Jean-Claude Martin

  • On n'a pas deux fois l'occasion de faire une bonne première impression ! Qu'est-ce qu'une bonne poignée de main ? Comment donner l'impression d'être sympathique ? Que trahit le langage de vos gestes ? Et si vous appreniez à improviser ? Convaincre, c'est un véritable pouvoir. En entretien, dans un discours ou une discussion, ce n'est pas l'ensemble de votre intervention qui convaincra, mais le petit moment privilégié, la repartie bien ciblée, ce petit plus où votre humour créera la sympathie, où votre argument fera mouche. Cet ouvrage vous propose les secrets pour convaincre en toutes circonstances. Grâce à des tests, à des jeux de réactivité et à de nombreux exercices, élargissez les champs d'action de vos argumentations gagnantes !

  • L'économie nord-américaine, notamment grâce au rôle du dollar, connaît une position de tout premier plan dans le monde depuis la Seconde Guerre mondiale. Mais elle fait aussi face à un très fort endettement, à la montée des individualismes économiques et sociaux, à la précarisation de l'emploi, aux difficultés d'une société multi-ethnique. Le présent ouvrage fait le point à l'heure où Bill Clinton et sa volonté de tout changer sont élus à la tête des États-Unis...

  • Après une discussion un peu animée, vous vous êtes sûrement déjà dit : « J'aurais dû lui répondre... ! » Cette fameuse réplique qui aurait fait mouche... mais à laquelle vous avez pensé trop tard. Grâce à ce livre, prendre le contrôle de la conversation, mener l'autre par le bout du nez, ou tout simplement le noyer dans ses propres arguments, va devenir un jeu d'enfant ! Constamment illustré par des exemples réels tirés de l'actualité, ce livre vous immerge progressivement dans les subtiles profondeurs de l'art d'argumenter, alors découvrez vite : Toutes les attitudes gagnantes : décodez le non-verbal de votre interlocuteur et maîtrisez le vôtre, déstabilisez-le en maniant l'autodérision et l'humour... Les armes infaillibles pour attaquer ou riposter : utilisez la bonne figure de style, choisissez judicieusement vos exemples, retournez l'argument de l'autre contre lui... Des mises en situation et des exercices pour vous entraîner à chaque étape et devenir un as du débat ! Soyez enfin le maître du débat pour sortir gagnant de tous vos échanges.

  • De petites proses nerveuses ou nonchalantes, à mi-chemin entre le journal intime et le billet d'humour. Le regard de l'auteur est parfois désenchanté et ironique quant aux perspectives de notre monde.

  • On retrouve le même désenchantement ironique devant les questions existentielles que dans Le tour de la question et Un ciel trop grand sur l'amour, le couple, le travail, les rencontres, l'écriture, l'édition, etc. Restent ces petites proses incisives, entre détresse et dérision, qui touchent juste et dur parfois...

  • Tics de langage, gestes nerveux, trous de mémoire, plaisanteries qui tombent à plat, propos embrouillés... Quand il s'agit de parler devant un auditoire (que ce soit 5 ou 100 personnes), il faut absolument surmonter tous ces couacs désastreux si l'on veut être crédible. Dans ce guide très complet, vous trouverez comment : Gérer votre trac avec des techniques issues du théâtre : exercices de respiration, relaxation, jeux de rôles, maniement des silences... Des outils qui ont fait leurs preuves ! Soigner votre image et votre élocution : gestuelle naturelle, voix bien placée, souffle et rythme maîtrisés, intonations choisies pour insister sur ce qu'il faut... Adapter et construire votre discours pour votre auditoire : pour chaque événement (professionnels mais aussi personnels - mariage, inauguration...) les effets à maîtriser pour impressionner, faire rire, émouvoir, marquer les esprits... Inclus : une partie axée sur l'improvisation, avec les règles et les exercices qui vous aideront à cultiver votre imagination. RÉUNIONS, CONFÉRENCES, DÉBATS, DISCOURS... SOYEZ SÛR DE VOUS EN TOUTE SITUATION !

  • «Nous proposons ici quelques problématiques philosophiques, développées sans références explicites aux grands textes ni aux génies du passé - et, de surcroît, sans volonté de privilégier nos propres convictions. Pour chaque question, nous avons cherché à illustrer comment pourrait se présenter le débat et à dégager quelques lignes de défense typiques de chaque courant retenu. Les courts exposés qui en ont résulté sont en quelque sorte anonymes et n'ont, si l'on ose dire, aucun auteur individuel digne de mention: ce sont des positions qui s'y expriment plus que des personnes. Notre but est de proposer à des néophytes un avant-goût de l'aventure philosophique, sans plus. Nous ne dirions assurément pas à nos lecteurs: " Grâce à nous, vous saurez tout de la philosophie! " Nous souhaitons en revanche que, si notre travail n'a pas été trop mal fait, on aura une petite idée du genre de ruminations qui trottent dans la tête des philosophes - et nous espérons qu'une fois attiré par le débat on se prendra au jeu.»

  • À l'instar de ceux qui distinguent sciences dures et sciences molles, on peut dire que la revue Moebius, par ses numéros thématiques, propose dans chaque appel à textes une « contrainte molle » à ses collaborateurs, par opposition aux « contraintes dures » façon Oulipo. Il arrive cependant que par accident (ou non) la perspective se déplace, qu'une force délicieusement centrifuge nous tire hors du chemin balisé du thème ou de la contrainte. Tout à coup nous éprouvons le vif besoin d'être dépaysé, voire égaré; de nous découvrir pauvre en thème. C'est ainsi que ce numéro 145 « Comme il vous plaira » s'est élaboré, au fil des rencontres le long de chemins de traverse et de « sentiers qui bifurquent ».

  • Notre rapport au temps est rempli de paradoxes. Dans nos sociétés qui valorisent à outrance la jouissance éphémère d'une consommation sans lendemain, la finitude de nos existences - tout aussi éphémères - tend à être évacuée au profit d'un idéal de jeunesse éternelle ; la révolte est passagère, mais elle sème des germes de changement dans le temps long de l'histoire ; l'expérience de la beauté et de l'infini ne peut se vivre que dans un instant très court ; les oeuvres d'art éphémères laissent des traces plus pérennes qu'on ne l'imagine... Derrière toutes ces apories se dessine la nécessité d'être à l'écoute de la fragilité au coeur de la vie. Ce dossier nous y convie.

  • Le Québec est une des sociétés les plus sécularisées dans le monde. Malgré le peu d'espace que la religion y occupe aujourd'hui dans la sphère publique, on constate néanmoins un regain de l'athéisme militant, notamment dans le cadre du débat sur la laïcité de l'État, jetant le discrédit sur le phénomène religieux. Ce dossier tente d'explorer les visages d'un athéisme ouvert à un dialogue essentiel entre athées et croyants, au-delà de l'affrontement stérile. Salutaire aux uns comme aux autres, ce dialogue permettra d'approfondir non seulement le sens de l'existence, mais aussi celui de la laïcité et de la démocratie, dans une époque où l'argent s'érige à bien des égards comme un nouveau Dieu et son culte comme une nouvelle religion. À lire aussi dans ce numéro: un débat sur le retour du Canada au sein des missions de paix de l'ONU; un texte sur la guerre oubliée au Yémen; et une analyse sur le revenu minimum garanti, mesure qui pourrait bientôt être adoptée au Québec.

  • Cet ouvrage rassemble les conférences inaugurales des trois chaires EHESP-CNSA qui se sont tenues au Collège de France le 23 ?mars? 2012, dans le but de promouvoir la recherche sur le handicap et plus généralement sur la dépendance et la perte d´autonomie en France.

  • This book highlights the practical characteristics of uncommon diseases and presents the most relevant features for the management of intensive care units. It does not aim to provide an exhaustive description of uncommon diseases, focusing instead on the major diseases that intensivists may encounter in their clinical practice.After a brief introduction on the epidemiology and pathophysiology of each disease, the authors emphasize the aspects related to diagnosis and treatment, providing concise and pragmatic guidance for residents and intensivists who care for patients with uncommon diseases.Although by definition uncommon diseases have a low prevalence in the general population, they can affect a large number of patients admitted to intensive care units, as they can often be diagnosed at intensive care units. Indeed, often a complication of the disease is what leads to the patient's being admitted to an intensive care unit.

empty