Sciences humaines & sociales

  • Qu'il était beau ce mois de mars ! ! !....... Si vous étiez trop jeune pour en avoir conservé le souvenir, ah ! Mademoiselle, que je vous porte envie ! Si vous êtes trop vieille pour vous le rappeler, ah ! Madame, que je vous plains ! ! !... A cette époque, j'étais à la fleur de l'âge... j'avais trente ans.... le plus bel âge pour un cavalier convenez-en ?Que de choses grandes, petites, ignobles, merveilleuses ou toutes simples, nous avons vues depuis lors !Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • Il est difficile, pour ceux qui n'avaient pas encore, à la fin du siècle passé, atteint l'âge de la réflexion, de comprendre l'immense changement d'idées et de sentiments que comporte l'Entente entre l'Angleterre et la France qui, en ce moment, bat son plein. Pour ces plus jeunes, l'Entente peut ne paraître que comme un pas vers l'alliance contre un ennemi commun. Ceux dont les années ont blanchi les cheveux, qui se rappellent la guerre de 1870, qui ont vécu depuis 1870 au milieu des événements, pour ainsi dire dans les coulisses de ces événements, savent que l'ennemi éventuel qu'envisagea la politique française pendant le dernier quart du siècle passé, était uniquement l'Angleterre.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • LOGIQUE.1.La logique considère les facultés de l'âme dans leurs moyens (Psych. 2). Elle est la science des lois (Psych. 29) auxquelles nous soumettons notre raison dans la recherche de la vérité, tant pour nous instruire nous-mêmes que pour éclairer les autres. Il y a aussi la logique du mensonge et de la ruse, mais c'est la détourner de sa destination, c'est la profaner que de la plier à cet usage, c'est la faire dégénérer en rhétorique.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • Nous voulons connaître la nature intime de l'hypnotisme ; mais comment y réussir ? Chacun sait que, dans notre existence actuelle, il n'est chose quelconque dont la. nature, la substance, nous soit directement connue. Notre esprit, pas plus que nos yeux, ne peut saisir, par intuition, l'essence intégrale et spécifiquement définie de la moindre réalité. Mais ce que nous ne pouvons atteindre par voie directe, nous l'atteignons par un détour. Partant de ce double principe qu'il doit y avoir une certaine proportion entre les agents qui produisent un être et cet être lui-même, et que les propriétés sont comme le reflet de l'essence d'où elles émanent, nous étudions la genèse des êtres ainsi que leurs qualités et leurs opérations, et notre raison remonte par cette voie jusqu'à leur nature, à peu près comme nous jugeons de l'espèce d'un arbre par ses fruits et pouvons juger d'un fleuve par ses sources.
    Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • 10 et 11 juillet 1791.(M. de Rozoi avait trouvé de grands rapports entre la situation de Louis XVI et celle de Charles Ier, et nous n'étions encore qu'au milieu de 1791. La grande catastrophe qui devait achever la ressemblance entre l'une et l'autre tragédie, était encore éloignée. Aussi beaucoup de personnes refusaient d'y croire, et donnaient pour raison qu'un projet si criminel ne pouvait point entrer dans le coeur d'un Français, même le plus corrompu.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • LA Chambre de 1815, tant calomniée par les libéraux, vouloit fermer pour jamais l'abîme de la révolution, où le trône et toutes les institutions monarchiques s'étoient engloutis. Mais le ministère de France eut l'imprudence de le rouvrir par la dissolution de cette chambre, et en appelant à son secours tous les amis de la révolution. Il ne tarda pas à sentir la faute qu'il avoit commise ; il crut la réparer en adoptant ce funeste jeu de bascule que le Directoire avoit inventé pour se soutenir, et qui finit par le renverser lui-même.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • Parvenu à un âge avancé et resté presque seul de ma génération, je me décide à mettre en ordre les notes écrites au jour le jour pendant ma vie. Je laisserai de côté dans ce récit tout ce qui n'a pas rapport à mes souvenirs militaires ; il intéressera, je l'espère, mes neveux, car, à notre époque, on a déjà oublié les commencements du règne du malheureux Louis XVI et ce qu'il a fait pour effacer les désastres de la guerre de Sept ans. La période révolutionnaire attire seule l'attention ; on frémit au souvenir des horreurs qui ont ensanglanté la France sous le masque trompeur de la liberté, on s'enorgueillit des triomphes des armées républicaines, mais qui songe aux douceurs de la vie sous le sceptre paternel du meilleur des rois, aux lauriers cueillis par les d'Orvilliers, les Suffren, les Lamotte-Picquet, les Bouillé, etc.
    Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • LEUR NATURE, LEUR CONNEXITÉ, LEUR HISTOIRE, LEURS RAPPORTS GÉNÉRAUX AVEC LA PHILOSOPHIE, AVEC LA RELIGION ET AVEC L'ORDRE SOCIALSavoir, c'est connaître. Le savoir parfait serait la connaissance absolument certaine de tout ce qui est et de tout ce qui peut être ; mais ce savoir, qui serait infini et immuable, est évidemment en dehors et au-dessus des conditions de notre nature : il est un attribut de Dieu, et il ne peut pas être autre chose.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • SOMMAIRESituation politique de la France en Europe. - Principe des nationalités. - Lettre de la reine de Hollande à l'empereur Napoléon III, 13 juillet 1866.La France et la Prusse : Etat moral de ces deux puissances.Des causes qui amenèrent la déclaration de guerre. - Effets produits par les manifestations populaires exagérées.« La perspective d'un duel entre la France et la Prusse excite l'inquiétude générale, frappe les esprits et tient les affaires en suspens », écrivait M.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • La guerre que les colonies anglaises d'Amérique soutinrent contre leur métropole vers la fin du siècle dernier n'eut, au point de vue militaire, qu'une importance très-secondaire. Nous n'y trouvons ni ces troupes nombreuses dont les rencontres sanglantes font date dans l'histoire de l'humanité ; ni ces noms retentissants de conquérants ou de guerriers que les générations se transmettent avec un sentiment d'admiration mêlé de terreur ; ni ces élans passionnés, impétueux et destructeurs qui fondèrent sur des ruines les empires de l'antiquité ou du moyen âge ; ni ces manoeuvres grandioses, rapides et savantes qui sont le caractère du génie militaire des temps modernes.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • 1248-1269Eude Rigaud ou de Rigaud (Odo Rigaldus ou Rigaldi), n'est pas un inconnu pour nous. C'est à lui que saint Louis donna, en 1255, l'archidiaconé de Pontoise, et l'on sait à combien de controverses cet acte a donné lieu. Dényauld, Guy-Bretonneau, Féret, Deslions, nous ont laissé de volumineux traités à ce sujet, sur lequel nous ne voulons pas du reste nous étendre. Deslions a dit de Rigaud : « Ce prélat était cordelier, et dans le plus grand éclat de l'ordre naissant de saint François, dont il fut lui-même une lampe qui éclairait et qui brûlait de toutes parts par ses livres et par ses sermons ; le mérite et les vertus de sa vie, qui allait à la sainteté canonisable, le rendirent digne des premiers honneurs de l'Église et de la faveur de nos rois.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • LORSQUE Louis XVI, sollicité par les Parlemens, et cédant au voeu de l'Assemblée des Notables, eut rendu une ordonnance portant convocation des Etats-Généraux, la France se vit tout-à-coup inondée d'un déluge de libelles, de pamphlets, de brochures de toute espèce, dont la plupart avaient pour but de corrompre ou d'égarer l'opinion raisonnable des trois ordres de l'Etat, et de faire prévaloir une doctrine insensée, aussi fausse dans ses principes, que fatale dans ses conséquences ; aussi absurde dans la théorie, que séditieuse dans l'application.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • La première date à laquelle se rattache l'histoire du bureau central des Ateliers nationaux est celle du vendredi 3 mars 1848.La lettre d'introduction de M. Armand Coquet m'assignait, pour ce jour, à sept heures du matin, un rendez-vous avec le ministre des travaux publics ; cette lettre disait en substance, que je me proposais d'indiquer au ministre une organisation, au moyen de laquelle il pût parvenir à centraliser son action sur les ouvriers inoccupés, à les classer suivant leurs différentes professions, à les répartir enfin sur les divers services où il serait possible de les employer.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • Les Bretons, qui occupaient la Grande-Bretagne au moment de la conquête des Romains, vers le début de l'ère chrétienne, étaient des Celtes, issus probablement de la Gaule. Leurs moeurs, leurs habitudes, leur religion ne différaient pas de celles des Gaulois. L'historien Lingard rappelle les trois premiers principes de sagesse enseignés par leurs prêtres, les druides : « Obéissance aux lois de Dieu ; zèle pour le bien de l'homme ; force d'âme dans les accidents de la vie.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • Les soins à donner au physique de l'enfant précèdent sa naissance : car les infirmités e : souvent les vices des parents réagissent sur leur progéniture ; ainsi les enfants d'ivrognes sont faibles, malingres, avec excès de sensibilité ou avec une apathie voisine de l'idiotisme ; ainsi dégénère une famille, puis une commune, quelquefois une population entière.Mais ces observations générales suffissent, sans que nous remontions au développement de l'homme avant sa naissance, à l'influence de la mère sur son enfant qui n'a pas encore vu le jour, aux rapports établis entre elle et son enfant, à l'action végétative de l'allaitement, aux.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • Publiée dans deux journaux anglais, sous le titre de NÉCROLOGIE DU PRISONNIER DE SAINTE-HÉLÈNE ;
    ON doit des égards aux vivans, a dit un Français illustre ; on ne doit que la vérité aux morts. Depuis que la vie de Napoléon n'est plus qu'un souvenir, on pourra sans doute lui rendre justice. Mais on n'a pas attendu son heure suprême pour l'accabler d'outrages.
    Napoléon Bonaparte naquit à Ajaccio, le 15 août 1769, peu de temps après la réunion de la Corse à la France.
    Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • Le serviteur de Dieu que sa vocation ou ses goûts appellent à voyager dans ce vaste monde, ne peut porter ses pas nulle part sans que la contemplation des oeuvres de la nature lui rappelle le Créateur. Tel un fils de prince parcourt les domaines de ses ancêtres avec un délicieux sentiment de satisfaction, pour ne pas dire de noble orgueil. Voyageant sous le regard de notre Père céleste, c'est là ce que nous avons éprouvé dans plusieurs pays, et particulièrement à Tahiti.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • Les nations comme les individus peuvent parfois s'engager dans des entreprises dont les limites paraissent parfaitement déterminées, sans qu'il soit possible, cependant, de prévoir par quel enchaînement de circonstance le but sera de beaucoup dépassé.Lorsqu'en 1830 l'armée française débarquait à Sidi-Ferruch et d'un revers de main, pour ainsi dire, détruisait la piraterie, rendait à la liberté les esclaves enfermés dans les bagnes des côtes barbaresques, établissait la sécurité sur les eaux de la Méditerranée, affranchissait l'Europe du honteux tribut qu'elle payait à la barbarie ; si grande et en même temps si chevaleresque que fût cette entreprise, nul n'eût pu prédire, alors, quel rôle bien plus considérable encore, la France était appelée à remplir, par la suite, au Nord de l'Afrique.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

empty