Georges Corm

  • Le message de cet ouvrage est clair: la pratique des grandes puissances en Méditerranée a contribué à dévaloriser et à décrédibiliser les valeurs démocratiques. Les solutions préconisées ou mises en oeuvre par la communauté internationale dans les conflits ont exaspéré les opinions publiques. Pour apaiser les conflits, il faut oeuvrer avec urgence pour y rétablir la crédibilité des valeurs démocratiques qui seules peuvent assurer la paix et la prospérité. Sur le plan économique, il faut dépasser le cadre des ajustements structurels et des recettes du libre-échange, en tenant compte de la spécificité des économies méditerranéennes.

  • Voitures piégées, enlèvements, tortures et disparitions, bombardements aveugles de quartiers civils, déplacements forcés de population : la guerre qui a frappé le Liban depuis 1975 semble nous avoir habitués aux massacres et lassé nos bonnes volontés au point qu'on juge comme un moindre mal l'occupation du pays par la Syrie. Comme si la violence libanaise était le produit mystérieux d'une barbarie dont nul n'est responsable, ni les grandes puissances, ni Israël et les pays arabes, ni les chefs de guerre libanais ; à moins qu'on ne l'explique par la dichotomie simpliste qui opposerait « chrétiens » et « musulmans ». Prenant clairement le contre-pied de ces approches unilatérales et partisanes, cet ouvrage est le premier qui offre une information complète sur les données historiques et sociologiques de la question libanaise, dans leurs aspects locaux, régionaux et internationaux sur plus d'un siècle. L'auteur brosse ainsi le tableau des problèmes complexes posés par la fin de l'Empire ottoman et la lutte qui s'ensuivit pour le contrôle de cette région stratégique. Il met à jour les ressorts du jeu subtil mené aujourd'hui par les grandes puissances et les différentes forces régionales, en particulier celles de l'exclusivisme et du fondamentalisme religieux, d'Israël à la monarchie saoudienne et à la révolution iranienne. Georges Corm se livre également à une analyse très fine du comportement des communautés, des conflits qui les traversent et les opposent, dans ce qu'il appelle la « culture de la discorde ». Il permet enfin de comprendre pourquoi le Liban est toujours d'actualité.

empty