Giusy Pisano

  • Des ciné-goûters aux séances pour les cinéphiles Nouv.

    Si les textes sur la diplomatie culturelle sont assez conséquents, très peu concernent la production et la diffusion des films. Les activités sur la promotion et diffusion du cinéma par les établissements culturels français sont également quasiment absentes de nombreuses études consacrées à l'histoire du cinéma. Cet ouvrage comble cette lacune grâce au projet de recherche qui en est à l'origine : Exporter et soutenir le cinéma dans le contexte des Instituts français et des Alliances françaises. En analysant les dispositifs de diffusion et promotion, la programmation et les publics sollicités, l'ensemble des contributions permet d'établir un premier bilan sur la vie des salles de cinéma des Instituts français et des Alliances françaises ainsi que sur leurs activités hors les murs. D'abord indice du rayonnement unilatéral de la culture française, ensuite vitrine de la « diversité culturelle », l'histoire des activités des IF et AF en matière de cinéma est certainement complexe. Nous avons préféré la restituer avec toutes ses contradictions et fait le choix d'exposer la variété des discours à travers les documents émanant des institutions, les récits à la première personne de leurs représentants, les études de chercheurs affirmés ainsi que les textes de jeunes doctorants.

  • Voici analysés les usages et le statut de l'archive sous les angles esthétique, historique et sociologique. Comment expliquer ce rapprochement entre ces démarches? D'une part, le réemploi des archives est l'une des esthétiques parmi les plus actuelles. D'autre part, la nécessité de renouveler les théories au tournant du XXe siècle n'est sans doute pas étrangère à ce retour massif aux archives.

  • À travers l'analyse des premières photographies stéréoscopiques du xixe siècle, des films en 3Ds en passant par les applications en réalité virtuelle, cet ouvrage réunit les contributions d'artistes, de stéréographes, de cinéastes et de chercheurs qui dressent un état des lieux sur les connaissances scientifiques et les expérimentations artistiques depuis le xxe siècle ainsi que leurs applications dans les pratiques contemporaines. Les concepts d'illusion partielle, d'auto-illusion, d'indiscernabilité entre impression de réalité et de spectralité sont mis en relation avec l'esthétique stéréoscopique de films en 3Ds ou d'installations de Réalité Virtuelle. Cette réflexion collective constitue l'une des étapes du programme de recherche « Les Arts trompeurs. Machines. Magie. Médias. ».

empty