Gaspard-Hubert Lonsi Koko

  • Dans cet ouvrage, il est question de la feuille de route pour une République Démocratique du Congo du troisième millénaire. L'auteur trace avec conviction les sillons d'une politique audacieuse dont la finalité est la paix, la croissance économique et l'évolution sociale. Toutes les propositions de l'auteur s'articulent autour de quatre principes fondamentaux : la Liberté, l'Egalité, la Sécurité et la Prospérité. Il propose à ses concitoyens un projet de société d'avant-garde fort, humaniste et fraternel.

  • L'auteur décortique le chaotique processus électoral qui s'est déroulé le 28 novembre 2011 au Congo-Kinshasa. Ainsi met-il en évidence le combat dans un pays où il faut absolument imaginer d'autres voies : un pays qui a urgemment besoin "d'inventeurs d'avenir", d'hommes et de femmes capables de tracer des sillons qui serviront de canevas aux générations à venir.

  • La complexité des relations franco-africaines ne cesse de donner le tournis à bon nombre d'observateurs. S'intéressant au sinueux parcours africain de l'ancien président de la République française, en l'occurrence François Mitterrand, Gaspard-Hubert Lonsi Koko, à travers la vie politique de l'illustre personnage, décortique avec minutie les réseaux mis en place par Jacques Foccart et entretenus par quelques africanistes de gauche ; il nage dans les eaux troubles de la "Françafrique" pour mieux expliquer la puissance des lobbies qui imposent la continuité dans les rapports entre la France et l'Afrique. Cet ouvrage donne quelques pistes très utiles à la compréhension des futures relations franco-africaines. on y évoque également un lien de près de quarante-cinq ans entre un homme - que d'aucuns qualifient de "mythe errant" - et tout un continent, des méandres et des écueils qui ont enseveli des tas de secrets dans des marigots africains...

  • Que représente stratégiquement et économiquement la Républi­que Démocratique du Congo à l'échelle à la fois locale, régionale, continentale et mondiale ? Pourquoi, depuis le 30 juin 1960, date de son accession à la souveraineté internationale, ce pays est toujours déstabilisé ? Pourquoi les étrangers, qu'ils soient Africains ou non, s'arrangent-ils sans cesse pour que cet État ne soit pas du tout dirigé par des Congolais d'origine ?
    Militant contre des forces à la fois centripètes et centrifuges, quelques Congolais essaient d'impulser un nouvel élan en vue d'une République Démocratique du Congo politiquement éclairée et économiquement viable. L'auteur de cet ouvrage est sans conteste l'un d'eux.Que pense-t-il, s'agissant surtout de l'avenir des populations congolaises et du devenir de son pays ? Quelle vérité recèlent les mots qu'il égrène patriotiquement ? Cherche-t-il à tracer des sillons que suivront les Congo­lais éveillés et les forces vives de ce géant assailli, presque agressé, de toutes parts ? Veut-il façonner un moule dans lequel coulera en toute conscience le Congolais de demain ? A-t-on affaire à un acteur politique habile et avisé, condottiere pétri d'ambition constructive ? Forban de la politique ou fin stratège ? Quel rôle jouera-t-il dans la IVe République, qui plus est en gestation, d'un pays qui a forcément besoin d'un véritable homme, ou femme, d'État en vue de l'ancrage de manière positive dans le troisième millénaire ?

  • À la fin des années 1980, en pleine affaire Kopp et dans le contexte d'un probable trafic d'or entre la Turquie et la Suisse, le détective natif de Kinshasa débarqua dans la capitale du canton de Zurich. Ainsi devait-il assurer l'intérim de la direction de l'entreprise familiale AD Finanzen und Treuhänd à la suite de l'hospitalisation de son frère qui, après avoir été empoisonné, luttait entre la vie et la mort dans l'un des services du Kantonsspital à Winterthur.
    Mais le ressortissant zaïrois se rendrait compte, très vite, que les montagnes suisses cachaient des bunkers bourrés d'armes de guerre. Des voyous en costard et cravate, ainsi que des hommes d'affaires en col blanc mais mafieux, agissaient en toute impunité. Les banques helvétiques n'étaient pas aussi respectueuses de la législation internationale que dans certains pays en voie d'industrialisation. Dans ce pays d'Europe centrale, le chocolat ne contiendrait pas que du lait. Quant aux lacs, ils seraient pleins de cadavres humains. Pis encore, ils serviraient de bases, d'immersion et d'émersion, pour des créatures venues d'autres univers. Vortex vers des mondes parallèles ?
    La neutralité de la Confédération helvétique arrangerait-elle quelques puissances, aussi bien terrestres qu'extra­terrestres ? Mystère absolu !

  • Aujourd'hui, l'Europe et l'Afrique peuvent-elles envisager une nouvelle relation sur des bases saines ? Peut-on changer leur rapport, en ayant à l'esprit l'immigration et le co-développement ? S'agissant de la France, oserait-on encourager la suppression de la cellule africaine de l'Élysée au profit de l'intervention parlementaire en amont dans certaines missions, notamment les actions militaires dans les pays du « pré carré » ? S'agissant de l'Union européenne, doit-elle systématiquement financer l'Union africaine dans le but de maintenir ses États membres dans la dépendance ? Multilatéralisme ou bilatéralisme dans les relations entre les pays africains et ceux d'Europe ? Aurait-on enfin l'intelligence, compte tenu du poids colonial, de dépasser le paternalisme et le bilatéralisme pour mettre l'être humain au coeur de la politique africaine de l'Europe ? Que faire pour que le destin commun profite réellement aux peuples ? Comment les jeunes Africains perçoivent-ils l'avenir de leur continent ? Le panafricanisme, est-ce une voie à développer à tout prix ? Transfert de techniques et de technologie, en échange des matières premières et d'autres marchés ? Assistance matérielle ou aide financière ? Exigence de la protection du bassin du Congo, en contrepartie d'une contribution à l'éducation et à la santé ? Alignement des monnaies africaines, pourquoi pas de la monnaie unique africaine, sur la valeur des ressources naturelles, et non sur le dollar américain, ni sur l'euro ? Indexation automatique du franc CFA sur les critères de la Banque de France, ou alors dépendance ou non à la Banque centrale européenne ? Retrait des troupes militaires étrangères du territoire africain ?
    Voilà les questions dont les réponses permettront de sortir, en principe, des rapports dominants-dominés, d'envisager des relations responsables, respectueuses, justes, pérennes et davantage constructives entre les deux continents.

  • Pourquoi cherchait-il à rendre justice lui-même ? Cette triste affaire ne concernait que le département des affaires criminelles de la police congolaise. Pourquoi un Zaïrois devait-il s'occuper de l'investigation relative au meurtre d'un ministre d'un pays qui n'était même pas le sien ? La famille de la victime n'avait-elle pas confiance aux autorités policières nationales ? La justice congolaise était-elle partiale, donc partisane ? Pourquoi Roger Dercky devait-il entreprendre une opération périlleuse, au risque de braver quelques intouchables du régime local ? Agirait-il avec une intrépidité ingénieuse pour ranimer la rage de vaincre qui l'habitait ? Avait-il besoin de l'exaltation que le jeu procurait passionnément en lui : à savoir le divertissement ? Dans la vie quotidienne, ce détective privé ne s'amusait pas pour le bonheur de l'ennemi ou de l'adversaire.
    L'enveloppe vide, que la réceptionniste du luxueux hôtel situé à la corniche de Bacongo venait de remettre au détective privé, le conforta dans sa vision. Par conséquent, le Zaïrois sortit le revolver dissimulé sous sa veste : un Colt Detective Special. Il ouvrit donc la porte, se pointa tout de suite dans la première pièce et vit un individu emmitouflé dans un trench-coat. L'investigateur pointa l'arme à feu en direction du visiteur inattendu.
    - Vous avez des manières inhabituelles de rentrer chez vous...
    - Qui êtes-vous ? questionna derechef le citoyen zaïrois.
    - Je suis Moukila André, inspecteur de la police nationale congolaise.

  • Après qu'il eut commis ces deux forfaits, l'inconnu aux cheveux blonds se mit à fouiller de fond en comble l'appartement dans lequel venait de se dérouler la double scène macabre. N'ayant pas découvert ce qu'il cherchait désespérément, il déserta à regret les lieux, prenant néanmoins le soin de tirer la porte derrière lui. Pourquoi ces deux meurtres sous le toit de Roger Dercky ? Pourquoi cette tuerie, dans son appartement, en son absence ? Était-ce une façon délibérée de lui créer des ennuis ? S'était-il agi d'un acte prémédité ? Voulait-on mettre ces deux crimes sur son dos ? Qui était le meurtrier ? Le ressortissant zaïrois se mit de nouveau à la recherche d'éventuels indices. À quoi diantre serviraient-ils, si leur absence renforçait l'esprit de sa conviction initiale ? La seule manière pour Roger Dercky de mettre vraiment à l'épreuve son mental fut de mesurer sa capacité à supporter l'accumulation des questions sans l'ombre d'une réponse. Dans cet ouvrage, en plus d'une époustouflante enquête policière, l'auteur ouvre une perspective à travers laquelle le lecteur pourra voir les âmes parcourir l'au-delà dans l'optique de baguenauder avec les entités célestes et les esprits de l'Enfer...

  • Certes, le renard est un animal très rusé. Pour mener à bien l'expédition que le Quai d'Orsay envisageait sur le sol zaïrois, il fallait un chasseur expérimenté. De plus, il n'était nullement question de s'introduire dans un poulailler, mais d'opérer dans la jungle africaine. Il s'agissait plutôt de la chasse au léopard. Ainsi fallait-il recourir aux services d'un spécialiste de l'enlèvement dans le but de capturer le maréchal Mobutu vivant et de l'exfiltrer vers la France. Il devait neutraliser le léopard dès la première tentative, au risque de s'exposer aux pires représailles de la part de ses zélateurs. L'opération que s'apprêtait à mettre en place la France comportait, à n'en pas douter, beaucoup de risques.

  • Il est des écrivains qui, avec beaucoup d'habileté, recourent parfois à la fiction pour raconter des histoires réelles. Gaspard-Hubert Lonsi Koko est de ceux-là. En effet, l'auteur s'intéresse, à travers cet ouvrage, à la problématique de l'immigration. Ainsi ose-t-il développer, sans aucun détour, des thèmes capitaux qui ressurgissent toujours à l'approche de chaque enjeu électoral dans les sociétés occidentales. "La vie est comme un jeu d'échecs : nous esquissons un plan, mais celui-ci est tributaire de ce que daigne faire l'adversaire." Cette pensée du philosophe allemand Schopenhauer, ce champion de l'art d'avoir toujours raison, résume à merveille la Vie parisienne d'un Négropolitain.

  • Les séides du maréchal Mobutu Sese Seko placèrent la chambre occupée par maître Patrick de Lavigerie, l'avocat porté disparu que le détective devait retrouver, sous très haute surveillance. Les instructions furent données au directeur de l'hôtel Intercontinental de signaler la présence de tout ressortissant français qui y descendrait à l'avenir. Le responsable du complexe hôtelier perdrait son emploi, voire sa vie, au cas où il ne se conformerait pas aux directives et aux exigences d'agents des services de renseignements. Le détective était, dorénavant, dans l'oeil du léopard. Au Zaïre du maréchal Mobutu Sese Seko Kuku Ngbendu Waza Banga, surnommé le grand léopard, on ne badinait pas du tout avec ce qui touchait à la présidence de la République. Tout le monde, y compris les politiciens, était sous la botte de la Division spéciale présidentielle, de l'Agence nationale de documentation et du Centre national de recherches et d'investigations.

  • La charmante Malienne vida d'une traite, la tristesse dans l'âme, le verre de whisky que l'on venait de lui tendre. Elle remercia ensuite l'employé de l'Évasion, l'un des dancings mythiques de la capitale malienne, et sortit après avoir posé le contenant sur le comptoir. Une fois dehors, l'air chaud fouetta brutalement le visage de la Bamakoise qui eut l'im­pression d'avoir la tête lourde. Le malaise s'accentuait au fur et à mesure qu'elle marchait. À un moment donné, elle fut en proie au vertige. La nausée l'indisposa. Le whisky était-il empoisonné ? Tout à coup, le vide s'installa dans son esprit et ses jambes la lâchèrent. Elle s'écroula. Non loin de là, les derniers fêtards eurent l'impression qu'une très forte lumière s'extirpa de la masse corporelle qui était allongée à même le sol et se dirigea, en tourbillonnant, vers le haut pour dispa­raître dans le ciel noir et très étoilé. Ainsi Aïssata Camara rendit-elle l'âme. Elle ne danserait plus jamais au Calao, au Mandingo ou au Yanga. Adieu l'artiste !
    Pendant ce temps, dans la villa du quartier huppé de l'Hippodrome, François Piantoni et Aminata Dembélé furent très surpris de revoir l'Homme Noir, en pleine forme, et l'un de ses acolytes que l'on avait pourtant enfermés, bien ligotés, dans la cave. La Malienne et le Corse tentèrent de s'enfuir, mais ils n'eurent pas le temps d'ouvrir la porte...
    Quelque chose lui avait échappé, se dit Roger Dercky. La dan­seuse de Bamako était-elle l'un des maillons de cette chaîne infer­nale ? Était-il manipulé, depuis le début ? Dans l'affirma­tive, pour quelle finalité ? Mamadou Diawoura était-il réellement kidnappé ?

  • Conseil d'insécurité pour les faibles, ou syndicat des nations les plus puissantes ? En tout cas, beaucoup de rapports de l'Organisation des Nations Unies sont catégoriques. Les crimes commis dans la région du Kivu, en présence des mili­taires de la Monusco, pourraient officiellement constituer une assise solide en vue des poursuites devant la Cour pénale internationale (CPI). La déstabilisation de la partie orientale de la République Démocratique du Congo relèverait-elle d'une guerre économique, que l'on ne souhaiterait surtout pas assumer publique­ment ? S'agirait-il d'une sorte de recolonisation que l'on n'oserait pas reconnaître comme telle ? Le colonialisme serait-il de retour, sous d'autres aspects et dans des habits tout neufs ? Serait-il tout simplement question d'occupation ?
    Est-on en train d'assister, s'agissant de l'exploitation des enfants dans les mines du Kivu et des violences sexuelles, à une nouvelle forme d'esclavage ? Dans l'affirmative, pourrait-on évoquer l'irresponsabilité des Congolais, en particulier, et la complicité des Africains, en général, au même titre que celles de quelques-uns de leurs aînés durant la traite négrière ?
    La tentative de balkanisation de la République Démocratique du Congo ne pour­rait qu'inciter plus d'un observateur à s'interroger sérieusement sur le véritable rôle, voire l'efficacité, des troupes onusiennes dans la région des Grands Lacs africains. Pour éviter la transformation du Kivu et de l'Ituri en une zone de non-droit, où tout le monde pourrait se procurer les minerais de sang à moindres frais, l'autorité de l'État congolais devrait être rétablie dans le plus court délai sur l'ensemble du territoire national.

  • Dans cet ouvrage, le passé éclaire le présent dans l'optique de dessiner les lignes du futur. De plus, la compréhension de l'Histoire est un facteur déter­minant en vue de la construction en toute connaissance de cause. S'appuyant à juste titre sur le symbolique miroir indispensable à l'introspection, l'auteur déterre avec parcimonie une immense richesse. Ce patrimoine culturel et historique est composé d'une grande diversité de héros, de guerriers, de résis­tants, d'artistes, d'auteurs, de sportifs ayant marqué l'Afrique par leur courage, leur plume, leur action politique, leur prouesse musicale, leur engagement sociétal, leur capacité intellectuelle, leur apport culturel, leur exploit sportif... Des hommes vaillants et des femmes ingénieuses qui, à n'en pas douter, serviront des modèles en vue d'une extrospection sur la base d'une vision non pessimiste.
    De Soundiata Keïta à Nelson Mandela sans oublier Chaka Zulu, de Seydou Badian à Cheikh Anta Diop, d'Eusebio à Pierre Ndaye Mutumbula Mulamba en passant par Robert Mensah, du Grand Maître Franco Luambo Makiadi à Anikulapo Fela Kuti, de Kimpa Vita à la reine Pokou, de Miriam Makeba à Abeti Masikini en s'attardant sur Bella Bellow et Cesária Évora, de la reine Ranavalona Ière à Wangari Maathai, de Nzinga Mbandi à Manthatisi via Nte­bogang Ratshosa et Labotsibeni Gwamile Mdluli, ainsi que Mbuya Nehanda, de Jomo Kenyatta à Samora Machel, en s'attardant sur Patrice Lumumba..., cet ouvrage est une invitation à la vraie découverte d'un continent aux immenses potentialités, ainsi qu'à l'avenir vivable et viable.

  • La trilogie des Grands Lacs est un ensemble de trois ouvrages relatifs aux investigations du détective privé Cicéron Boku Ngoi dans deux pays d'Afrique, plus précisément la République du Zaïre, de nos jours la République Démocratique du Congo, ainsi que le Rwanda. Ces enquêtes - à savoir Dans l'oeil du léopard, La chasse au léopard et Au pays des mille collines - sont donc connectées et peuvent être considérées comme une oeuvre unique ou bien comme trois oeuvres distinctes. Sans conteste, au-delà de l'aspect imaginaire soutenant la trame de différentes investigations de Cicéron Boku Ngoi dans ces deux pays, le lecteur éveillé peut aisément percevoir la géopolitique en cours en Afrique centrale et dans la région des Grands Lacs africains. Ainsi la stratégie interplanétaire se développe-t-elle en Afrique, au détriment des autochtones, dans l'optique - surtout pour les Occidentaux, la Russie et la Chine - de s'imposer comme la puissance militaire et économique du vingt-et-unième siècle.

  • Les enjeux fonciers et miniers sont considérables, surtout dans la région des Grands Lacs. Au moment où des forces négatives, vraisemblablement continentales mais bénéficiant du soutien invisible des puissances extracontinentales, excellent en Afrique subsaharienne en vue de la balkanisation d'un bon nombre d'États bantouphones, les réactions patriotiques s'avèrent plus que jamais appropriées. En effet, la gravité de la situation nécessite une prise de conscience commune et une coalition interétatique. Celles-ci ne pourraient qu'être salutaires.
    La conscience étant la perception chez l'homme de sa propre existence et du monde qui l'entoure, un peuple qui ignore d'où il vient ne saura jamais où il va. Un peuple qui fait fi de son passé aura beaucoup de mal à maîtriser son présent. Un peuple qui méprise son Histoire sera incapable d'orienter son avenir sur des bases objectives et solides. Un peuple amnésique restera toujours crédule. Ayant été commercialisées, exportées comme des marchandises, réduites en esclavage, colonisées, les populations bantoues en Afrique et à travers le monde doivent enfin prendre conscience que la malédiction de Canaan, ce fils de Cham, n'est qu'une pure invention pour justifier à dessein leur infériorité intellectuelle et leur dépendance vis-à-vis d'une quelconque civilisation naturellement prédatrice.
    C'est en montant sur les épaules de Soundiata Keïta et de Chaka Zulu que les Bantous et leurs descendants resteraient à jamais libres. C'est en s'inspirant de Kimpa Vita et de mbuya Nehanda Charwe Nyakasikana, ainsi que de Manthatisi, qu'ils se feront respecter. C'est en ayant comme modèles les prophètes Simon Kimbangu, André Matsoua et William Wade Harris qu'ils deviendront spirituellement affranchis. C'est en prenant exemple sur Patrice Lumumba et Nelson Mandela, animés d'une vision tout à fait panafricaniste, qu'ils resteront enfin libres et réellement indépendants.

  • Les « Noirs lumineux » ? Vaste sujet ! Controverse et mauvaise foi, inévitables. Prise et éveil de conscience, à n'en pas douter, pour les Noirs et les populations à l'ascendance ébène. Alors, le sujet mérite d'être débattu jusqu'au paroxysme. Enfin, que les uns et les autres puissent avoir l'audace de s'appuyer sur les obstacles, ainsi que les préju­gés, et non, comme à l'accoutumée, d'essayer stratégiquement, ou par hypocrisie, de les contourner.
    L'héritage étant la somme de l'actif et du passif, ces deux éléments restent à jamais indissociables au moment de la transmission. Restituer l'Histoire en occultant les zones d'ombre au profit des seuls événe­ments glorieux équivaut, ni plus ni moins, à de la falsification. L'héri­tage, c'est tout ou rien. S'agissant de la traite négrière, le crime contre l'Humanité fait tout à fait corps avec l'enrichissement économique des puissances esclavagistes.
    La dignité humaine ne s'obtient que par la souveraineté nationale, ou continentale. La quête du bonheur ne doit pas forcément conduire vers un ailleurs aux multiples facettes. Ce qui a manqué au héros du Danois Henrik Ibsen, en l'occurrence Peer Gynt, c'était d'avoir une profession et de l'aimer, quelle qu'elle fût... De Plus, on ne pourrait que difficilement mieux entreprendre ailleurs ce que l'on n'a pas su réaliser chez soi.
    Puisse l'exemple de ces Noirs lumineux revaloriser l'image de leurs semblables. Puissent leur lucidité et leur bravoure éveiller à jamais l'esprit d'émulation auprès de celles et ceux qui, à travers la diaspora africaine et en Afrique intra-muros, ont désormais la charge de poursuivre le combat pour la dignité humaine. Puisse, enfin, leurs salutaires actions éveiller la conscience noire : de l'intérieur comme de l'extérieur du continent.

  • Dans toutes les officines occidentales, le général Paul Kagamé, cet ex-chef des services secrets ougandais et proche conseiller du très cynique président ougandais Yoweri Kaguta Museveni, était considéré comme le vainqueur et le probable futur homme fort du Rwanda. Pourtant, il avait gardé un mauvais souvenir à cause de la spectaculaire débandade, en 1990, des rebelles rwandais basés en Ouganda face aux éléments des Forces armées zaïroises conduits par le général Mahele Lieko Bokungu. Ce dernier, en l'occurrence Donatien, était un ancien gamin de la zone de Ngiri-Ngiri que les Zaïrois avaient affectueusement surnommé « le tigre ». En tout cas, après l'attentat en avril 1994 contre l'avion du général Juvénal Habyarimana, la responsabilité de l'acte ayant provoqué les massacres de plusieurs centaines de milliers de Rwandais demeurait inconnue. Aucune investigation n'avait été sérieusement menée sur le terrain.

  • Léopold Mwana Malamu est membre, dans son pays d'origine situé au coeur de l'Afrique centrale, d'un mouvement clandestin qui s'oppose à la dictature du régime en place. Il est arrêté, puis torturé. Il finit par gagner l'Europe : l'Italie d'abord, ensuite la Suisse puis la France. Reste pour lui à obtenir le statut de réfugié politique. Cet ouvrage met en évidence la flagrante contradiction entre l'image de marque de la France et le labyrinthe dans lequel s'engage le candidat au statut d'asile politique après s'être enfui de la dictature corrompue que soutiennent avec immoralité certains pays occidentaux.

  • Sous le choc d'une déception amoureuse, le narrateur se remémore la tragédie qui a frappé l'un de ses amis victime d'une femme mystérieuse que d'aucuns ont surnommé "drosera capensis". Combien de proies humaines, évoluant dans son environnement immédiat, cette belle plante carnivore capturera et digérera-t-elle ? Prudence, certaines étoiles s'éteignent brusquement pour que leur lumière ne pâlît jamais... Cet ouvrage dresse un tableau dans lequel les folles amours conduisent peu à peu les différents protagonistes vers un dénouement fatal. Le pays périgourdin sert de toile de fond à l'idylle d'une femme pour un jeune homme amoureux d'un copain d'enfance qui est, lui-même, sur le point de se marier avec une jeune bourgeoise.


  • L'élimination de Jean-Luc Mélenchon et de Benoît Hamon, dès le premier tour de l'élection présidentielle de 2017, et la cuisante défaite de la gauche aux législatives prouvent plus que jamais la nécessité de l'union des forces progressistes et d'un éventuel Bad-Godesberg pour les socialistes. On peut espérer que les socialistes réformistes et les sociaux-démocrates sauront tirer les leçons de l'Histoire face à un capitalisme sournois et capable d'adaptation, sous la forme du libéralisme moderne et de la mondialisation tout en restant cependant victime d'une maladie chronique : la crise. Si l'on se penche sérieusement sur l'élimination du Parti Socialiste et de la France insoumise à l'élection présidentielle, on constatera néanmoins que la gauche s'est globalement bien défendue. L'union aurait permis de franchir au moins le cap du premier tour. Elle aurait dû éviter l'éparpil­lement de voix en se rassemblant davantage. Cela laisse supposer que les dernières défaites de la gauche sont surtout le fruit amer de l'inconscience et du manque de solidarité, voire de pragmatisme. « Il faut aller à l'idéal et comprendre le réel », disait Jean Jaurès. Après avoir confronté les idées à la pratique du pouvoir, après s'être contredit et avoir été incapable de faire la révolution, à l'exception de quelque réforme, le Parti Socialiste saurait-il révolutionner le XXIe siècle ? Deuxième édition, revue et augmentée.

empty