Frederic Saenen

  • Quand vous entrerez dans ces pages, suivez cette voix d'outre-lexique, localisez la langue, attrapez-là et serrez ; vous pourrez alors commencer à tirer, en douceur mais sans faiblir : le chant montera forcément.
    Il faut lire Saenen comme il s'écrit, avec vigueur et joie, d'un bloc, dans l'urgence de la pesanteur. D'un seul tenant. Attention ! Chute de volcans.

  • L'Inconvénient consacre le dossier thématique de son numéro d'automne à l'autodérision. « Celui qui pratique l'autodérision consent à ce que les autres rient de lui ; en revanche, l'autodérision le laisse maître du jeu, puisque c'est lui-même qui décide de quoi l'on rit. Tandis que les autres rient, c'est lui qui parle. Faire rire les autres sera-t-il une façon de les faire taire ? » (extrait de l'éditorial) Lisez Gilles Archambault sur les ruses de l'autodérision, Laurence Côté-Fournier sur la question de l'authenticité, Robert Aird sur l'autodérision à la québécoise, Frédéric Saenen sur la belge et David Homel sur l'identité. Ce numéro comprend aussi la deuxième partie de Jazz et Java copains de Stanley Péan, un essai comparatif sur le rapport à la vérité dans les séries Feabag et Chernobyl, un portrait de l'artiste multidisciplinaire Isabelle Guimond et une fiction sur l'endettement d'Antonin Mireault-Plante, entre autres.

empty