Jean-Phili

  • "Mon père, je m'en souviens, n'était pas présent le jour de ses obsèques. Quand je dis qu'il était absent, je ne parle pas de mon père en général, tout le monde est absent le jour de sa cérémonie funèbre, bien sûr. Je parle du corps de mon père en particulier. Son corps, le corps de mon père n'était pas présent dans l'église ce jour-là. Tel Houdini le grand magicien se libérant d'un coffre et de ses chaînes au fond de l'océan, mon père avait réussi malgré lui cet exploit faramineux de ne pas être là une dernière fois, dans cette église de La Clusaz. Ni lui, ni son cercueil, ni rien".


  • L'Approche par compétences dans le processus d'évaluation est un essai pédagogique. Dans cet ouvrage, l'auteur lève un pan de voile sur la problématique de l'implémentation de cette nouvelle technique novatrice dans le sillon de l'évaluation.
    En effet, le livre souligne les points positifs d'une meilleure prise en compte de l'approche par compétences dans nos différentes évaluations. Production intellectuelle brève, succincte et concise, l'ouvrage apparaît alors comme un livre de poche pour le pédagogue et l'aspirant au métier d'enseignant. Fruit de l'expérience personnelle d'un enseignant vacataire, le livre se veut avant tout une contribution pédagogique.

  • Balade littéraire est un recueil littéraire de 103 textes. Dans cet ouvrage éclectique et riche, le jeune auteur africain Camerounais Kaane Emmanuel Philibert balade le lecteur dans le canevas des composantes littéraires variées. Le cas échéant de 54 poèmes portés sur l'art de l'écriture, l'amour, la spiritualité et le rapport de l'auteur avec la vie et la nature. Ensuite deux nouvelles liées au contexte sociologique africain et à la problématique du matérialisme, de l'art et de son acceptation. Dans la même lignée, on retrouve 39 pensées liées à la vie, 4 mini essais portés sur les problématiques de l'égoïsme de l'Homme, de l'intelligence et du développement personnel. Par la suite, l'ouvrage recèle 3 textes philosophiques qui explorent les notions de désir, de passion et de logique. En outre, à la fin du livre, on retrouve également une fable qui dresse un récit allégorique sur le parcours qui mène à l'amour dans une relation sentimentale. Ceci dit, en définitive, balade littéraire est un ouvrage qui convie le lecteur ou la lectrice à une balade idyllique et éclectique dans l'antre de la littérature.

  • « À quand remontent les premières descriptions de la conscience ? »
    Le Dr Jean-Philipppe Souquière, spécialiste de médecine interne, met en exergue l'immensité de la conscience qui relève autant de la neuroscience que de la philosophie, domaines dont les arguments ne sont pas toujours en adéquation les uns avec les autres.
    Le titre, en deux parties, symbolise la vaste et fondamentale exploration de l'auteur au coeur de la notion...
    La conscience n'est-elle pas l'essence de notre être qui guide nos pas sur le chemin de la vie ? Ne nous conduit-elle pas aussi, à l'évidence, vers l'amour ?
    Conscience et amour, amour et conscience : concepts divers et riches qui se rencontrent dans des propriétés communes. Doit-on limiter la conscience au cerveau ou peut-on envisager de la rattacher à « l'intelligence du coeur », élément hors du temps et de l'espace ?

  • Avec la montée des préoccupations environnementales et l'avènement du principe de précaution, la réduction du risque de catastrophe est devenue un enjeu central de l'action publique. Dans ce contexte, les chercheurs sont de plus en plus sollicités par les autorités et par le grand public pour intervenir à titre d'experts. Or le passage de la pratique de la recherche et de celle d'opérateur de réseaux d'observations des phénomènes telluriques à la situation d'expertise ne se fait pas sans difficultés. À cet égard, le cas du risque volcanique dans l'arc des Petites Antilles est particulièrement révélateur compte tenu, notamment, des échelles spatio-temporelles très variables qui le caractérisent, de la multiplicité d'acteurs au sein de toute la société, des fortes incertitudes épistémiques et aléatoires qui le sous-tendent, de sa faible récurrence au regard des autres risques, mais aussi de la spécificité de sa chaîne d'impacts susceptible d'affecter de manière considérable de petits territoires insulaires vulnérables ancrés au sein d'un héritage historique et d'un tissu régional et international complexe. Une des difficultés - rarement abordée, tant par les chercheurs qui interviennent en tant qu'experts que par les politistes qui étudient les situations d'expertise - tient à la fragmentation des disciplines en différentes spécialités. Or cette question ne peut être abordée qu'en sortant des frontières disciplinaires traditionnelles. Le présent article, écrit conjointement par des chercheurs en sciences politiques et en sciences de la Terre, illustre de quelle manière la connaissance des tensions épistémologiques qui sous-tendent les sciences de la Terre peut contribuer à enrichir l'analyse de l'action publique lorsqu'il s'agit d'étudier les enjeux de l'expertise dans le cas des risques telluriques. Autrement dit, si le politiste dispose bien d'outils conceptuels lui permettant d'appréhender les « situations d'expertise », ces derniers gagnent à être enrichis par l'apport d'autres disciplines qui, à l'instar des sciences de la Terre, peuvent être mobilisées par les autorités responsables de la protection civile. Notre réflexion est illustrée par l'étude de deux cas de gestion de crise : l'éruption phréatique de La Soufrière de Guadeloupe (en 1976) et l'éruption magmatique de la Soufrière Hills de Montserrat (1995-en cours). Les outils mobilisés par le politiste, à l'instar des concepts d'expertise, de controverses, d'instruments d'action publique ou encore de communautés épistémiques, apparaissent insuffisants pour saisir la pluralité des savoirs et des savoir-faire développés par les experts face à des objets complexes. Or ce constat n'est pas le propre des seuls risques volcaniques. La plupart des phénomènes qui menacent aujourd'hui nos sociétés requièrent, en effet, de prendre en compte une complexité qui échappe largement à chaque discipline considérée isolément. Sortir de l'enclavement disciplinaire est difficile, comme en attestent les efforts déployés pendant plus de trois décennies par le Groupe intergouvernemental d'experts sur l'évolution du climat (GIEC) pour harmoniser non seulement les contributions de différentes communautés de recherche, mais encore les articuler de manière à les rendre opérationnelles pour l'action publique. Pourtant, l'analyse de l'action publique ne peut que s'enrichir à faire le pari d'un tel dialogue.

  • Dans son édition de juillet-août, l'équipe de Séquences manifeste son désir d'élargir son mandat en se renommant « revue des cinémas pluriels ». Pluriel, car les cinémas sont de genre, de thème, et d'origine multiple. Sans délaisser les films d'auteur, Séquences souhaite porter son regard vers un cinéma plus grand public, vers des thèmes intemporels, d'hier et d'aujourd'hui, sans toutefois tomber dans le simplisme. Par ailleurs, le film en couverture de ce numéro, Et au pire, on se mariera, adapté du roman éponyme de Sophie Bienvenue, est au coeur de l'entretien de Julie Vaillancourt avec la réalisatrice Léa Pool tandis qu'Élie Castiel en fait la critique. Découvrez notamment les films Rue de la Victoire, premier documentaire de Frédérique Cournoyer-Lessard, A Quiet Passion de Terence Davies, Après la tempête de Kore Eda, Poesia sin fin de Alejandro Jodorowsky et Song to song de Terrence Malick.

  • Néerlandais ? hollandais ? flamand ? dialecte allemand ? Mais de quelle langue parlons-nous ? Où se parle le néerlandais ? De quel type de langue s'agit-il ? Comment cette langue s'est-elle développée ? Quels rapports le néerlandais entretient-il avec son grand frère l'allemand ? Quel néerlandais parle-t-on en Belgique ? Quelles sont les caractéristiques majeures de cette langue ? Le néerlandais a-t-il un avenir dans la nouvelle Europe ? Il s'agit de lever les nombreux malentendus sur cette langue encore trop peu connue en France. Le néerlandais, la troisième langue germanique après l'anglais et l'allemand, réserve dans cet ouvrage de bonnes surprises au lecteur francophone.

empty