Hanieh Ziaei

  • En couverture du numéro d'avril-mai de Séquences, le premier « essai-cinéma de long métrage » Jusqu'à la garde du cinéaste français Xavier Legrand. Lisez l'entretien qu'a mené Élie Castiel avec le réalisateur de ce film qu'il qualifie « d'essentiel et percutant. ». En éditorial, le rédacteur en chef souligne l'importance du métier de critique et le besoin essentiel de sortir des bancs de l'université et de ramener dans l'espace public une critique exigeante et rigoureuse, éloignée de la simple opinion et de la culture de masse. En ce sens, ce numéro propose des lectures de L'insulte de Ziad Doueri, La villa de Robert Guédiguian, Les scènes fortuites de Guillaume Lambert, Phantom Thread de Paul Thomas Anderson, La promesse de l'aube d'Éric Barbier, La Bolduc de François Bouvier et La part du diable de Luc Bourdon, entre autres. Lisez-y aussi la quatrième partie de l'étude « Regards autochtones ».

  • Le numéro novembre-décembre de la revue Séquences clôt l'an 2018 par un clin d'oeil aux commémorations du cinquantenaire de Mai 68, qu'elle choisit de souligner en mettant de l'avant l'un des films les plus décisifs de ce mois turbulent : 2001 : A Space Odyssey de Stanley Kubrick. Retour sur la genèse de ce chef-d'oeuvre de science-fiction retour également sur 50 ans d'hypothèses, de questionnements et d'analyses de cet opus, celui qui aura sans doute fait couler le plus d'encre dans l'histoire du cinéma. Ce numéro propose aussi la troisième partie de l'étude du cinéma de Xavier Dolan avec comme cas de figure Laurence anyways, la seconde partie de l'étude sur Section spéciale de Costa-Gavras, une entrevue avec le cinéaste Robin Aubert et plusieurs critiques de films récemment sortis dont Sashinka, Mandy, Maria by Callas et 3 visages. Élie Castiel (rédacteur en chef) salue également, dans son éditorial, l'ouverture de deux nouvelles salles, le Cinéma Moderne et le Cinéma du Musée.

  • En couverture du numéro juin-juillet-août de la revue Séquences, Mektoub My Love : Canto Uno du réalisateur français Abdellatif Kechiche, un film sur la jeunesse, le désir et le destin porteur d'une démarche esthétique forte, mais dans un angle plus léger et solaire que le film précédent (La vie d'Adèle, 2012). Sami Gnaba s'est entretenu avec les deux acteurs principaux, Hafsia Herzi et Shaïn Boumedine. Également à lire dans cette édition, un article sur la coproduction au Canada, sur la société de distribution Maison 4:3 et la première partie d'une étude sur le cinéma de Xavier Dolan. Retrouvez aussi de nombreuses critiques, dont celles d'Ava de Sadaf Foroughi, de La prière de Cédric Kahn, de La chute de Sparte de Tristan Dubois, de Foxtrot de Samuel Maoz, entre autres ainsi qu'un retour sur la Berlinale 2018 et la rubrique Salut l'artiste ! en mémoire de l'actrice Stéphane Audran et du réalisateur Vittorio Taviani.

empty