin, l'Arc de Triomphe de Paris renferme aussi des génies facétieux... Du soldat inconnu au guerrier de « La Marseillaise » de François Rude, ils ont tous en commun d'être les esprits de soldats tombés lors des grandes batailles de l'Histoire, nés à partir des sculptures qui les commémorent. Il leur arrive parfois d'intervenir sur le monde réel pour aider les âmes en peine, ou pour s'amuser tout simplement.Dans cet album empreint de poésie et de mélancolie, le scénariste Jean-Louis Fonteneau imagine, sur plusieurs périodes de son histoire, le célèbre monument parisien comme un portail vers un monde d'illusions hanté par les souvenirs de tous ces braves morts pour la France. Coédition avec les Éditions du Patrimoine.

  • Tony Duarte, 25 ans, est brutalement confronté à un passé douloureux. Son père, Jean-Jacques Rossi, dit Jacky, dit Monsieur Jacques, vient de se loger une balle dans la tête en laissant une lettre qui ne fait aucun doute sur ses intentions d'en finir. Cet homme était un mythomane, joueur addict, flambeur et alcoolique. Il avait abandonné sa femme et son fils depuis des années. Tony se plonge alors dans le passé de ce père fuyant, menteur, escroc, mais aussi flamboyant... et qui lui a manqué. Il rencontre Lydia, la dernière petite amie de son père. Elle travaille dans un cercle de jeu clandestin et ne croit pas trop au suicide de Jacky, mais est assassinée avant d'avoir pu faire des révélations à Tony. Il rencontre aussi Honoré Balzac, un individu exubérant qui s'avère être un fou dangereux. Ce détraqué va alors mettre en place une partie de poker dont Tony n'est pas sûr de sortir vivant...

  • Londres, octobre 1917...
    Joe the ripper fait la Une de tous les journaux, affole la population et alerte Scotland Yard. En deux mois, déjà trois jeunes femmes ont été retrouvées sauvagement assassinées. Il ne va pas être facile de l'arrêter... aucun indice tangible... si ce n'est la catégorie qu'il semble privilégier : trois victimes, toutes prostituées notoires...
    Et pourtant, plusieurs suspects pourraient faire de parfaits coupables. Il y a le Russe Doubrinoff, un homme violent et irascible qui fréquente de (trop ?) près les prostituées... Mais Scotland Yard surveille également le journaliste Garrity. Il déclare haïr les prostituées et admirer l'éventreur. Et c'est vrai que Garrity a bien changé depuis son retour de Russie...
    Safiancée Kitty se remet difficilement de sa séparation d'avec Sophaletta. Mais cela ne va pas l'empêcher de s'intéresser de près à cette affaire qui secoue les faubourgs londoniens...
    Laissant volontairement pour ce volume leur héroïne au second plan, Erik Arnoux et Dominique Hé jubilent à revisiter l'histoire de Jack l'éventreur. Et nous aussi, par la même occasion !

  • Près de douze années se sont écoulées... L'histoire débute fin février 1917... Alors que grondent les prémices de la Révolution d'Octobre, au cours d'une houleuse manifestation dans les rues de St-Pétersbourg, Sophaletta, comtesse-putain, à présent propriétaire de la maison Goloubinovna, sauve la vie de Kitty, jeune correspondante d'un journal britannique. Les deux femmes deviennent amies... amantes, même ! Mais où sont donc passées les " larmes de la Tsarine ", ce somptueux bijou légué par le défunt comte Sergueï à la fille bâtarde qu'il n'a jamais connue ? Et le méchant Doubrov, que l'on croyait dévoré par les loups... Ne serait-ce pas lui qu'on aperçoit dans le port de Queenstown ?
    Oh ma Sophie ! Ton destin est farceur et n'a pas dit son dernier mot !
    Mais face à ce déferlement de haine trop longtemps contenue, charriant ses ruisseaux de sang dans les rues de Petrograd, que peux-tu faire sinon espérer saisir à temps la main tendue d'un vieil ami ?

  • Mars 1917... La Russie millénaire des Tsars à vécu : Nicolas Romanov vient d'abdiquer ! Dans Pétrograd en ébullition où la situation évolue d'heure en heure en faveur des insurgés, et où chacun se doit de très vite choisir un camp, Sophaletta cherche d'abord à survivre... Libérée de prison par Milko, l'ex petit moujik inculte de son enfance devenu commissaire politique, elle fuit en train vers le nord du pays pour conduire son amie anglaise Kitty jusqu'à la frontière finlandaise !
    Elles ignorent que les voies ont été coupées par les cheminots et que Kostia Simonevitch, ivre de haine, est à nouveau sur leurs traces...

  • 25 octobre 1917... Pétrograd retient son souffle. Le fragile gouvernement de Kérensky, issu six mois plus tôt des révoltes de février et de l'abdication de Nicolas II, semble vivre ses dernières heures. C'était le dernier illusoire rempart contre le chaos total préconisé par les extrémistes. Sous l'impulsion de Lénine, les Bolcheviks ont expédié les émissaires dans toutes les casernes et arsenaux de la ville. Ordre est donné aux troupes indécises de ne plus obéir qu'aux décisions du Soviet. Dix heures de combat suffisent aux gardes rouges pour contrôler les points stratégiques de la capitale. La Palais d'Hiver, où se sont réfugiés ministres et état-major, est défendu par une troupe de cosaques qui ne tarde pas à se rendre aux Bolcheviks pour garder la vie sauve.
    Sophaletta assiste à ce spectacle, les larmes aux yeux, en regardant chuter sa Russie... Et Alexeï, son compagnon, n'ose pas lui dire qu'il ne l'aime plus, elle qui est si opposée à ses idéaux de Révolution... Révolution qui s'étend maintenant sur toute la ville...

  • Ils fuient Petrograd en filant vers l'Oural pour éviter les contrôles, avant de plonger vers le Sud du pays encore préservé de la guerre civile entre rouges et blancs : Trois femmes et un homme aux intérêts opposés, contraints de s'unir pour échapper à la mort Aveuglé par son amour pour la belle Sophaletta, Milko Artémiev a trahi les siens Maintenant Lioubov se remet de ses souffrances dans les bras de Sophie, sous le regard intéressé de la jeune Kitty La première étape doit les amener chez un cousin de Sophie qui peut les aider à quitter le pays Quatre malheureux poursuivis par la haine des hommes de Lénine qui tremblent à l'idée de décevoir le nouveau maître de la Russie. À tous, le destin a donné un terrible rendez-vous sur les route s enneigées des contreforts de l'Oural. Certains n'en reviendront pas Huitième opus de la série d'Erik Arnoux (scénario), Dominique Hé (dessin) et Jean-Jacques Chagnaud, (couleurs) «La Rescapée d'Ekaterinodar » entraîne les protagonistes de la série dans un dramatique road movie à la russe, une fuite en avant sans fin dans les paysages désertiques et imposants des monts de l'Est

  • Le bolchévisme répand son étendard sur les terres russes, balayant les reliques encombrantes d'un passé révolu. Il accule les fervents adeptes de la Russie tsariste dans la péninsule de Crimée, où se livre la dernière lutte. Là, dans le port de Yalta, la belle Sophaletta n'arrive pas à se résigner. Accrochée à ses espoirs, elle voit avec désolation ses amis se résoudre à l'exil, abandonnant leur patrie au communisme. Pourtant, à la suite d'une mystérieuse missive de son cousin, l'aventure la happe à nouveau, l'obligeant à laisser seule la jeune Loubia. En proie à un profond désarroi, elle est bien loin de se douter que tous ses amis ne l'ont pas oubliée, et que Kitty l'Anglaise a retrouvé sa trace

empty