Henri Dorvil

  • En s'intéressant à des problèmes comme la pauvreté, l'insécurité alimentaire, l'obésité, le culte de la performance sexuelle, les solitudes contemporaines, la dépression majeure, les inégalités sociales en santé mentale et le sida, les auteurs, venant de différents horizons universitaires comme le droit, la diplomatie, la criminologie, la médecine, la santé publique, le social policy, la sexologie, la sociologie et le travail social, analysent les mutations des familles. Ils comparent les lieux de décision des politiques sociales tant à Québec, qu'à Ottawa et Londres et observent les territoires de médiation sociale, les lieux de rédemption comme la prison, la peur générée par le terrorisme logé dans certaines zones géopolitiques de la planète et aussi dans nos esprits.

  • Le monde entier est perclus d'injustices sociales criantes. Nécessité donc d'intervention sociale collective, de mouvements sociaux de revendications, de zones de conflit entre le monde communautaire et l'État. Prévention de conditions de risque, alphabétisation, rationalités divergentes, féminisme, travail social international. Accommodements raisonnables, fracture numérique, investigation scientifique chez les travailleuses du sexe. Tel est le menu que propose la collection « Problèmes sociaux et interventions sociales » dans ce tome IV de Problèmes sociaux.

  • L'isolement en asile, traitement grandement utilisé à la fin du xixe siècle pour guérir la folie, a été remis en question au fur et à mesure que le xxe siècle passait. La conception des réseaux de santé, le développement des disciplines psychiatrique et psychologique dans l'après-guerre, la découverte des neuroleptiques au début des années 1950 et les contrecoups de la Révolution tranquille, accompagnés d'un vent de décléricalisation, ont mené à une révolution psychiatrique : la désinstitutionnalisation.

    Cet ouvrage expose les tenants et les aboutissants d'une première vague de désinstitutionnalisation qui a marqué les années 1960 et 1970 en contexte canadien-français (Québec, Ontario et Nouveau-Brunswick). Proposant une étude sociohistorique et une analyse critique de cette période charnière en santé mentale, les auteurs évaluent les conséquences des transferts sur la vie des patients sortis des asiles ainsi que le rôle des intervenants en matière d'accompagnement. Ils soulèvent également des pistes d'intervention entourant les nouveaux enjeux de la prise en charge des personnes souffrant de maladie mentale.

    Alliant criminologie, histoire, sociologie, travail social et sciences infirmières, -l'ouvrage traite autant de politiques d'hygiène mentale, de contrôle social, de médicaments psychotropes que de marginalisation des malades mentaux. Il met au jour un vaste patrimoine matériel et immatériel de la santé mentale au Canada.

  • L'isolement en asile, traitement grandement utilisé à la fin du xixe siècle pour guérir la folie, a été remis en question au fur et à mesure que le xxe siècle passait. La conception des réseaux de santé, le développement des disciplines psychiatrique et psychologique dans l'après-guerre, la découverte des neuroleptiques au début des années 1950 et les contrecoups de la Révolution tranquille, accompagnés d'un vent de décléricalisation, ont mené à une révolution psychiatrique : la désinstitutionnalisation.

    Cet ouvrage expose les tenants et les aboutissants d'une première vague de désinstitutionnalisation qui a marqué les années 1960 et 1970 en contexte canadien-français (Québec, Ontario et Nouveau-Brunswick). Proposant une étude sociohistorique et une analyse critique de cette période charnière en santé mentale, les auteurs évaluent les conséquences des transferts sur la vie des patients sortis des asiles ainsi que le rôle des intervenants en matière d'accompagnement. Ils soulèvent également des pistes d'intervention entourant les nouveaux enjeux de la prise en charge des personnes souffrant de maladie mentale.

    Alliant criminologie, histoire, sociologie, travail social et sciences infirmières, -l'ouvrage traite autant de politiques d'hygiène mentale, de contrôle social, de médicaments psychotropes que de marginalisation des malades mentaux. Il met au jour un vaste patrimoine matériel et immatériel de la santé mentale au Canada.

  • Le présent ouvrage examine les contextes dans lesquels les jeunes Haïtiens et les jeunes descendants d'Haïtiens négocient leurs conditions socioculturelles en Haïti et dans différentes sociétés des Amériques. Il embrasse une perspective transdisciplinaire à travers des thématiques croisées, traitées dans un cadre théorique axé autour des concepts de pratique, de génération, d'identité et de circulation transnationale. Les chapitres sont élaborés à partir des recherches longitudinales ainsi que des études de cas ou des situations cliniques recueillies dans différents contextes socioculturels. Ce livre apporte un éclairage unique sur la complexité des processus identitaires, sur l'ambivalence des modes d'appartenance et d'engagements des jeunes en Haïti, dans et à travers les sociétés dans lesquelles ils vivent ou circulent, et vers Haïti à partir de leurs sociétés d'accueil dans les Amériques.

    This book examines the contexts in which Haitian youth and young people of Haitian descent negotiate their socio-cultural conditions in Haiti and in different societies across the Americas. It uses a transdisciplinary perspective to consider interconnected themes affecting these youth through a theoretical framework centered on the concepts of practice, generation, identity and transnational circulation. The chapters are developed from longitudinal research as well as case studies or clinical situations collected in different socio-cultural contexts. This book provides unique insights into the complexity of identity processes as well as the ambivalence of the modes of belonging and engagement of young people of Haitian descent in Haiti and the societies throughout the Americas in which they live or circulate.

  • Ce livre vise à introduire de nouvelles façons de concevoir, de théoriser et d'intervenir sur le social en ce XXIe siècle. En revisitant d'une manière créative les postulats de base du travail social, les auteurs proposent des lectures inédites des problèmes sociaux, un regard plus nuancé sur les populations marginalisées, un renouvellement des politiques sociales comme levier de citoyenneté ainsi que des pistes d'intervention plus respectueuses des individus.

empty