Francis Blanche

  • Bon nombre d'humoristes tiennent Francis Blanche pour leur Tonton préféré. Un tonton flingueur s'il en est : iconoclaste, irrespectueux et mystificateur, maniant de main de maître l'absurde et la folie.

    Ses conseils témoignent d'une sagesse ancestrale : "Si vous ne vous sentez pas bien, faites-vous sentir par un autre", "Pour rentrer chez vous une seule adresse, la vôtre", ou encore : "Qui vole un oeuf ferait mieux de voler un boeuf." Mais le plus grand des talents de Francis Blanche est d'avoir su mettre le rire au coeur de sa vie quotidienne autant que dans ses sketches. Inventeur des fausses publicités, il est aussi à l'origine du canular téléphonique. On trouvera ici quelques-unes des folles aventures du célèbre Macheprot. Amusons-nous du délire de cet homme-orchestre, inventeur de la greffe surprise, de la police des nurses et du dépanneur d'escalopes.

    De belles nuits blanches en perspective !

  • Deuxième saison du feuilleton radiophonique mythique qu'est Signé Furax. Désormais allié des Babus (voir Le Boudin sacré), l'ignoble Furax n'a pas renoncé à son ambition de devenir maître du monde ; il a mis la main sur l'invention du professeur Moshmosh, une lumière bleue qui annihile la volonté de ceux qu'elle touche. Mais il va trouver sur son chemin Black, White, le commissaire Socrate et leurs amis. Jeux de mots navrants, situations absurdes, dialogues délirants... Tous les ingrédients du duo Dac/Blanche sont présents dansce nouveau volet de la mythique saga Furax diffusé sur Europe n°1 entre octobre 1957 et juin 1958, après Malheur aux barbus et Le Boudin sacré. " Je tiens Furax pour une oeuvre géniale, pour la grande Iliade du siècle de l'humour ", a dit en 1959 le sociologue Edgar Morin. Par rapport au script d'origine, Jacques Pessis a éliminé les redites nécessaires au format du feuilleton ainsi que quelques allusions à l'actualité de l'époque, incompréhensibles aujourd'hui.

  • Diffusés à partir d'octobre 1956 sur la jeune station Europe n° 1, les 250 épisodes du Boudin sacré, première saison (sur quatre) de Signé Furax, vont connaître un succès colossal - jusqu'à Guy Mollet, président du Conseil, qui, au cours d'un débat à l'assemblée nationale, lance aux députés : " Continuez sans moi, je vais écouter Furax. " On a volé des monuments qui font la gloire de la France, remplacés par des imitations en staff : l'obélisque de la Concorde, le Lion de Belfort, les grilles de la place Stanislas à Nancy, etc. Qui est derrière cet ignoble forfait ? Les détectives Black & White, le professeur Hardy-Petit, le commissaire Socrate et d'autres mènent l'enquête, qui les conduira sur la piste de Furax et de la terrible secte des Babus, adorateurs du Goudgouz, le Boudin Sacré.
    Jeux de mots navrants, situations absurdes, dialogues délirants, tous les ingrédients de l'humour du duo Dac/Blanche sont là.
    Par rapport au script d'origine, Jacques Pessis a éliminé les redites nécessaires au format du feuilleton, ainsi que quelques allusions à l'actualité de l'époque, incompréhensibles aujourd'hui.

  • On a volé l'obélisque de la Concorde, remplacé par une contrefaçon en staff. Puis c'est au tour du bronze du Lion de Belfort et des grilles de la place Stanislas, à Nancy. Et c'est signé... Furax ! La police est sur les dents et confie l'enquête aux deux détectives Black and White, qui ont déjà triomphé de l'abominable (et génial) malfaiteur dans l'affaire des Barbus.
    La diffusion en feuilletons de Signé Furax sur les ondes d'Europe 1 à partir d'octobre 1956 fait partie de la légende de la radio et comprendra quatre "saisons" jusqu'en 1960.
    Ce volume regroupe les premiers épisodes de la première saison, "Le boudin sacré'. Jeux de mots navrants, situations absurdes et loufoquerie en tout genre !

  • Pour la première fois en version intégrale, les 213 épisodes de Malheur aux barbus, feuilleton légendaire qui fit les grandes heures de la radio au début des années 1950.
    Qui se cache derrière les mystérieux enlèvements des barbus en plein Paris ? Les détectives Black et White se lancent à la poursuite d'un redoutable génie du mal, l'ignoble Furax. Ils sont assistés dans leur enquête par le commissaire Socrate, le journaliste Fred Transport, Carole Christmas, Merry Christmas, titulaire de la chaire de Barbologie à la Sorbonne et bien d'autres, parmi lesquels Jeejeeboy, et la Maharanée Pauline IV. Pour la première fois, voici le texte intégral de ce feuilleton délirant, parodiant les romans feuilletons de type Fantômas. Il a été diffusé du 15 octobre 1951 au 19 juin 1952 sur la chaîne parisienne de la RTF.
    Les 213 épisodes représentent la première époque de Signé Furax, un monument de loufoquerie entré dans la légende, et jamais égalé.

empty