Ingrid Thobois

  • Tous les étés, Yann et Alex se retrouvent avec leur famille dans une maison à Digne-les-Bains, au bord de la Bléone. Ces deux cousins ont grandi comme des frères, différents mais toujours très proches. Yann, le bosseur, fou-amoureux du Japon et mention très bien au bac ; Alex, le glandeur, fana de jeux vidéo et pas vraiment certain de vouloir devenir adulte.
    Un soir d'été, Yann traverse le pare-brise de la voiture de sa mère. Il meurt sur le coup, un 15 août, le jour de ses 18 ans, trois semaines avant de partir vivre à Paris et de commencer ses études de japonais à l'Inalco. Effondré, Alex se débat avec ses émotions et avec le fantôme de Yann, qui ne cesse d'apparaître pour le harceler et le culpabiliser. Mais Alex ne comprend pas : pourquoi son cousin, au volant, ne s'était-il pas attaché ? Pourquoi semblait-il si énervé ce soir-là ? Aurait-il pu dévier de dix centimètres la trajectoire de la voiture, pour éviter l'impact ? Et, surtout, que signifie le mystérieux message laissé par le fantôme ? Alex s'embarque dans un voyage en quête de vérité, se plongeant dans la vie de celui qu'il croyait si bien connaître...

  • Miss Sarajevo

    Ingrid Thobois


    Printemps 1993. Joaquim, vingt ans, débarque au milieu de Sarajevo assiégée. Armé de son seul appareil photo, il cherche à échapper à son enfance et à se confronter à la mort. Cette mort que vient de choisir sa jeune soeur Viviane, fatiguée d'expier dans l'anorexie un tabou familial jamais levé.
    Été 2017. Joaquim apprend le décès de son père. Le temps d'un Paris-Rouen, lui reviennent en rafales les souvenirs de sa famille bourgeoise, apparemment sans défaut, verrouillée autour de son secret. En contrepoint, il revit les mois passés à Sarajevo, qui lui ont permis de se soustraire à l'emprise du passé et d'inventer sa vie. Mais peut-on réellement se libérer du fardeau familial ? Quel est, au bout du compte, le prix du non-dit ?
    Un roman qui mêle la grande et la petite histoire, et interroge la façon dont l'individu peut construire, en dépit des secrets de famille, son propre rapport à la vie.
    Née en 1980, Ingrid Thobois a passé plusieurs années à l'étranger. Couronnée par le prix du Premier roman pour Le roi d'Afghanistan ne nous a pas mariés (Phébus, 2007), elle a publié depuis L'Ange anatomique (Phébus, 2008), Le Simulacre du printemps (Le bec en l'air, 2008), Sollicciano (Zulma, 2011, prix Thyde Monnier de la SGDL) et Le Plancher de Jeannot (Qui Vive, 2015). Elle écrit également pour la jeunesse.

  • C'est grâce à sa vieille voisine pleine d'ambition que Mathis décide de se présenter à un concours de chant. Le prochain Justin Bieber, c'est lui !

  • À la mort de son père, Jeannot est contraint de quitter dans l´urgence l´Algérie et la guerre : c´est à lui, désormais, de s´occuper de la ferme, de sa mère et de sa soeur Paule. Cette famille du Béarn, réduite à un trio fusionnel, va progressivement se couper du monde et s´enfoncer dans un délire paranoïaque dont témoigne, aujourd´hui encore, le « Plancher de Jeannot », exposé à l´entrée de l´hôpital Sainte-Anne à Paris.
    La voix de Paule, brute et poétique, s´élève pour nous faire entendre le récit de cette tragédie familiale, librement inspiré d´une histoire vraie. Dans une langue envoûtante, ce monologue aux résonances antiques nous mène aux frontières du silence pour nous hanter durablement.

    Née en 1980, Ingrid Thobois a passé plusieurs années à l´étranger entre voyages, missions de développement et documentaires radio. Couronnée par le prix du Premier roman pour Le roi d´Afghanistan ne nous a pas mariés (Phébus, 2007), elle a publié depuis L´Ange anatomique (Phébus, 2008), Le Simulacre du printemps (Le bec en l´air, 2008) et Sollicciano (Zulma, 2011) qui a obtenu le prix Thyde Monnier de la SGDL. Elle écrit également pour la jeunesse.

  • « Au ciel, les oiseaux ne sont plus que des points minuscules. Ils auront bientôt atteint le Détroit de Gibraltar, mince bras de mer qu'ils franchiront en quelques battements d'ailes, et l'Europe sera là, déjà. Combien d'hommes et de femmes désespérés empruntent chaque jour le même trajet au péril de leur vie, à bord de rafiots misérables ? »
    Chaque printemps, depuis plus de dix ans, Eric, le parisien, passe une semaine au Maroc dans la vallée idyllique du Dadès, au sein de sa famille de coeur. Il partage des moments chaleureux avec Kenza et ses jumeaux de 14 ans, Mehdi et Lilia. Eric est un peu le père que ces derniers, qui ont grandi sous le signe de l'amour, du rire et de la liberté, n'ont jamais eu. Mais cette année, Eric trouve l'atmosphère pesante. Un nouvel imam est arrivé, et tous les prétextes sont bons pour réduire les libertés individuelles, et diffuser des messages religieux. Quant à Mehdi, il semble plus distant, plus taciturne. Il aimerait quitter le Maroc pour découvrir d'autres horizons. Il rêve d'Europe. Lilia, joyeuse et rebelle, est devenue une belle adolescente. Quand Eric repart, il comprend, impuissant, que la vallée du Dadès est en train de changer... Peu de temps après, Kenza est contrainte de quitter son poste d'institutrice pour d'obscures raisons. Sans ressources, elle se voit obligée de confier l'éducation de ses enfants à son frère Fouad, un fondamentaliste, avec qui elle avait rompu tout contact. Ce dernier emmène Medhi et Lilia au Nord de Dakhla, sur la route de Tanger, dans le seul but de les faire travailler dans son atelier clandestin. Commence alors pour le frère et la soeur une longue descente aux enfers... Lilia et Mehdi réussiront à s'échapper et rejoindre Tanger, le port de tous les espoirs. Medhi n'aura alors plus qu'une idée en tête : « brûler la frontière », traverser le détroit de Gibraltar, pour gagner l'Europe, au péril de sa vie...

  • Sollicciano

    Ingrid Thobois

    Un secret en forme de lacune entoure les agissements de Norma-Jean, incandescente quinquagénaire glamour en diable. L'étrange relation en miroir avec son mari, autrefois son psychanalyste, et cette fascination pour un ancien élève qu'elle visite chaque jeudi à la prison de Sollicciano en Toscane, alimentent un mystère qui s'amplifie dans une époustouflante progression dramatique.
    Par ce remarquable roman de la folie et des abîmes de l'inconscient, tissé de retournements, dédoublements et manipulations, Ingrid Thobois révèle un art accompli du suspense psychologique. Développant un sens à la fois délectable et cruel du détail, elle nous offre un inoubliable portrait de femme aux prises avec ses transferts, c'est-à-dire avec les périlleuses illusions de l'amour.
    À lire ce très cinématographique roman puzzle, on songe aux chefs-d'oeuvre d'Hitchcock et de Mankiewicz.

    Ingrid Thobois a obtenu le Prix du premier roman en 2007 pour Le roi d'Afghanistan ne nous a pas mariés. Née en 1980 à Rouen, Ingrid Thobois est romancière et voyageuse. Depuis le début des années 2000, elle aura enseigné le français en Afghanistan, réalisé divers reportages en Iran et en Haïti, et participé à des missions de développement et d'observation électorale en Indonésie, RDC, Moldavie, Azerbaïdjan, Géorgie, Kazakhstan... Elle est l'auteur de deux romans remarquables par l'acuité conjuguée du style, de la construction et de l'analyse psychologique, Le roi d'Afghanistan ne nous a pas mariés (Prix du Premier roman 2007) et L'Ange anatomique (2008).

  • À partir des photographies en couleurs de Frédéric Lecloux, réalisées dans lintimité de l'appartement de sa grand-mère à Bruxelles, Ingrid Thobois imagine un texte de fiction comme une mise en abyme poétique.
    Un homme assiste au déménagement de lappartement de sa mère qui vient de mourir. Peu à peu, les agissements et les commentaires des déménageurs le plongent dans le passé et lui évoquent des souvenirs précis. Que faut-il garder ? Que faut-il jeter ? A mesure que l'appartement se vide, la mémoire du narrateur se charge jusqu'au moment où il se retrouve seul dans l'appartement, un appareil photo chargé d'une pellicule 24 poses à la main...

empty