Jérôme Cordelier

  • L'espérance est un risque à courir : sur les traces des résistants chrétiens (1939-1945) Nouv.

    Jérôme Cordelier est parti à la rencontre de ces chrétiens, catholiques, protestants, orthodoxes qui résistèrent aux nazis et dont les rôles sont de nos jours minimisés.
    On a souvent souligné les compromissions avec Pétain et le régime de Vichy des chefs des Églises, à raison, mais sans se souvenir que plusieurs d'entre eux furent aussi reconnus Justes pour avoir sauvé des juifs. On a oublié, surtout, que de nombreux prêtres, pasteurs, religieux, religieuses et une multitude de simples croyants furent parmi les premiers à se dresser contre l'occupant. Certains ont agi sur le devant de l'Histoire - de Gaulle et Leclerc, au premier chef -, la plupart dans un secret absolu.
    De la Corrèze jusqu'à Yad Vashem à Jérusalem, cette enquête de terrain, très documentée et nourrie des confidences de survivants, met l'accent sur ces femmes et ces hommes qui se sont engagés, parfois sacrifiés, pour la liberté, leur patrie mais aussi avec la haute idée qu'ils se font de l'humanité. Au nom d'un idéal qui guidait leur vie, ils se sont battus pour que leurs contemporains vivent la leur. Ils n'ont pas toujours combattu au nom de leur foi, mais celle-ci les a pétris, a été constitutive de leur vision du monde et les a soutenus à travers les épreuves. Ces grands témoins peuvent éclairer de leur halo de lumière nos chemins cabossés

  • Franciscains, dominicains, jésuites, leurs noms nous sont familiers, mais connaissons-nous ce qu'ils incarnent ? Qu'est-ce qui les distinguent ? De quelle manière ces religieux chrétiens agissent-ils encore à notre époque ?
    François d'Assise, Dominique de Guzman et Ignace de Loyola sont des figures universelles, mais qui étaient-ils vraiment ? Leurs vies sont de vrais romans d'aventure, et les intuitions géniales de ces grands spirituels, qui sont aussi des politiques, restent d'actualité. Car, même s'ils ne sont pas épargnés par la crise religieuse occidentale, les ordres fondés au Moyen Âge ou à la Renaissance continuent d'imprégner notre temps.
    Jérôme Cordelier nous plonge d'une plume alerte dans la destinée de ces trois hommes d'exception nés en Europe du Sud, qui se sont épanouis en France et furent sanctifiés par l'Église catholique. En interrogeant aujourd'hui des franciscains, des dominicains et des jésuites, mais aussi des historiens, des philosophes et des théologiens, il met au jour les engagements contemporains de ces religieux qui, dans la discrétion, un peu partout, irriguent leur société. Ils ne font pas seulement la charité, ils contribuent à changer le monde. Parce qu'ils croient en Dieu, mais aussi, surtout, parce qu'ils croient en l'homme.

  • Un jour, ils ont dit « non ».
    Non aux injustices, non aux fatalités, non aux facilités d´une vie tracée, non aux réflexes de leur milieu d´origine, non aux conforts d´une carrière assurée, non aux diktats d´une hiérarchie aveuglée ou soumise.
    Ils ont dit non, et placé leur vie sous le signe de l´action, du combat, de l´engagement au service de leurs semblables. Rebelles, oui, mais rebelles de Dieu, car c´est au nom de leur foi qu´ils ont agi.
    Qui sont ces croyants magnifiques ? C´est le docteur Albert Schweitzer quittant sa carrière pour ouvrir un dispensaire en pleine jungle, c´est Edmond Michelet choisissant dès 1940 la voie ardue de la Résistance, ce sont les époux Trocmé organisant l´accueil des Juifs dans les fermes du Chambon-sur-Lignon. C´est la figure lumineuse d´une Madeleine Delbrêl consacrant son existence aux populations défavorisées d´Ivry-sur-Seine, ou celle de Geneviève de Gaulle-Anthonioz, l´ancienne résistante, déportée à Ravensbrück, prenant la suite du fondateur d´ATD Quart Monde, le père Joseph Wresinski, pour faire entendre la voix de tous les exclus.
    Qu´ils soient missionnaires ou résistants, iconoclastes ou bâtisseurs, ces hommes et femmes aux destinées d´exception sont profondément de notre temps. Alors que la religion est souvent perçue comme formaliste et conservatrice, ils témoignent que foi et liberté savent rimer ensemble, et que la charité n´est pas l´apanage des béni-oui-oui. On le sait, rien de grand ne s´est fait sans passion. Sans combat non plus. Ces douze hautes figures en sont l´exemple vivant.

  • À 17 ans, Jacqueline Fleury-Marié s' engage contre l' occupant nazi dans les réseaux Défense de la France puis Mithridate, comme ses parents et son frère. Distribution de journaux et de tracts, transport de messages, recherche de caches, elle effectue de nombreuses missions de liaison et de renseignement - jusqu' à
    recopier une partie des plans du mur de l'Atlantique. Elle est arrêtée et emprisonnée à Fresnes, torturée par la Gestapo, parquée dans un train de déportation, connaît l'horreur de Ravensbrück, puis l'enfer des marches de la mort... Dont elle revient, brisée, mais vivante.
    Sur les 1 038 résistants élevés Compagnons de la Libération par le général de Gaulle, seulement six sont des femmes - un chiffre qui est loin de représenter leur réelle part à cette lutte clandestine. À 95 ans, Jacqueline Fleury-Marié livre un témoignage exceptionnel et rend hommage à toutes ses compagnes, héroïnes souvent inconnues, qui se sont sacrifées pour leur patrie, la liberté et dont les visages continuent de la hanter.
    Pour que l'Histoire ne les efface pas. Et que les valeurs qui ont porté leur combat éclairent notre époque.

empty