Frédéric Bihel

  • 1897. Dans le port d'Anvers, on charge et on décharge les vapeurs qui « font le Congo ». Cargaisons d'ivoire et de caoutchouc d'un côté, d'armes et de chaines de l'autre... Car en dépit du nom officiel de cette lointaine possession africaine ? E.I.C., pour Etat Indépendant du Congo ?, c'est bien le Roi Léopold qui en est l'unique propriétaire légal. Et sa consigne est claire : rentabiliser au mieux et au plus vite cette immense colonie, quitte à y faire régner l'arbitraire le plus absolu. Loin des regards, un quasi esclavage est imposé aux populations locales, comme l'a constaté depuis sa récente arrivée au Kivu le jeune missionnaire Paul Delisle. En dépit des discours « civilisateurs », éducation et évangélisation ne sont décidément pas les priorités du tyran de Bruxelles...

  • Du caoutchouc fait de sang, de pleurs et de mains coupées.

    1903. Afin de recueillir les souvenirs et le témoignage de celui qui fut l'un des héros de la colonisation de l'Afrique, et notamment du Congo pour le compte du roi Léopold, un jeune reporter belge rend visite à Henry Morton Stanley dans son domaine du Surrey, où l'explorateur vieillissant, malade et presque infirme s'est retiré du monde. En veine de confidences, Stanley se remémore pour son visiteur la célèbre expédition de secours à Emin Pacha. Ses souvenirs sont enchanteurs, éblouis. Mais à mesure que le flash back se précise, la violence barbare du comportement de Stanley à l'égard des Africains se révèle dans toute son horreur sanglante. L'expédition Emin Pacha est restée célèbre parce qu'elle fut la dernière grande expédition privée du XIXe siècle au coeur de l'Afrique, mais aussi pour avoir été la plus meurtrière pour les populations qui avaient le malheur de se trouver sur son chemin... Voici le troisième volume de la saga africaine de Frédéric Bihel et Maryse et Jean-François Charles. Adossée à une solide reconstitution historique, cette histoire âpre et prenante évoque de manière saisissante la cruelle histoire du Congo au tournant des XIXe et XXe siècles, mis en coupe réglée par le Roi des Belges et son représentant le plus impitoyable, l'explorateur Stanley.

  • 1903. Les pratiques coloniales de Léopold II sont de plus en plus controversées. Stanley, fidèle ami du roi convaincu que toute modernisation d'un pays a un prix ? dut-il se payer en vies humaines ?, revient sur l'expédition qu'il a menée quinze ans plus tôt afin d'aider Emin Pacha dans le cadre des projets coloniaux de Léopold. Paul Delisle, quant à lui, a quitté les ordres, dégoûté par ce qu'il a vu depuis qu'il est arrivé au Congo : les colons ne sont pas là pour évangéliser ou aider, mais pour rentabiliser l'investissement de Léopold... C'est donc seul et à sa manière qu'il va dorénavant aider la population locale.

empty