Jean-Martin Aussan

  • Le mot exil évoque généralement une exclusion forcée de son lieu d'appartenance. Mais les peurs non fondées-en particulier celles liées à l'économie-sont aussi une forme d'exils, intérieurs ceux-là. En nous détournant du bien commun, ils empêchent les sociétés d'évoluer vers leur plein potentiel. Il est plus que temps que l'on mette fin à ces exils avant que la notion même de collectivité ne perde son sens.

    Résolument optimiste pour la suite des choses, La fin des exils soumet quelques pistes de réflexion pour résister à l'imposture des peurs, et donner enfin au Québec l'ambition de ses moyens.

  • Quelque part en 2015, chacun de notre côté, puis petit à petit, ensemble, nous, les signataires de cet ouvrage, avons commencé à sentir le besoin de convoquer quelque chose comme une tempête publique - pour défiger l'air du temps un peu. Nous souhaitions entendre tous ceux qui avaient envie de chercher avec nous comment se sortir de cette ankylose. Comment danser sur nos embâcles. Cela a donné la tournée «Faut qu'on se parle», lancée à l'automne 2016 et dont le succès a dépassé toutes nos attentes. Pas moins de 166 assemblées de cuisine, et 18 consultations publiques, qui ont réuni des milliers de Québécois. Qu'est-ce que vous nous avez donc tant raconté, pendant ces jours gris d'automne où nous avons sillonné les routes du Québec pour aller à votre rencontre dans vos cuisines, dans vos salons, dans ces salles communautaires que vous avez ouvertes tout grand pour nous? Vous nous avez confié de grandes, mais surtout de petites choses. Et le miracle tient à la prodigieuse simplicité de ce qui vous tient à coeur : continuer d'être, ensemble, ici. Juste ça. Mais tout ça. Voilà ce que raconte ce livre. En somme, vous nous avez dit ceci : ne renonçons ni à ce que nous avons été ni à ce que nous sommes, et surtout ne renonçons pas à nous battre pour ce que nous pouvons encore devenir. Ne renonçons à rien.

empty