Jean-Claude Martinez

  • Alors que depuis 9 000 ans, où après 291 000 années de nomadisme dans la liberté, sans épidémies, sans guerres et sans impôts, nous étions devenus sédentaires, domestiquant mais nous autodomestiquant aussi, l'absurdité était entrée dans nos vies. Pour ne plus jamais nous quitter jusqu'ici. Ce livre raconte certes cette brève histoire de l'absurdité, écrite en cette ère du « coronalithique », mais il en propose surtout le traitement en apprenant à penser grand. Parce que c'est dans l'étriqué que nous avions attrapé l'absurdité. Notamment celle d'avoir dû attendre une pandémie pour voir enfin que la politique ne peut avoir pour téléologie que le maintien de la vie.

  • Créée en 1994 à Marrakech, l'Organisation mondiale du commerce (OMC) fut un temps un succès. Puis cette mécanique multilatérale s'est enrayée. Depuis la crise de 2008, la tentation du repli est revenue, dont l'engouement pour les taxes douanières. L'OMC se trouve en porte-à-faux. Tandis que les Etats retournent au bilatéral et au régional, l'OMC permet l'égalité entre petits Etats et géants économiques. Il faut donc « sauver le soldat OMC » et inventer des droits de douane déductibles. Ce livre expose un droit modulable, remboursable, négociable et bonifiable. Il réconcilie libre commerce et protection sociale.

  • Après 30 ans d'application, quel est le bilan de l'autonomie financière territoriale, notamment dans l'Espagne aux régions financièrement asphyxiées, dans la France aux emprunts toxiques des collectivités et dans bien des villes du monde, où en rhizome et par capillarité les cas de corruption ne sont plus isolés ? La doctrine majoritaire dit l'efficacité, l'efficience et donc la performance du paradigme autonomiste ; dans les réalités de nombreuses expériences, ce n'est pas toujours ce qui est observé.

  • Avec plus de mille taxes, cotisations, redevances et prélèvements de tous ordres, la France est un pays qui a plus d'impôts que de fromages. Et quels impôts ! - Les plus complexes : le Code général des impôts compte plus de quatre mille articles. Au rythme de quinze minutes par article, il faut six mois pour le lire. Des années pour le comprendre. Et le reste de la vie pour s'en remettre. - Les plus lourds : plus de deux mille milliards de francs de prélèvements obligatoires en 1985. Les plus forts taux marginaux d'imposition du monde. Fiscalité, parafiscalité et néo-fiscalité, le contribuable français est asphyxié. Son économie anémiée. Sa maladie répertoriée. C'est le SIDA fiscal : Syndrome de l'impôt dépresseur et asphyxiant. - Les plus inégaux : 1752 F d'impôts pour le contribuable de Cannes. Un festival ! 559 F pour celui de Reims, et 303 F à Perpignan. - Et pour finir, ils sont souvent presque illégaux : avec 900 milliards de francs de cotisations sociales prélevées, sans aucun contrôle du Parlement, la fiscalité est un western où un impôt sur deux est hors la loi. Comment en est-on arrivé là ? Par bien des voies. Notamment celle de l'intoxication diffusée par l'E.N.A. Shootés à l'herbe keynésienne, les hauts fonctionnaires ont fait de la France une réserve fiscale pour safaris interventionnistes. Des libéraux aux socialistes, sans oublier les catholiques sociaux, pendant quarante ans, tout ce que la France compte de dirigeants a été dirigiste. L'oecuménisme sur le national-fiscalisme, Vatican II du social-étatisme. De Marchais à J. Lecanuet ils ont tous été frères de lait. Que faire pour en sortir ? Exiger l'application de ses imprescriptibles droits. Le droit de décider : parce que le référendum fiscal est inscrit noir sur blanc dans les textes constitutionnels, depuis deux cents ans. Le droit de refuser : parce que face au gâchis des finances de l'État, frauder devient souvent un droit, celui de résister à l'oppression et à la spoliation. Le droit de liquider : l'impôt sur le revenu, budgétairement inutile, économiquement désastreux, techniquement condamnable et psychologiquement rejeté, est à supprimer. Ni plus ni moins !

  • Le 1er janvier 2006, la guerre agricole Europe - Etats-Unis sera définitivement terminée. Un accord mondial sur le commerce finira par entrer en vigueur avec ses clauses agricoles. Il entraînera la suppression progressive de tout soutien aux agriculteurs européens. C'est cet événement majeur de l'histoire de l'humanité, la perte par l'Europe de son héritage agriculturo-terrien qui la fondait, que ce livre décrit au travers de la guerre agricole de 40 ans que les Etats-Unis ont livré à l'Europe pour la priver de ses armes d'alimentation massive et s'assurer le contrôle du nouvel ordre alimentaire mondial.

empty