Francois Pare

  • Exiguity

    Francois Pare

    • Wilfrid laurier university press
    • 31 Décembre 2005

    For the past four centuries, five major languages have dominated Western literature. This domination has excluded or rendered marginal all other literatures - has, in effect, diminished literary diversity and endangered the existence of the literature of "smaller" cultures. In an illuminating defence for their preservation, François Paré reflects on the diversity of cultures and languages in the world and on the fantastic richness of "smaller" literatures. He offers us memorable samples of this diversity and, in his original and thought-provoking style, tantalizes us with critical musings on the complexity of "marginal" literature and the regenerative power it can offer. Exiguity: Reflections on the Margins of Literature reflects Paré's deep involvement with the development and preservation of minority cultures in Canada.

  • L'alimentation santé : les recettes

    ,

    • Mosaïque santé
    • 15 Mai 2014

    Après, "les clès de l'alimentation santé", ouvrage dans lequel le Dr Lallement vous explique en détail l'influence déterminante du régime alimentaire sur la santé, puis "l'alimentation santé en pratique", où Virginie parée vous aide à appliquer ces recommandations, voici le dernier volet de la trilogie ; en collaboration avec jean François Séité, cuisinier émérite, Virginie Parée propose plus de 300 recettes pratiques, savoureuses et équilibrées pour retrouver la ligne et la santé en émoustillant vos papilles ! Les recettes sont présentées au fil des saisons, en fonction des aliments disponibles au marché, avec des menus types et la liste des courses pour la semaine !

  • Depuis la publication de son premier essai, Les Littératures de l'exiguïté, François Paré n'a cessé de réfléchir aux conditions d'émergence et de reconnaissance de ces littératures dominées, aux « marges étroites » - que ce soit en raison de leur nombre de lecteurs, de leur langue d'écriture, de leurs difficultés d'accès au statut de littératures publiées. Dans un champ de recherche où ces questions sont étudiées de manière très spécialisée et cloisonnée (la littérature basque, corse, togolaise, franco-ontarienne, etc.), François Paré propose une réflexion transversale particulièrement stimulante.

  • L'intérêt pour les objets familiers, pour les menus évènements du quotidien est un des traits marquants de la modernité. Depuis Baudelaire, ce champ a été continuellement réinvesti par la littérature et plus encore par la poésie. L'analyse critique - entreprise de complexification - se donnant pour objet une poésie qui se voue à la simplicité, à la transparence, aux lieux de la familiarité est-elle possible ? C'est cette question qu'abordent les collaborateurs de ce numéro, dont certains voient en l'ordinaire le signe d'une double résistance, à la fois esthétique et idéologique.

  • Lettres quebecoises. no. 150, ete 2013

    , ,

    • Lettres québécoises inc.
    • 15 Janvier 2014

    Professeure à l'Université de Montréal, directrice du CETUQ puis du CRILCQ, Micheline Cambron lit, écrit et enseigne sa passion pour la littérature québécoise, poursuivant sans relâche sa réflexion sur la société et les récits qui s'y entremêlent. Le numéro d'été de Lettres québécoises dresse le portrait de cette grande intellectuelle du Québec grâce à un entretien avec Karine Cellard ainsi qu'un recensement des ouvrages et articles qu'elle a publiés tout au long de sa carrière. Aussi dans ce numéro, un dossier sur le phénomène remarqué d'un « nouveau cycle » dans le monde de l'édition, la chronique « F@etus » rédigée par Christian Mistral et les critiques des plus récentes parutions de David Turgeon, Louis-Philippe Hébert et Marc Séguin, sans oublier celle du premier roman de Vickie Gendreau, intitulé « Testament », tragiquement disparue ce printemps.

  • C'est sous le thème des substances psychoactives, licites ou illicites, et de leur influence dans le domaine des arts que se présente ce numéro automnal de la revue ESPACE art actuel. Quels liens les pratiques artistiques entretiennent-elles avec les substances psychotropes? La relation entre les deux peut ouvrir sur le désir de capter des univers intimes d'une rare intensité, mais elle peut aussi contribuer à prendre position en vue de dénoncer son omniprésence dans une société qui voue un culte à la bonne forme physique et à la santé. Ce dossier donne à voir et à lire sur la pratique de Bruce Conner, Beverly Fishman, Nan Goldin, Richard Ibghy et Marilou Lemmens, Carsten Hller, Henri Michaux, Willem de Koening, Brian Gysin, Arnulf Rainer, Frédéric Pardo, Philippe Mayaux, Takashi Murakami, Annie Ratti, Roxy Paine, Martial Raysse, Jean-Jacques Lebel, Bryan Lewis Saunders, Sarah Schnfeld, Jeremy Shaw et Colleen Wolstenholme.

  • Le 1er octobre 2017, le Regroupement des éditeurs canadiens-français, organisme à but non lucratif représentant les intérêts des maisons d'édition francophones hors Québec, devenait le Regroupement des éditeurs franco-canadiens (RÉFC). Ce changement de nom est motivé par « l'usage de plus en plus répandu, depuis une dizaine d'années, de l'adjectif "franco-canadien" pour désigner les auteurs, les oeuvres et les éditeurs de l'Acadie, de l'Ontario et de l'Ouest du pays ». Le RÉFC emboîte ainsi le pas aux autres disciplines universitaires et sphères d'activité de la francophonie canadienne qui ont rejeté tant l'expression « francophonie hors Québec » que l'adjectif « canadien-français » pour désigner un ensemble franco-canadien excluant le Québec. En modifiant sa désignation officielle, le Regroupement des éditeurs canadiens-français, dont on peut dire que le nom était déjà anachronique au moment de sa création en 1989, ne fait qu'ajouter sa voix à ceux qui affirment depuis un quart de siècle l'existence d'une communauté francophone minoritaire solidaire.

  • Le plus récent numéro d'Études littéraires, dirigé par Marie-Christine Pioffet, tourne Autour de Gabriel Sagard. Historien, voyageur, lexicographe, polémiste, anthropologue avant la lettre, Gabriel Sagard était un missionnaire hors du commun. Les articles composant ce dossier s'intéressent aux contextes historique et littéraire qui ont donné naissance au Grand Voyage du pays des Hurons (1632) et à l'Histoire du Canada (1636) ainsi qu'à la portée de ces ouvrages depuis le XVIIe siècle. Les auteurs analysent l'oeuvre sagardienne sous l'angle de ses emprunts à Marc Lescarbot, de la place qu'elle occupe dans la tradition polémique des écrits récollets, du portrait qu'elle dresse de l'enfance et de la filiation chez les Autochtones, et de la valeur documentaire des mots hurons et montagnais qu'elle emploie. Revisitant les écrits de Gabriel Sagard ainsi que les réflexions qu'ils ont engendrées depuis près de quatre siècles, Études littéraires montre aussi à quel point l'oeuvre du récollet, faute d'avoir bénéficié d'une véritable réédition scientifique, est loin d'avoir révélé tous ses secrets.

  • C'est à l'écrivain acadien Claude Le Bouthillier, emporté par un cancer en mars dernier, à qui Lettres québécoises rend hommage dans ce numéro. Préparé juste avant sa mort, ce dossier comportant un auto-portrait, une entrevue ainsi qu'un profil de son oeuvre littéraire nous fait (re)découvrir le parcours de cet homme qui, issu de la plus ancienne famille de la Péninsule acadienne, a été bercé par la mer et les récits de huit générations d'aventuriers et de pêcheurs. Cette édition dévoile aussi de nombreuses critiques, dont notamment celles des romans récents de Michel Tremblay, Marie Laberge et Marie-Claire Blais, des premiers romans de Fanny Britt, Tristan Malavoy et Laurence Olivier, et s'intéresse au récit troublant de Juliana Léveillé-Trudel, Nirlit, ainsi qu'au premier livre superbe d'Antoine Dumas, Au monde. Inventaire. Les essais de Martin Gibert, Voir son steak comme un animal mort, ainsi que celui d'Yvon Rivard, Exercices d'amitié, sont aussi analyés dans ce numéro.

  • Panoramas et analyses fouillées, voix émergentes et écrivains confirmés, (re) découvertes et textes de création, la revue Nuit blanche présente dans son numéro printanier le premier dossier de la série « Vie littéraire et imaginaire... » qui explorera chaque fois une région différente sous la loupe de sa littérature. Pour cette première, c'est du Saguenay-Lac-Saint-Jean qu'il est question et de ses territoires forestiers, maritimes ou urbains que les auteurs s'approprient et dont ils forgent l'imaginaire. Retrouvez aussi dans ce numéro Le Lactume de Réjean Ducharme, le regard tantôt caustique, tantôt amusé du poète Paul Bossé sur la société acadienne, Les pieds dans la mousse de caribou, la tête dans le cosmos de Jean-Yves Soucy : ouvrage en forme de bilan publié en février dernier à titre posthume et l'oeuvre de David Treuer, le « conteur ojibwé ».

  • La distance habitée

    Pare Francois

    • Éditions david
    • 3 Juillet 2020

    Les collectivités marginalisées ressentent avec une acuité particulière le besoin de négocier les conditions de la mémoire culturelle dont elles sont porteuses et qu'elles donnent à entendre dans leurs discours. Dans ces cas-là, l'identité n'est plus stable, mais elle se déplace, migre vers d'autres codes. Ici, on parlera le corse, le galicien, le français ou le navajo ; là, on choisira de fusionner avec la culture dominante et l'exonomie sera de règle : on parlera le français, l'espagnol, l'anglais. Dans les sociétés minorisées, l'identité collective est liée à cette écologie de l'alternance et à ces rythmes particuliers de la présence et de l'absence. Est-ce une perte ? Oui, sans aucun doute. Une perte de la permanence surtout, une impression de disjonction. Mais cette perte ne doit pas occulter pour nous la merveilleuse complexité des stratégies d'ouverture et des accommodements qui caractérisent les marges fugaces de notre monde.

  • Diasporiques

    Pare Francois

    • Éditions david
    • 2 Octobre 2013

    Au Québec, en France, dans la Caraïbe, en Afrique, les fictions de la diaspora veillent sur l'absence, en évoquant ce qui n'est plus là, ce qui se construit en lieu et place de cette disparition. L'écrivain charrie la mémoire de tous les départs et se penche sur cette vive séparation au coeur du sujet contemporain. Aujourd'hui, l'énigme du déracinement impose ses fictions. Quels sont ces univers en déplacement, ces algorithmes de l'absence dont l'intelligibilité nous échappe encore ? Communautés de l'écart et de l'implantation, les diasporas imposent à la littérature des formes inédites qu'il nous revient de théoriser.

    Ce volume comporte des études réalisées par :
    Adina Balint-Babos, Université de Winnipeg / Justin Bisanswa, Université Laval / Charles Bonn, Université de Lyon 2 / Ileana Daniela Chirila, Duke University / Geneviève Chovrelat-Péchoux, Université de Franche-Comté / Jeanette den Toonder, Rijksuniversiteit Groningen / Gilles Dupuis, Université de Montréal / Léontine Gueyes, Université de Cocody-Abidjan / Nadra Hebouche, Franklin & Marshall College / Mariana Ionescu, Huron University College / Marie-Christine Lambert-Perreault, Université du Québec à Montréal / Renée Larrier, Rutgers, The State University of New Jersey / Claver Kahiudi Mabana, University of the West Indies, Cave Hill / Carmen Mata Barreiro, Universidad autónoma de Madrid / Johanne Melançon, Université Laurentienne / Robert Alvin Miller, University of British Columbia / Jean Morency, Université de Moncton / Gloria Onyeoziri, University of British Columbia / Pascal Riendeau, University of Toronto / Emmanuelle Tremblay, Université de Moncton / Alisha Valani, University of Toronto

empty