Gérald Hess

  • La nature peut-elle devenir à proprement parler objet de considéra­tion morale ? Depuis son émergence comme discipline académique dans les années 1970, l'éthique environnementale a fait de cette question un thème de recherches et de discussions passionnées. Les réponses qu'elle y apporte sont nombreuses et divergent les unes des autres. Avec la crise écologique apparue dans la seconde moitié du XXe siècle, des voix se sont élevées contre le développement économique et technoscientifique du monde occidental qui a fait de la nature une pure ressource au service des besoins et désirs humains. Aujourd'hui, ce sont les conditions de vie même sur la planète qui sont menacées.
    Le présent ouvrage se propose de faire le point et présente une cartographie des différentes positions morales élaborées au long de ces décennies. Dans un contexte où les fondements de notre rapport à la nature doivent être interrogés, il examine cette « nouvelle éthique » qu'est l'éthique de la nature.

  • L'éthique des vertus met l'accent sur les représentations et les affects qui poussent les personnes à agir, au lieu de se focaliser sur les normes et de se borner à énoncer des interdictions et des obligations. Elle aide ainsi à combler l'écart entre la théorie et la pratique qui est particulièrement dramatique à un moment où les individus comme les États reconnaissent la réalité du changement climatique mais ne parviennent pas à réorienter les modes de production ni à reconvertir l'économie. Quel processus de transformation de soi permet d'avoir du plaisir à consommer autrement et d'acquérir les traits moraux indispensables à la transition écologique ? Celle-ci reposant autant sur le volontarisme politique que sur la capacité des citoyens à modifier leurs styles de vie, il importe aussi de se demander comment articuler le plan individuel et le plan collectif. Enfin, faut-il penser que l'éthique a une dimension universaliste ou souscrire à une approche plus particulariste et contextualisée de la morale ? Telles sont les questions qui réunissent dans ce volume des chercheurs issus de disciplines différentes.
    Gérald Hess est philosophe et juriste, maître d'enseignement et de recherche en éthique et philosophie de l'environnement à l'université de Lausanne.
    Corine Pelluchon est philosophe et professeure à l'université Gustave-Eiffel.
    Jean-Philippe Pierron est philosophe et professeur à l'université de Bourgogne.

empty