Jean-Michel Porte

  • Depuis l'effondrement du mythe du Progrès au cours du XXe siècle, tous les champs de la culture se sont confrontés à une réflexion éthique. En tant que méthode thérapeutique, la psychanalyse ne pouvait échapper à l'éthique séculaire médicale, tout comme actuellement à l'éthique du soin. Mais en tant que méthode basée sur le transfert de motions pulsionnelles, c'est l'« homme de l'éthique », avec ses valeurs morales et esthétiques, qui l'interpelle et la contraint à préciser ses principes spécifiques. La révélation par la règle fondamentale des multiples transgressions possibles, qu'elles soient agies ou internes au fonctionnement psychique lui-même, leur pouvoir de contagion contre-transférentielle, exige de l'analyste qu'il les reconnaisse et les interprète en tant que telles. La formule de Freud, « sincérité totale contre discrétion absolue », soutient cette exigence d'avoir à côtoyer et penser le transgressif plutôt que de le bannir et le condamner.

  • Vingt-huit siècles que Méduse anime mythes et arts, puis la biologie, enfin la psychanalyse. Pourquoi l'intelligence de Méduse n'a-t-elle pas été étudiée ? L'enquête tombe sur de nombreux cadavres de femmes plus ou moins camouflés. On découvre Athéna en monstre stérile et assassin, serve et complice de son père-frère Zeus, instaurant son règne sur une série de matricides... les mathématiques, la littérature et la psychanalyse sont convoquées pour commencer d'ouvrir le mythe de Méduse.

  • En renouvelant l'intelligibilité de la haine et de la peur, Freud a montré comment la prématuration des humains les conduit à voir dans leurs semblables, à la fois leurs prédateurs, leurs proies et leurs objets d'amour. L'ouvrage élucide les processus psychiques qui créent cette confusion, les palliatifs que l'éducation peut y apporter, enfin leurs conséquences collectives. Les textes de quelques témoins de certains grands méfaits de la culture occidentale éclairent les analyses freudiennes et, réciproquement, sont éclairés par elles.

  • Les problèmes liés aux traumas psychiques et aux prises en charge des personnes et des groupes traumatisés ont été remis au jour par divers événements récents. Malgré les cellules de crise et autres dispositifs, on doit reconnaître une relative impuissance dans ces circonstances, un manque de formation, une sous-estimation générale de l'impact à long terme des traumas psychiques. Historiens, neurologues, philosophes, psychanalystes, psychiatres, psychologues cliniciens et sociaux confrontent les approches théoriques et pratiques qu'ils développent face aux traumas.

  • L'amour de soi et l'amour d'autrui sont à la fois opposés et complémentaires. L'amour de soi est nécessaire à la construction des assises de la personnalité mais l'amour d'objet s'en différencie peu à peu et le premier objet est narcissique avant d'être vraiment objectal. La sexualité infantile proprement dite coexiste en proportions variables avec le narcissisme infantile. Les traumatismes précoces, voire précocissimes (foetaux), de cet infantile ont un effet important sur le destin de l'amour de soi. Enfin il ne faut pas oublier qu'il y a un conflit incessant entre l'amour de soi et la haine de soi.
    u
    u

  • Selon les mythes, la civilisation mésopotamienne n'a pas su réguler les fonctions d'autorité, et elle s'effondra dans les délires de toute-puissance, avec les cultures voisines - moment précurseur de l'Antiquité classique. Vivrions-nous la fin d'un cycle d'évolution bimillénaire analogue ? Nos vieux ancêtres nous ont transmis leurs traumas, leur régression et leur idéologie du pouvoir - Déluge inclus. Les aurions-nous répétés ?

  • Fruit des réflexions de deux groupes de travail du CIAME/APIST, Capteurs intelligents comprend deux parties distinctes. La première relève d'une approche pragmatique des différents aspects des capteurs intelligents, leurs besoins en matière de mesure, et ce que les concepteurs et utilisateurs de ce type d'équipements doivent percevoir comme élément producteur d'information intégré dans un contexte global de production. La deuxième partie est une contribution à l'aspect normalisation. La rédaction de cette méthode d'évaluation - due à un groupe de travail du Centre d'Essais en Vol, Brétigny - a été entreprise dans le but d'harmoniser les méthodes d'essais et de rendre comparables les évaluations effectuées dans les différents laboratoires.

empty