Hervé Le Bras

  • Cet ouvrage tente de mieux saisir ce que signifie l'identité de la France, en reprenant les critères qu'Ernest Renan avait passés en revue : race, moeurs, religion, langue. Mais il explique surtout que c'est un dernier critère, celui de la culture, qui ouvre l'identité sur le monde.

  • Des migrants fuyant la misère, les persécutions ou le changement climatique : telle est l'image qu'on nous renvoie sans cesse. Mais les migrants sont aussi, de plus en plus, des personnes compétentes et diplômées... L'homme migre depuis son apparition sur Terre - et ça lui a réussi. Le désir de changer de pays n'a jamais été aussi répandu qu'aujourd'hui. Contrairement aux idées reçues, les murs et les barrières que dressent les nations ne bloquent pas les migrants, mais les sélectionnent. Un nouvel équilibre mondial des compétences se met irrésistiblement en place. À rebours des fantasmes occidentaux contemporains sur l'«invasion» des migrants, Hervé Le Bras nous invite à poser sur les migrations un regard neuf, impartial et salutaire.

  • Le tripartisme bouscule le jeu politique français, la gauche et la droite étant désormais talonnées par un Front national à 28 %. On prédisait un effondrement de la gauche, mais - première surprise -, elle a fait jeu égal avec la droite au premier tour des départementales de 2015, puis l'a doublée aux régionales. Deuxième surprise : au second tour, le tripartisme provoque des duels d'une nature inédite. Grâce à une méthode statistique et cartographique nouvelle, Hervé Le Bras passe au crible les résultats électoraux des communes, des cantons et des régions. La formation de « fronts républicains » peut-elle perdurer dans ce nouveau contexte ? Quel est l'impact de la division de la gauche sur cette recomposition ? Quelle est la porosité entre la droite et l'extrême droite ? Répondre à toutes ces questions, c'est comprendre les bouleversements politiques français depuis vingt ans. C'est aussi définir les termes de la prochaine présidentielle et des législatives qui l'accompagneront. Hervé Le Bras est historien et démographe, directeur d'études à l'EHESS. Il a notamment publié Marianne et les lapins : l'obsession démographique (Hachette, 1992) et Naissance de la mortalité (Gallimard, Seuil, 2000). Avec Emmanuel Todd, il est l'auteur du best-seller Le Mystère français (Seuil, 2013).

  • Selon l'Ined, la population de la Terre a franchi le seuil des sept milliards d'habitants. Que signifie un tel chiffre ? Peut-on prévoir l'évolution démographique à long terme ? Comment expliquer que, malgré la stabilisation de la population et l'augmentation de la production agricole, on assiste à une forte hausse du prix des denrées et à une aggravation de la faim dans le monde ? à partir de quelles valeurs peut-on calculer la population maximale pouvant durablement vivre sur la planète ?

  • La démographie, qui affirme être une science, n'a-t-elle pas aussi des préjugés idéologiques ? Définir une population représente un coup de force : n'est-ce pas imposer à un ensemble d'individus une catégorie qui va désormais les cataloguer et les contraindre ? À peine inventée, la population prend son autonomie : elle augmente, diminue, se déplace et enferme les individus dans son piège. Dès lors, ses conventions deviennent ses objets : l'âge, la fécondité et la croissance endogène de la population. D'où le racisme, l'eugénisme et l'exclusion de groupes considérés « à risques ». Cet ouvrage retrace les étapes de cette inquiétante invention des populations dans des domaines aussi différents que la politique de la Banque mondiale, l'idéologie des races, des ethnies et de l'assimilation, ou du vieillissement, la politique coloniale de la population... Sur toutes ces questions hautement controversées, de jeunes spécialistes internationaux interviennent. Hervé Le Bras, polytechnicien, démographe, est directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales. Il a publié notamment Les Trois France. 

  • Les hommes, pensait Kant, sont à la fois poussés à s'associer et enclins à s'isoler. Cette contradiction explique leur occupation de l'espace dans le temps : concentrations de populations, circulations de migrants et, entre les deux, constructions de labyrinthes. Cette géométrie sociale est représentée ici dans ses fondements (brisures de symétries, fractales, fractions continues), dans ses représentations (mythes platoniciens, utopies urbaines, romans de Kafka) et dans ses objets (mariages, invasions, migrations). Ce livre est un manifeste pour les sciences sociales que l'on dit en crise au moment où elles n'auront jamais été aussi efficaces contre les préjugés qui alimentent nos craintes, sur le risque d'"invasion" ou pour l'existence d'une "population de souche"... Hervé Le Bras, polytechnicien, démographe, est directeur d'études à l'École des hautes études en . Il a publié notamment Les Trois France.

  • La démographie

    Hervé Le Bras

    La démographie sert de baromètre à la nation. Quand la fécondité diminue, on craint le déclin, voire la disparition ; quand la mortalité augmente, on fustige l'État incapable d'assurer la santé publique ; quand le divorce progresse, on brandit le spectre d'une disparition de la famille. Comment marche ce baromètre ? Et peut-on lui faire confiance ? Hervé Le Bras nous introduit dans l'atelier du démographe et nous initie à ses secrets de fabrication. Chaque pièce de l'instrument est démontée, étudiée et testée selon des procédures rigoureuses, chaque indice et chaque théorie de la démographie sont scannés et soumis à des expériences incontestables. Une initiation sans concession à la plus précise des sciences sociales ; un manuel détaillé d'utilisation pour déjouer les faux diagnostics. Hervé Le Bras, directeur d'études à l'école des hautes études en sciences sociales et directeur de recherche à l'Institut national d'études démographiques, a notamment publié Les Trois France, Essai de géométrie sociale et Une autre France.

  • Une autre France

    Hervé Le Bras

    Pourquoi le pays des Droits de l'homme a-t-il pu donner à son extrême droite la moindre chance d'accéder aux plus hautes responsabilités de l'État ? Pourquoi ce même pays, alors que nulle part ailleurs le marxisme ne trouve plus le moindre écho, peut-il accorder tant de crédit à son extrême gauche trotskiste ? Ces questions en soulèvent une autre, beaucoup plus radicale : Comment vote-t-on ? Comment chacun de nous décide-t-il quel homme ou quel parti choisir ? Quels événements petits ou grands nous motivent-ils ? À quel réseau d'influence est-on rattaché ?À partir d'une cartographie électorale, économique et sociale des 36 565 communes de France, Hervé Le Bras apporte une interprétation profondément originale de la nouvelle donne politique française. Non, nous ne votons pas en fonction de notre sexe, ni de notre appartenance sociale, de nos diplômes, de notre état civil ou de notre âge ! Alors, comment vote-t-on ? La réponse est dans les cartes. Hervé Le Bras est directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales (Paris) et Fellow du Churchill College (Cambridge). Il a notamment publié Les Trois France et Essais de géométrie sociale aux Éditions Odile Jacob.

  • La France ne serait-elle plus seulement une terre d'immigration ? Elle devient, et pour la première fois de son histoire, un pays d'émigration. La dénatalité menacerait-elle toujours notre système de retraites ? La France renouvelle, au rebours de ses partenaires européens, ses générations. Le vieillissement de sa population serait-il encore à redouter ? Quand l'espérance de vie en bonne santé ne cesse de croître, les personnes âgées mènent toujours plus longtemps une vie autonome. Le « désert français » ne serait-il pas une image dépassée ? Nos campagnes se peuplent aujourd'hui plus vite que les villes. Quatre faits occultés, quatre mystères auxquels s'attaque Hervé Le Bras. Avec rigueur et humour, il dessine le nouveau tableau de la population française en réfutant les lieux communs des prophètes du déclin. Hervé Le Bras est directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales et Fellow du Churchill College (Cambridge). Il a notamment publié Une autre France et La Démographie.

  • Les trois France

    Hervé Le Bras

    Pourquoi les paysans du Limousin votent-ils plutôt communiste et les ouvriers alsaciens plutôt à droite ? Pourquoi les Français diffèrent-ils si profondément dans leurs attitudes à l'égard des immigrés, de la religion, du mariage, du suicide, de la mort et des naissances ? Pour répondre à ces questions, l'auteur met en oeuvre les acquis les plus récents de la sociologie politique, de l'analyse démographique et de l'histoire. Restituant à l'actualité son épaisseur et son sens, il dévoile, sous le mythe d'une nation unie et indivisible, le visage caché d'une France plurielle et inédite. Hervé Le Bras est directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales et directeur de recherche à l'Institut national d'études démographiques.

  • Qui vote Front national et pourquoi ? Les protestataires, les racistes, les exclus, les antisémites ? Ce serait trop simple. Au-delà des discours même de l'extrême droite, au-delà des sondages toujours sujets à caution, observons la géographie des votes. Les cartes révèlent à une échelle très fine et précise le trouble ressenti par de nombreux Français : disparition des relations de voisinage, expulsion des métropoles, blocage de l'ascension sociale. Le Front national paraît dès lors l'unique moyen de changer la donne. Pari désespéré, pari perdant en probabilité, mais pari logique... et contagieux.

  • Une conviction cheville cet atlas : la nation française n'est pas un peuple mais cent, et ils ont décidé de vivre ensemble. Du nord au sud, de l'est à l'ouest de l'Hexagone les moeurs varient aujourd'hui comme en 1850. Chacun des pays de France a sa façon de naître, de vivre et de mourir.
    L'invention de la France cartographie cette diversité en révélant le sens caché de l'histoire nationale : hétérogène, la France avait besoin pour exister de l'idée d'homme universel, qui nie les enracinements et les cloisonnements ethniques. Produit d'une cohabitation réussie, la Déclaration des droits de l'homme jaillit d'une conscience aiguë mais refoulée de la différence.
    La culture est mouvement, progrès, diffusion, homogénéisation bien sûr, mais de nouvelles différences apparaissent sans cesse - aujourd'hui maghrébines, africaines ou chinoises. Il ne saurait donc y avoir de retour à une homogénéité perdue, parce que cette homogénéité n'a jamais existé. Les défenseurs autoproclamés de l'identité nationale ne comprennent pas l'histoire de leur propre pays. Ils sont aveugles à la subtilité et à la vérité du génie national.
    L'effondrement du catholicisme puis celui du communisme ont engendré un vide religieux et idéologique qui a fini par couvrir tout l'Hexagone. Cette nouvelle homogénéité par le vide explique l'apparition, parmi bien d'autres choses, dans un pays où les Français classés comme musulmans ne pratiquent pas plus leur religion que ceux d'origine catholique, protestante ou juive, d'une islamophobie laïco-chrétienne, qui prétend que la seule bonne façon de ne pas croire en Dieu est d'origine catholique. L'abysse métaphysique de notre actuel moment politique trouve ici sa source.

empty