Stock

  • Colères

    François Rollin

    • Stock
    • 13 Mai 2015

    « Le professeur Rollin déteste les pitchs, parce qu´il se méfie et des anglicismes et des raccourcis. Sa dernière conférence ne peut donc être pitchée, sous peine de poursuites. C´est pourquoi. » Il y a dix ans, François Rollin écrit et joue un one-man-show, Colères. On y voit surgir par intrusion, en lieu et place du « comique professionnel » que les spectateurs sont venus applaudir, un personnage terrifiant et attachant à la fois, un paranoïaque ordinaire hermétique à toute espèce d´humour, un anonyme hors de lui mais finalement plus pathétique que redoutable. Ancré tant bien que mal dans notre vie quotidienne, Jacques Martineau - c´est son nom - est le râleur obsessionnel que nous sommes tous, avec les excès déments que nous rêvons d´éviter.
    Voilà que dix ans après il remet ça avec un autre spectacle, donné au début de l´année 2015, Le professeur Rollin se rebiffe, où il reprend sa mission sacrée, celle de répondre aux questions qu´on lui pose : les thèmes sont en accords avec les préoccupations d´aujourd´hui, comme par exemple la mondialisation, la question de l´identité, la fin du romantisme, les flux migratoires, la bien-pensance ou les logiques de profit. Ces questions lourdes éclipseront-elles le débat de fond sur le goût - ou l´absence de goût - du paprika ?

empty